Shopping : Nouveautés

Ilsd12-shopping-nouveautes


Préface
Préface Gauthier

Préface by Gauthier

Gauthier présente PREFACE, sa bibliothèque/rangements en chêne. Un meuble astucieux à composer deux casiers doubles Bleu lunaire et un casier Simple Curry. Made in France [1656€]
Graphik#1
Graphik#1 Emmanuelle Legavre

Graphik#1 by Emmanuelle Legavre

Des envies de voyages ? Bel imaginaire avec cette commode en chêne massif laqué, ses motifs graphiques et ses poignées en cuir végétal naturel. Design Emmanuelle Legavre. Fabrication artisanale française. [Collection Graphik#1 - 2100€ - en vente au showroom El Paris]
Pebble
Pebble H&H

Pebble by H&H

Comme aucune autre, la table d’appoint Pebble de chez H&H pour décorer et déposer. [Diamètre 56 cm - 119€]
Coussins
Coussins Lounge Fabrics

Coussins by Lounge Fabrics

Des coussins et des plaids 100% expressifs by Lounge Fabrics. En tweed ou flanelle brodé, finition velours. [Collection DIXIT : à partir de 39,90€]
Suspensions
Suspensions Zephyr&Co

Suspensions by Zephyr&Co

Suspensions Zephyr&Co pour réveiller nos intérieurs endormis. Revêtement en percaline. Créations imaginées par Sophie Agathe Remy. Made in France. [Existe en diamètre 40, 50 et 55 cm - À partir de 180€]
Cape
Cape Moustache

Cape by Moustache

CAPE, comme une silhouette mi-animale, mi-végétale by Moustache. Design : Constance Guisset [Prix : NC]
Tabouret
Tabouret FR66

Tabouret by FR66

So french le tabouret avec son véritable béret basque by FR66. Design : Stefania di Petrillo & Godefroy de Virieu. [À partir de 180€]
Fede
Fede Hamilton Conte Paris

Fede by Hamilton Conte Paris

Bientôt : le fauteuil Fede inspiré des années 60 by Hamilton Conte Paris. Piètement disponible en bois, fer émaillé ou stainless steel. [PRIX]
Proplamp
Proplamp Teeuwen & Zwiers

Proplamp by Teeuwen & Zwiers

Inspiré d'un journal que l'on froisse, Proplamp est une lampe à modeler à l'infini. Design : Margje Teeuwen & Erwin Zwiers. [À partir de 333€]
Canapé
Canapé Bond

Canapé by BOND

Canapé by BOND : L'élégance en version 2 places. Piètement en bois de chêne massif. [Tissu : Lauritzon Peche - 1099€]

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Shopping : High Tech

lsd12-shopping-high-tech


Withings Aura
Withings Aura Withings

Withings Aura by Withings

Enrichissez votre expérience de sommeil avec le nouveau réveil Withings Aura. Améliorez votre sommeil grâce à un système actif conçu spécifiquement pour observer votre sommeil et en améliorer la qualité. [299,95€]
WAM7500/6500
WAM7500/6500 Samsung

WAM7500/6500 by Samsung

Découvrez la nouvelle enceinte de Samsung ! Le WAM7500/6500 offre une expérience sonore à 360°et remplit la pièce d'un son parfaitement équilibré. [PNC]
Zeiss VR One
Zeiss VR One Zeiss

Zeiss VR One by Zeiss

Le #casque de réalité virtuelle Zeiss VR One vous offre la possibilité de #visionner des vidéos en 2D et en 3D, ainsi que des photos ou encore d’utiliser Street View. [99€]
Phonotonic
Phonotonic Phonotonic

Phonotonic by Phonotonic

#Phonotonic c'est LE premier objet connecté qui transforme vos #mouvements en musique ! [80€]
X-project pro wifi
X-project pro wifi Xsories

X-project pro wifi by Xsories

Le nouveau Projecteur nomade wifi ultra portable, X-project pro wifi de XSORIES vous permettra de visualiser instantanément vos meilleurs moments directement depuis votre téléphone, tablette ou ordinateur. [449,99€]
Petchatz
Petchatz Anser Innovation

Petchatz by Anser Innovation

Communiquez avec vos animaux grâce à Petchatz ! Ce dispositif permet de voir et de parler avec votre animal lorsque vous êtes absents grâce à un microphone et un haut parleur intégrés. [260€]
AKG N90Q
AKG N90Q Akg

AKG N90Q by AKG

Ce nouveau casque AKG N90Q est le premier casque au monde à posséder un son personnalisé. [PNC - www.akg.com]
Caméra Piper NV
Caméra Piper NV Getpiper

Caméra Piper NV by Getpiper

Cette nouvelle caméra Piper NV est idéale pour ceux qui cherchent à garder un œil sur leur maison. Elle est équipée d'un système autonome de sécurité, vidéosurveillance et domotique ! Existe en blanc [199€]
Gps KizON
Gps KizON LG

KizON By LG

Un #GPS pour retrouver ses enfants ! #LG a annoncé le LG #KizON, un #wearable conçu pour les enfants pour permettre aux parents de suivre leur #localisation en permanence. [produit actuellement non distribué en France]
DC52
DC52 Dyson

DC52 By Dyson

Dyson invente le seul aspirateur sans filtre à nettoyer, sans sac à changer et sans perte d'aspiration ! Découvrez-le ! [669,99 €]

Par Clémence Pelloquin




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Shopping : Miroir mon beau miroir

lsd12-shopping-mirroir


Bolet
Bolet Reine Mère

Bolet by Reine Mère

Un dernier coup de d'œil avec Bolet by Reine Mère. Design : Maxime Abela - Made in France. [Dim. petit modèle : P87mm, diamètre 66mm / Dim. grand modèle : P98mm, diamètre 66mm - 26,50€]
Éon
Éon Maisonnée

Éon by Maisonnée

Décor ou miroir, Éon emprunte les écailles de l'armure du Chevalier qui porte son nom. Et ses couleurs s’inspirent de la ramure d’oiseaux, touraco, martin-pêcheur, francolin... Design by Audrey Belin - Collection Maisonnée [285€]
Convexe
Convexe Ochre

Convexe by Ochre

Miroir ou fenêtre sur le monde ? Tout un mystère avec "convexe" by Ochre. [Dim. : à partir de 80cm de diamètre x H10cm - À partir de 4703,40€]
Ice Cream Mirror
Ice Cream Mirror EO

Ice Cream Mirror by EO

La gourmandise avec l'Ice Cream Mirror by EO. Design : Tor Servé & Nicole Vitner Servé. [Dim. H57xL22cm - 160€]
Modeste
Modeste Hartô design

Modeste by Hartô design

À la fois miroir, porte-manteau et vide-poche, Modeste se prête au jeu du meuble d’appoint. Disponible en sorbet fraise, jaune citron ou vert pastel. Design : Pauline Gilain & Pierre-F Dubois. [Dim. : L45xH77,5cm - 260€]
Conservatoire
Conservatoire Maison du Monde

Conservatoire by Maison du Monde

Les moulures toujours au goût du jour avec "Conservatoire", un miroir en résine doré by Maison du Monde. À poser au sol ou sur une cheminée. [Dim. : H153xL85cm - 279,90€]
Vizcaya
Vizcaya Hamilton Conte Paris

Vizcaya by Hamilton Conte Paris

Vizcaya, le miroir graphique by Hamilton Conte Paris. Peinture dorée sur bois massif. [Dim. : 80x80 cm - 832€]
Edge
Edge EPI Luminaires

Edge by EPI Luminaires

Objet lumineux ! Miroir Edge en résine blanche by EPI Luminaires. [Dim. : 93x150cm - 666€]
Obel
Obel Bonaldo

Obel by Bonaldo

Légèrement incliné et à la forme trapézoïdale, OBEL repose sur une fine structure en bois. Structure disponible en bois laqué opaque blanc, noyer, frêne naturel ou brossé gris anthracite. Design : Roberto Paoli [Dim. : H188xL75xP10 à 20 cm - 1070€]
Prestige
Prestige super-ette

Prestige by super-ette

« Telle un illusionniste, le "Prestige" va tromper votre perception en utilisant le ‹truc› de l’anamorphose : de face, c’est un miroir circulaire classique, mais déplacez vous un peu et il révèle une deuxième fonction, un pli de bois, support pour déposer vos petits objets ». Design : Fanny Dora. [490€]

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Interview : Sang Pil BAE

lsd12-interview-design-sang-pil-bae

Sang Pil BAE est un designer atypique et consciencieux. Ce passionné d’éclairage et de mécanique imagine des luminaires des temps modernes : Chimera Watts. Inspirée du pur style industriel, la marque s’article autour de trois concepts complémentaires : créations / reconstruction / Collection. De Séoul, à New York, Sang Pil pose aujourd’hui ses valises près du Creusot, au cœur du bassin historique de la métallurgie… Avec un rêve en tête : le Made in France.

Sang Pil, d’où venez-vous ? Qui êtes-vous ?
Je suis né à Séoul. Mes parents m’ont envoyé à 14 ans, poursuivre ma scolarité à New York. J’ai eu plusieurs métiers : œnologue, acteur, peintre, entrepreneur… Puis, j’ai décidé de maîtriser une discipline : la lumière.

D’où viennent vos envies de design ?
J’ai toujours été designer. Tout petit, je transformais les objets pour obtenir le design que j’aimais. Par exemple, si la couleur de mes chaussures ne me plaisait pas, je les repeignais. Lorsque j’ai été responsable du design de mon bar à vin à New York, j’ai travaillé sur l’éclairage. À l’époque, je collectionnais déjà depuis longtemps des objets en métal ancien !

Parlez-moi de vos passions…
J’ai toujours été fasciné par la mécanique, au sens large du terme. J’ai à plusieurs reprises démonté la radio de mon père. Une fois, j’ai même voulu savoir comment la télévision fonctionnait, et je l’ai également détruite ! Pas besoin de vous dire que cela m’a attiré de sérieux ennuis…

Mon autre fascination était celle des insectes. Mon rêve d’enfant était de devenir entomologiste. Ce qui me plaisait le plus c’était la mécanique de leur corps – comment de si petits insectes pouvaient supporter de lourdes charges et bouger leurs membres de façon si précise ?

lsd-12-interview-designer-sang-pil-bae-chimera-watts

Que pensez-vous du grand retour du design industriel ?
Après le rejet du design « tout plastique » des années 50’ et 60’, je pense que le cours normal des choses était de revenir à l’essentiel. Le côté lourd et sombre de l’acier donne, d’une certaine manière, aux gens un sentiment de sécurité et de solidité.

Après le design minimaliste des années 90’, je crois que les designers ont eu besoin de nouvelles inspirations. Et donc, ils sont allés puiser aux sources les plus élémentaires : le style industriel. Ralph Lauren a créé une lampe qui était une copie de Woodward des années 30’. La Restoration Hardware a copié les lampes Buquet des années 20’, et OC White de 1900. La liste est longue. Un grand sujet de débat sévit toujours aux États-Unis dans le monde des collectionneurs d’objets industriels : d’un point de vue moral, ces grandes entreprises ont-elles le droit de s’approprier le design volé à des ingénieurs inconnus qui menaient des recherches sur la fonctionnalité ? Il y a des décennies Walter Gropious le savait déjà, et c’est ainsi que la fonction est devenue forme.

lsd-12-interview-designer-sang-pil-bae-chimera-watts (6)

Comment abordez-vous l’Objet avant de le transformer ?
Je commence toujours avec humour, il y a des tas de choses du quotidien que l’on ne regarde plus parce qu’elles sont simplement utilitaires. Ce qui est drôle, c’est de penser différemment, de détourner le cours des choses, de leur donner une autre fonction, comme l’éclairage. Ainsi nous réalisons que nous sommes entourés chaque jour d’objets extraordinaires. Je fais attention de ne pas tomber dans le kitch et de coller le plus possible à la fonction de l’objet.

Où trouvez-vous l’inspiration ?
Partout. Tenez, par exemple, je viens de dessiner la série ‘’Amsterdam’’ en regardant un pont à Séoul ! La série ‘’Brooklyn’’, en revanche, vient du pont de Brooklyn. La fonction reste la fonction. La forme, quant à elle, peut avoir différentes utilisations.

Vous détournez les objets du quotidien, vous transformer une lampe à poser en suspension… le design n’a-t-il aucune limite ?
Une de mes citations préférées est celle inspirée de Gropius : « les spécialistes sont des personnes qui répètent toujours les mêmes erreurs. Pensez en dehors du cadre, parce que le cadre vous limite ».

Peut-on parler de « design responsable » pour qualifier votre travail ?
Le thème de l’exposition de Séoul en septembre dernier au aA Design Museum, était “longévité programmée”. Mon Iphone est mort après 3 ans. Ma première lampe Ikea s’est cassée après 1 mois. Ma première lampe OC white fonctionne parfaitement depuis 1900.

Je comprends que les dirigeants des entreprises aient besoin de nourrir leurs enfants, mais étant père moi-même de 3 enfants, je ne peux pas imaginer la quantité de détritus à laquelle ils vont devoir faire face quand ils auront mon âge. J’espère que mes clients pourront transmettre mes lampes à leurs petits-enfants. C’est ma responsabilité en tant que designer.

De la Corée du Sud à la Bourgogne en passant par New York où vous avez vécu pendant 25 ans, pourquoi avez-vous choisi de faire du « made in France » ?
Les coréens et les américains ont une image romanesque de la France. Je vais vous livrer un secret de New Yorkais : les français qui vivent à NYC passent pour être les personnes les plus aventureuses qui soient. Ils pourraient ouvrir des bars dans un ghetto de Brooklyn, ces lieux deviendraient très vite très réputés. Plus tard, j’ai compris qu’ils avaient quitté la France pour pouvoir réaliser leur projet.

La Marque “Made in France” est prestigieuse. Je me suis installé près du Creusot, bassin historique de la métallurgie en France. Mon projet est de réunir les différents métiers de la métallurgie dans un atelier pour créer, concevoir et fabriquer des luminaires. Ce savoir-faire est hélas en voie d’extinction. J’espère trouver des artisans pour m’accompagner dans cette démarche et permettre à ce savoir-faire de perdurer. Ainsi mes luminaires pourront être entièrement « made in France ».

Je déplore cependant que l’administration française soit trop lourde, elle n’aide pas les jeunes entrepreneurs à s’installer en France.

Que vous réserve cette nouvelle année ?
J’espère de bonnes surprises ! Mon objectif est de commercialiser les luminaires Chimera Watts en Angleterre et en Europe du Nord. Pour cela, j’ai besoin de trouver des agents dans le nord de l’Europe. À bon entendeur !


Questionnaire de Proust :

Votre matière favorite ?
Votre matière favorite ? Le cuivre

Votre matière favorite ? Le cuivre

Votre saison favorite ?
Votre saison favorite ? L’automne

Votre saison favorite ? L’automne

Votre couleur préférée ?
Votre couleur préférée ? Le vert

Votre couleur préférée ? Le vert

Votre œuvre d’art préféré ?
Votre œuvre d’art préféré ? Les peintures de Salvador Dali

Votre œuvre d’art préféré ? Les peintures de Salvador Dali

Votre citation favorite ?
Votre citation favorite ? Il faut prendre le pouvoir, il n’est jamais donné. (Aide-toi, toi-même)

Votre citation favorite ? Il faut prendre le pouvoir, il n’est jamais donné. (Aide-toi, toi-même)

Votre objet préféré ?
Votre objet préféré ? Les sphères métalliques. Et les montres.

Votre objet préféré ? Les sphères métalliques. Et les montres.

Votre héros favori ?
Votre héros favori ? Walter Gropius et Iron man

Votre héros favori ? Walter Gropius et Iron man

Votre lecture préférée ?
Votre lecture préférée ? Les livres de Carl Segan

Votre lecture préférée ? Les livres de Carl Segan


lsd-12-interview-designer-sang-pil-bae (2)

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Dossier : Balcon et Compost

lsd12-balcon-et-composte2

Lubie BOBO ou modèle écolo ?

lsd-mag-numero-12-composte-10

Le compostage, c’est quoi ? C’est transformer les déchets organiques en une sorte de terreau 100% naturel. Composter c’est recycler. Et le recyclage c’est écolo…mais sur un balcon, l’idée semble un peu BOBO. Pourtant, « balcon » et « compost » n’ont rien d’incompatible.

lsd-mag-numero-12-composte-5

C’est même une excellente idée pour réduire ses déchets et agir à son niveau pour la planète. Inutile d’en faire un statut facebook, ni de faire un selfie avec votre bac à composter. Car là OK, ça devient ridicule. En revanche, lors d’une soirée, vous êtes autorisez à frimer. Parce que vous en connaissez beaucoup dans l’immeuble qui font du compost sur leur balcon ? Vous en connaissez beaucoup qui peuvent se vanter d’avoir de jolies plantes bien nourries ? En effet, le compost est un excellent fertilisant. Il remplace les engrais minéraux, il absorbe et retient l’eau. Évidement, sur un balcon : ça ne sert à rien d’autre…sauf à réduire ses déchets, vous l’avez bien compris.

lsd-mag-numero-12-composte-8

Franchement, ça mérite de tentez le coup. C’est facile et pas cher. Et contrairement aux idées reçues, le compost ne pue pas. On se renseigne avant sur les choses à mettre, et celle à ne surtout pas mettre pour éviter les mauvaises surprises.

lsd-mag-numero-12-composte-6

Certains s’amuseront à fabriquer leur propre composteur avec une caisse en plastique opaque ou des planches de bois, et quelques trous. D’autres iront directement en jardinerie à la conquête d’un composteur spécial balcon : un lombricompost ou un vermicompost. Et les vers seront vos amis. On compte 500g de vers pour un couple, et le triple pour une famille de quatre personnes. Ce n’est pas très ragoutant, et ce sera une épreuve pour certain(es) à l’achat mais après vous ne les verrez même plus.

lsd-mag-numero-12-composte-9

Pour être heureux, vos nouveaux amis auront toutefois besoin d’un confort minimum : une litière constituée de matières riches en carbones, du terreau, une poignet de sable, un peu d’eau pour humidifier et quelques déchets organiques. Attendez quinze jours avant de leur offrir vos déchets, et seulement 2 à 3 fois par semaine. On estime à 30% la quantité de déchets ménagers recyclés. C’est 300 kg/an par foyer. Avec ce système, vous allez pouvoir récupérer du lombricompost et du « thé de vers ». Le « thé de vers » est un liquide chargé de nutriment à diluer dans dix fois son volume d’eau pour nourrir vos végétaux.

lsd-mag-numero-12-composte-2

Le lombricompostage : modèle BOBO écolo !


 De l’appartement au balcon, je composte quoi ?

 

lsd-12-pratique-compost-waste-vegetables

  • Les déchets de légumes
  • Les pelures de fruits et de légumes
  • Les épluchures de pomme de terre
  • Les plantes en fin de vie
  • La litière et les excréments de vos petits animaux herbivores et grainivores
  • Les restes des repas (sans viande, sans poisson, ni graisse)
  • Le thé, le café (avec les sachets et les filtres)
  • Les coquilles
  • Le papier, les journaux, le carton, la papier essuie-tout mouillé
  • Les tissus naturels

lsd-mag-numero-12-composte-11


lsd-mag-numero-12-composte-3Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Reportage : House P – Allemagne

lsd12-reportage-house-p


[soundy button][soundy title]


« P » comme Philipp. « Philipp » comme « Philipp Architekten »… Et « House P » pour mettre un nom sur cette contemporaine « Glass & White ». La villa est située sur les hauteurs d’une petite montagne d’Allemagne du Sud, à Waldenburg.

La villa surplombe la vallée de Waldenburg. Les grands arbres de la propriété de 800 m² encadrent naturellement ce large panorama. Ils délimitent les contours et freinent les lignes élancées de la villa. Car c’est une villa sans courbe, une villa ultra contemporaine que dessine l’agence Philipp Architekten. Le toit est plat, les murs sont blancs, les lignes se rencontrent…

lsd-12-report-house-p-germany-14

House P n’est pas un cube parfait. L’étage déborde, le rez-de-chaussée creuse, le garage déforme et la terrasse entoure. Les perceptions sont confuses ; intéressantes. Le blanc accompagne le mouvement. Il est la modernité, la fraîcheur, le luxe, le calme. Et il y a l’incroyable transparence. Elle supporte l’intime tout en se préservant. Côté rue, le garage empêche les regards et l’arbre censure la vue.

lsd-12-report-house-p-germany-11

À l’intérieur, tout est lumineux. Tout est privé. Car Philipp Architekten imagine une boite en bois. C’est la cuisine. Dans le prolongement de la table à manger, elle s’impose au cœur du séjour. Ni ouverte, ni fermée, on la traverse ou on la contourne. L’escalier trouve sa naissance dans son profil.

 lsd-12-report-house-p-germany-7

Au-dessus, les quatre chambres d’enfants partagent une salle de bains. Devant, le large couloir transforme sa longueur en espace de jeux et de rangement. Le mobilier intègre autant l’architecture que la décoration. L’idée de la boite en bois réapparaît dans la suite parentale.

De bas en haut, l’orme et le chêne structurent l’aménagement intérieur tout en apportant les effets « déco » et « bien-être » attendus des grandes contemporaines « Glass & White ».

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Reportage : Contempory Home

lsd12-reportage-contempory-home


[soundy button][soundy title]


Un véritable écrin de bois qui nous laisse découvrir une oasis de fraîcheur. Avec cette villa, l’agence Roth Architecture cultivent les rêves et les aspirations.

Sydney, ville portuaire et capitale de la Nouvelle-Galles du Sud en Australie, l’opéra, les plages blanches idylliques, sa baie magnifique et ses falaises spectaculaires… Un décor de carte postale pour tous les voyageurs. C’est sur la rive nord qu’une famille pose ses valises ; dans une villa aussi classique que contemporaine.

Dans le bush australien, une villa confortable et design, à l’architecture à la fois traditionnelle et contemporaine.
lsd-12-report-loft-contempory-home-sydney-livingroom-2
Seule touche de couleur du séjour : le tapis bleu qui le délimite de l’espace repas/cuisine.

La visite démarre par un jardin luxuriant qui protège la maison de la rue. Aux pieds de quelques marches en béton, l’entrée se fait par une grande porte en bois australien. Nous découvrons alors deux espaces. Côté nord, les pièces à vivre nous plonge directement dans une ambiance apaisante, détente et bien-être. Séjour, salle à manger et cuisine trouvent leur place dans un grand espace au style neutre, totalement ouvert sur l’extérieur par de grandes baies vitrées qui laissent entrer la lumière. Les sols en béton ciré et la clarté des pièces créent une énergie unique et augmentent les volumes. Le blanc domine la pièce et le bois vient contraster en apportant chaleur et convivialité. L’espace à vivre est confortable, agréable et cosy, il appelle à la détente et au plaisir d’une vie sereine.

Côté sud, donnant sur le jardin, on trouve une buanderie et un salon TV. De manière plus intime, ce salon invite à des heures de farniente avec un home cinema et des canapés moelleux. Un grand escalier revêtu de bois australien nous conduit à l’étage. Quatre chambre et une salle de bains familiale se répartissent l’espace dont deux suites avec dressing et salles de bains. Les deux chambres côté sud apportent une intimité aux occupants alors que les deux suites au nord s’ouvrent sur un balcon donnant une vue agréable sur la terrasse et la piscine ensoleillée du rez-de-chaussée. Cette villa a été pensée selon les architectes comme une expérience. Une fois toutes les pièces intérieures découvertes, nous arrivons à la terrasse en bois, véritable oasis de la maison. La circulation a été réalisée comme un passage de la vie urbaine à la vie reposante et calme qu’offre la terrasse avec sa grande piscine, idéalement orientée.

lsd-12-report-loft-contempory-home-sydney-kitchen

Côté extérieur, l’architecture classique se voit complétée par des touches plus modernes apportés par un bardage et des menuiseries en bois. Le mélange de matériaux industriels à la nature crée un jeu de textures aux couleurs en accord avec l’environnement. Les briques australiennes restaurent l’architecture traditionnellement locale, avec un petit plus moderne qui la rend unique.

lsd-12-report-loft-contempory-home-sydney-3

Par Charlotte Dron




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Dossier : Saint-Valentin

lsd12-saint-valentin-dossier-2

Imaginons un monde où l’homme serait vénal et superficiel, et où la femme serait obsédée et mono-tâche. Dans ce monde : c’est l’homme qui aime la Saint-Valentin, et la femme qui la déteste.

lsd-12-saint-valentin-2Au risque d’oublier, elle n’y attache aucune importance et serait capable d’en oublier la date. Car elle clame haut et fort, et sans peur de heurter monsieur, que la Saint-Valentin est une fête commerciale, futile et source de conflit. À l’inverse, l’homme s’y voit déjà : fleurs à gogo, musique d’ambiance, dîner romantique et étreintes amoureuses. Il imagine déjà sa belle découvrant cette jolie parure de bijoux… Il imagine aussi la nouvelle montre qu’elle aura pensé à lui offrir ; celle qui lui a fait de l’œil, il y a 8 jours au centre commercial avec sa belle. Elle a forcément remarqué ses allusions : « oh quelle est belle cette montre », « elle serait parfaite avec mon costume marron », « c’est LA montre qu’il me faut », etc. Il a même eu l’occasion de la passer au poignet. Alors, il en est sûr : elle a compris le message.

La vie est un paradoxe. Car il a raison, il va l’avoir son cadeau de Saint-Valentin. Ce ne sera pas forcément la montre, mais peut-être un parfum ou une nouvelle chemise. Un cadeau qu’elle aura trouvé à la va-vite, le jour même en sortant du bureau. Ce qu’elle imagine de la soirée, c’est une nuit torride avec un homme entièrement disposé. Pour le satisfaire, elle sait qu’elle devra faire preuve d’un peu de romantisme pour qu’ensuite, la nuit soit classée X.

Finalement, l’homme et la femme trouveront leur compte. Et qu’importe si pour l’un, ça compte plus que pour l’autre. À les entendre tous les deux, on croirait pourtant que la Saint-Valentin ce n’est pas pour eux ! Qu’ils n’ont pas besoin d’attendre le 14 février de chaque année pour se prouver leur amour, que la Saint-Valentin c’est tous les jours… À d’autres ! Ce qui se transforme en crise les autres jours de l’année va prendre bien des ampleurs ce jour là. Vous offrez des fleurs : il/elle a quelque chose à se reprocher ? Vous n’offrez pas de fleurs : il/elle ne pense pas à moi. Le discours des amoureux transis nous pompe l’air ; nous les célibataires.

De toute façon, pour eux comme pour les couples : c’est pareil. Ça les arrange bien d’être célibataire à la Saint-Valentin : on économise, on ne se prend pas la tête à imaginer la soirée fantasmée… On ne fait rien ! Et quand on dit « rien », c’est rien ! Le célibataire n’ose pas sortir de chez lui, ou alors en bande ; une bande de 4 millions ! Le genre de bande « je-m’en-foutiste » : les rebelles de la société. Ils ne l’avoueront jamais, et certainement pas devant les couples, que les célibataires se rêvent, eux aussi, d’une belle Saint-Valentin, qu’ils font seulement les fiers… Et le lendemain au bureau, à la machine à café et pendant les poses clopes, ils vont serrer les dents car il y en aura pour la journée des récits de Saint-Valentin de tous ceux qu’ils auront entendu dire : « nous, on ne fête pas la Saint-Valentin ».

Parce que OUI, si vous n’y pensez pas : ce sera LA GUERRE !

lsd-12-saint-valentin-4

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]