FLUOR, une agence d’architecture détonante

 lsd14-magazine-avril-2015-lifestyle-design-deco-architecture-interview-architectes-fluor-agence-tendance

Deux cerveaux à 800 km, l’un est de culture alsacienne, Hervé Schneider, l’autre s’est nourri au soleil de la Méditerranée, Guillaume Avenard. Cette distance est devenue leur mode de fonctionnement. La formule fête ces 10 ans cette année. Elle a pour nom FLUOR !

Une agence qui sent le dentifrice ?
G . A. : « C’est un nom que nous avons trouvé dès notre première collaboration. FLUOR, c’est court et c’est un mot qui existe dans toutes les langues. Cette molécule n’a rien à voir avec notre milieu. Justement, ça interpelle. Mais, plus encore, c’est son aspect ‘’cheval de Troie’’ qui nous a conquis : Le fluor est un composant du dentifrice et on l’associe à quelque chose de propre, bien blanc, un peu comme Hervé et moi qui présentons bien et n’effrayons personne. Mais le fluor peut être violent, il est dans la composition de la bombe atomique, c’est un élément ultra réactif, capable de faire fondre l’éprouvette dans laquelle il se trouve. Et cela nous ressemble aussi : ”propres sur nous”, sympathiques, certes, mais nous pouvons devenir rugueux. Nous avons des convictions, celles de nos audaces. Alors nous pouvons passer pour prétentieux, fous, agités. Car nous défendons nos projets ».

lsd-14-architecture-fluor-musuem-van-gogh-2
Fondation Van Gogh – Arles

À feuilleter, le catalogue des réalisations de l’agence : la fondation Van Gogh d’Arles, la maison de l’enfance à Drulingen, la villa Jalle dans le Vaucluse, la base de loisirs balnéaires de Colmar-Houssen, le théâtre antique d’Arles, le premier indice de la bicéphalie de ses fondateurs est surtout géographique..
G.A. « Hervé est installé à Strasbourg, moi, en Avignon. À l’origine, nous devions nous retrouver en Alsace. Mais nous avons été rattrapés par la technologie : nos échanges verbaux par téléphone, puis par fax, ont lieu désormais, par écran interposé. Skype et tous les autres gadgets de geeks sont arrivés pour nous permettre de travailler à distance. La contrepartie, c’est que nous devons être rapides, systématiques. On dessine vite, on écrit vite, on crée la 3D vite ».

FLUOR est donc une agence au corps extensible, surmonté de deux têtes et animé de dizaines de bras, un peu à l’image d’un dieu indien ?
G.A. « Notre bicéphalie est une réalité difficile à saisir pour beaucoup, mais, heureusement pas pour tous, comme nous l’a confié Christian Lacroix en visitant la maison de l’enfance à Drulingen. En découvrant les lieux, il a compris que le regard croisé à distance pouvait être une marque de fabrique ».

Ni Avenard, ni Schneider, mais FLUOR, une agence qui brasse des projets différents, en refusant toute spécialisation ?
G.A. « Nous avons besoin de liberté, notre démarche ne doit pas être contrainte, pas plus que la réponse que nous apportons. Notre attitude a été confortée par Norman Foster lorsqu’il a visité la fondation Van Gogh. Lui aussi a reconnu ‘’ne pas se spécialiser parce que tout est bon à prendre’’. C’est aussi pour cela que nous ne travaillons pas seuls, que nous sollicitons des artisans [cf. la fabrication de l’incroyable origami en bois de chêne dans la villa Jalle], et des artistes [lcf. la subtile installation de verres colorés conçue par l’artiste suisse Raphaël Hefti pour la fondation Van Gogh]. D’ailleurs, actuellement, nous travaillons sur un studio photo, des logements de grands luxe et des habitations économes en énergie ».

lsd-14-architecture-fluor-maison-jalle-6
Villa Jalle – Vaucluse

Vous avez bien des limites ?
G.A. « Pas de limite à la question du projet, surtout pas celle de l’apprentissage auquel nous sommes toujours ouvert. Nos projets sont aussi intellectuels que physiques (on les construit, on ne les confie pas à un maître d’œuvre), et cela nous nourrit. Par exemple : descendre dans un vide-sanitaire ou grimper à 15 mètres de hauteur, ce sont des actions que l’on fait sans rechigner. Bien au contraire, ce sont des réalités dont il ne faut pas s’éloigner ».

À quoi ressemblent vos séances de travail ?
G.A. « Nous nous racontons des histoires, jusqu’à les trouver cohérentes. Nous passons ensuite à l’écriture, avant de dessiner. De la même façon que l’on écrit un scénario, puis un story-board avant de passer au tournage d’un film, nous éprouvons notre récit avant de nous lancer dans la spatialisation. Notre démarche initiale n’est pas intellectualisée ; nous avons juste l’exigence d’un résultat ».

Que pensez-vous de votre métier ?
G.A. « L’architecture est un cheminement, un parcours qui n’est pas éphémère. Il est important de faire autre chose que du bâtiment. Nous sommes dans le long terme, pas dans la mode ou dans l’obsolescence. À FLUOR, nous n’avons pas d’écriture prédéfinie parce que nous ne refaisons jamais deux fois le même projet. Nous ne sommes pas des inventeurs, mais nous voulons surprendre. L’architecture est aussi un univers qui permet de très belles rencontres avec des gens qui ont un vrai savoir-faire, un amour des matières. C’est ce qui fait l’humanité des éléments que nous mettons en place ».

Avez-vous vous une matière prépondérante ?
G.A. « Nous avons besoin de toucher, de sentir, de respirer. On trouve beaucoup de bois dans les réalisations de FLUOR. La résille sur la maison de l’enfance a nécessité un kilomètre de mélèze de Sibérie. La structure origamique de la villa Jalle : plus de 80 panneaux de chêne pour 90m² d’élévation, assemblés dans le sens de la fibre du bois pour obtenir un mouvement ascendant et une attraction vers les arêtes de l’objet. Nous n’avons aucun a priori. Nous avons alterné aluminium et mélèze pour les murs du théâtre antique d’Arles, nous emploierons de la tôle pliée pour le studio photo… ».

 

lsd-14-architecture-fluor-base-loisir-2
Base de loisirs balnéaires – Colmar-Houssen

Et l’écologie dans tout ça ?
G.A. « Nous essayons de jouer pleinement notre rôle de conseil sur la question environnementale. Mais nous ne sommes pas thermiciens. En revanche, nous y sommes extrêmement sensibles. La fondation Van Gogh en est un bon exemple. À l’époque du concours, en 2009, nous n’avions aucune obligation environnementale. Mais c’est là où notre bicéphalie a joué, car l’Alsace est en avance dans ce domaine. Nous avons effectué un diagnostic d’infiltrométrie par caméra thermique. Le résultat nous a poussés à changer une grande partie des menuiseries de la partie à rénover ».

Avez-vous une envie particulière à tester dans un de vos prochains projets ?
G.A. « La récupération de matériaux. Mais vous en dire plus est encore impossible… ».

Un projet un peu fou ?
G.A. « Dessiner des maisons reproductibles, à l’image d’une collection de prêt-à-porter… ».

Par Mireille Mazurier




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


REPORTAGE : The Cliff House – Dakar

lsd14-magazine-avril-2015-deco-design-tendance-interieur-report-reportage-cliff-amazing-beautiful-home-maison-swimming-pool-piscine-terrasse-color


[soundy button] [soundy title]


En voyant cette maison accrochée à la falaise, Maxime Le Forestier aurait pu faire un remix de son tube des année 70. La Cliff House est une villa spectaculaire, magique et mystérieuse. Elle surplombe l’océan Atlantique depuis Dakar, sur le site historique d’un ancien bunker de la Seconde Guerre Mondiale. En exploitant les vestiges du passé, SAOTA et AA Interiors imaginent une villa atypique et aquatique.

lsd-14-report-dakar-sow-house-atlantic-ocean-7

Sous ses lignes contemporaines, derrière l’intensité de son blanc et de ses nuances de bleu, la Cliff House compose l’histoire au présent en conservant dans ses murs, une partie du bunker datant de l’époque de la Seconde Guerre Mondiale. À l’intérieur : un cinéma ouvert sur un bassin. Le bassin, la piscine à débordement, l’océan Atlantique…l’eau délimite les contours de la propriété. Les frontières s’affinent, s’effacent. Le dedans et le dehors se confond et se mêle. Au-dessus du cinéma, la vie s’organise en L, et en transparence, autour de la piscine et du jardin…et jusque au vide. L’ambiance est à l’équilibre, aux matières chaudes et texturées, au bois, au granit, à l’acier et au marbre. L’architecture de SAOTA et le design de AA Interiors subliment l’espace intérieur avec une décoration en trois dimensions, lumineuse, teintée bois, voluptueuse et lisse.

L’angle, entre les salons et la cuisine, est habillé avec un impressionnant escalier circulaire vêtu d’acier et de granit blanc. Derrière cet imposant édifice, le garage, propre et ordonné, expose les véhicules comme des œuvres d’art. « Partout dans la villa, les objets d’art modernes créent une intention résolument contemporaine » explique Mark Rielly de AA Interiors. Le vitrage des plafonds des salons, et au-dessus de l’escalier, ajoute à la transparence et à la modernité.

L’espace nuit s’octroie la hauteur de l’étage pour observer la ligne de l’horizon. Avec sa terrasse, la suite parentale surplombe et pointe son nez vers l’océan. La salle de bains, avec douche extérieure, préfère l’intimité rassurante d’un jardin privé.

L’œil circule librement, entre tant de beautés, dans cette grande villa de plus de 1000 m², l’océan en unique panorama. Folie des grandeurs, luxe et opulence ! L’architecture déborde vers l’extérieur, créant ainsi un espace couvert et connecté devant la piscine, devant l’océan…encore et toujours. La brise réveille, le mouvement de l’océan rythme la décoration et structure l’architecture.

lsd-14-report-dakar-sow-house-atlantic-ocean-3

Par Laurène Delion




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Reportage : House Duk

lsd14-magazine-avril-2015-deco-design-tendance-interieur-report-reportage-house-duk-amazing-beautiful-home-maison-swimming-pool-piscine-terrasse


[soundy button] [soundy title]


La recherche des plus belles maisons nous conduit maintenant à Johannesburg. Alors c’est vrai que les français, spécialement le footeux, n’ont pas gardé un souvenir impérissable de leur séjour en Afrique du Sud, il y près de cinq ans et c’est dommage! Ils auraient, en effet, pu profiter de la qualité architecturale que proposent Nico Van der Meulen et Werner Van der Meulen, designers, plutôt que de rentrer en bus! Si vous aimez le volume et les espaces, vous apprécierez les lignes de cette villa de 674m² où l’esprit dedans-dehors reste omniprésent.

lsd14-villa-house-duk-johannesburg-afrique-africa-south-sud-vander-meulen-nature-ouvert-luxueux-futuriste-beautiful-stunning-impressive-open-modern-02

«Contemporain», «minimaliste» et «pure» sont les trois mots clés de cette maison. Dès l’entrée, un espace très spacieux se rencontre la cuisine, la salle à manger et le salon pour former un ensemble ouvert et luxueux. L’architecture et la décoration intérieure, tendant vers le cubisme et la modernité, ajoute un effet futuriste à l’atmosphère de cette grande maison. Les tons gris des murs, embrassent parfaitement le bois, le béton et l’acier. Tous trois quasi omniprésents, provoquent le mariage entre forme créative et environnement ; une union parfaite !

lsd14-villa-house-duk-johannesburg-afrique-africa-south-sud-vander-meulen-nature-ouvert-luxueux-futuriste-beautiful-stunning-impressive-open-modern-06

Le salon, directement ouvert au jardin, murmure à l’oreille de la nature en permanence en accomplissant véritablement l’intégration de la maison à l’extérieur. L’ouverture entre les différentes pièces, ainsi qu’entre l’intérieur et l’extérieur donne un contraste intéressant avec les murs solides et intimidants, de l’entrée.

Le jardin, avec sa piscine et terrasse, respire la sérénité et la simplicité. Des persiennes sont placées devant les ouvertures, afin de garder un minimum d’intimité. Les formes utilisées dans l’architecture, ainsi que la disposition des pièces, donne une sensation de légèreté.

lsd14-villa-house-duk-johannesburg-afrique-africa-south-sud-vander-meulen-nature-ouvert-luxueux-futuriste-beautiful-stunning-impressive-open-modern-14

Comparable à un bloc flottant, la chambre principale trouve sa place dans les airs au milieu du salon et de la salle à manger. Ainsi, l’escalier, visible de tous coins de la maison, ajoute également un effet spacieux et aéré.

Cette conception d’éléments flottants, évidente dans toutes les perspectives, de tous les points de vue, attirent constamment l’attention. La façon dont l’architecture et la décoration se mêlent, crée un concept de villa absolument unique et authentique.

Par Alexis Noreils




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]

HOTEL : BelAmour

lsd13-magazine-mars-2015-reportage-hotel-saint-barthelemy


[soundy button] [soundy title]


Un séjour au paradis de l’amour

Alliant cadre merveilleux, décor somptueux, luxe et intimité romantique, la villa BelAmour du groupe EDEN ROCK, s’adresse aux couples désireux de vivre une grande passion dans un lieu inoubliable. Situé sur l’à-pic d’une des falaises de Saint Barthélémy, cette villa-hôtel offre une vue imprenable sur la Mer des Caraïbes et ses îles voisines.

Thibault Masson a eu l’idée de créer une villa dédiée à l’amour qui serait à la fois plus grande qu’une suite d’hôtel conventionnelle, plus luxueuse et plus intime que la majorité des villas présentes sur l’île. BelAmour propose ainsi un cadre idyllique et idéale pour passer une lune de miel, un anniversaire de mariage ou encore un séjour en amoureux tranquille.

La villa a été créée de façon à optimiser l’espace intérieur car les portes fenêtres encastrables dans les murs permettent de briser les frontières entre le dedans et le dehors.

Par ailleurs, la piscine de 12 mètres chauffée en bord de falaise, offre à nos amoureux une vue invraisemblable sur les couchés de soleil. Dans la piscine ou sur la terrasse, les hôtes vivent à l’abri de tout regard indiscret grâces aux hauts murs de la villa. BelAmour comporte également un master Suite qui associe une chambre en matériaux nobles avec une salle de bains, un dressing et un bureau. La douche est conçue pour deux et tout comme la piscine, elle offre une pleine vue sur l’océan. Les différentes nuances de peinture choisies et l’utilisation de bois pour les intérieurs et les extérieurs procurent une sensation de bien-être et de confort.

Et afin de proposer les meilleurs services, le propriétaire de la villa a fait appel au légendaire Hôtel Eden Rock, puisque sur commande, il sera possible de bénéficier de tous les services proposé par l’hôtel. En somme, ce petit havre de paix, d’amour et d’eau fraîche offre tous le nécessaire pour passer un séjour mémorable et remplit d’amour.

lsd-13-hotel-bel-amour-saint-barthelemy-exterior-4


Par Cynthia Fauconnier




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]