Editorial LSD n°13 – Mars 2015

lsd13-magazine-mars-2015-edito


[soundy button] [soundy title]


edito1_optNaruto,  Akira,  Ichigo  Kurosaki…

Qui n’a jamais rêvé d’incarner son personnage ou son héros préféré ? Ou de revêtir une armure ? C’est une tendance plus qu’affirmée qui a déferlée depuis quelques années et qui ne cesse de faire des émules : les cosplays. LSD vous emmène dans les coulisses des motivations de ces grands enfants passionnés. C’est vrai qu’on peut se poser la question de comprendre pourquoi et d’ou vient l’envie d’incarner, par le costume, le maquillage, la coiffure et l’attitude, son personnage favori. S’agit-il d’un retour en enfance, comme lorsqu’on enfilait le costume de cow-boy, d’Ulysse 31 ou de Mario ? Ou est-ce un refus de grandir et de vouloir rester un enfant dans ces moments de retrouvailles entre manga addict ? Laissons ces projections à Psychologie Magazine ! Nous à la rédaction, on adore. Venez et laissez-vous envahir par cet univers dejanté. Et qui sait, peut-être que cela vous donnera-t-il envie d’enfiler un masque…

Maxime Kouyoumdjian-Simonin
Rédacteur en Chef




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Phénomène cosplay

lsd13-magazine-mars-2015-dossier-cosplay-costume-fan-geek-nerd

Rien à voir avec Coldplay, le célèbre groupe de rock britannique ! Le Cosplay, c’est un mixte entre « costume » et « play ». Loisir pour les uns, passion dévorante pour les autres, le Cosplay est une pratique très courante au Japon. Et finalement, partout dans le monde. Le phénomène est né aux États-Unis par les fans inconditionnels de Star Trek et Star Wars. On a vu alors Spock, Captain Kirk, Yoda, Luke Skywalker et des dizaines de princesse Leia se jouer des coudes aux sorties ciné. L’idée ? Imiter son favori de la tête au pied. Les Cosplayers n’ont rien à envier à vos soirées déguisées d’anniversaire, ni à vos costumes d’Halloween. Avec eux, on monte d’un cran. Rien n’est laissé au hasard…c’est un monde à part. La ville de Nagoya au Japon rassemble chaque année, et depuis 2013, des milliers de Cosplayers. Et le Cosplay Championship récompense le meilleur binôme de Cosplay. Mais sans aller jusqu’au Japon, de nombreuses conventions sont organisées partout dans le monde, souvent à l’occasion de rendez-vous Manga, de Japan Tours ou de salons littéraires.


Pour en savoir plus : Rencontre avec Papa Cosplay

lsd-13-cosplay-5

– Qui se cache derrière “Papa Cosplay” ? Je n’ai crée ce nom qu’en septembre 2014, parce que la plupart des cosplayers avaient une page cosplay sur Facebook. C’était le meilleur moyen pour échanger des photos ou garder le contact avec des gens rencontrés pendant des conventions.

D’ailleurs je m’appelle P.A, mais quand j’ai voulu créer « P.A Cosplay » on m’a fait comprendre que ce n’était pas terrible. Et « Papa » a l’avantage d’être compréhensible dans toutes les langues!

– Qu’est-ce que le Cosplay ? J’espère que je ne vais pas me faire aligner par d’autres cosplayers, donc je vais préciser que c’est mon avis. D’ailleurs, j’y réfléchi encore parce qu’on me pose souvent la question et je n’avais jamais vraiment cherché à y répondre.

Le Cosplay, c’est se costumer (« déguiser » fait moins sérieux) en un personnage réel ou fictif. L’idée ? Recréer une tenue portée par le modèle avec accessoirement, perruque et maquillage pour une meilleure ressemblance. On peut chercher la ressemblance parfaite avec le modèle ou en faire une version interprétée. Je pense par exemple aux Cosplay de monstres/Pokémon/… où notre morphologie ne correspondra, apriori, jamais avec le modèle d’origine. Où avec les armures dans lesquelles il serait impossible de bouger si on devait les reproduire à l’identique ! Et comme les mascottes de Disney, on peut décider que l’armure suffit et que c’est plus confortable d’avoir son propre visage qu’un masque géant du personnage. Là, je pense à Buzz l’éclair avec une barbe…

Beaucoup ont l’air de penser que le cosplay vient du Japon, mais les Comic’Con et les conventions européenne regorge beaucoup plus de cosplayers. J’ai habité au Japon, je suis allez à une convention de manga, d’animé, et même au Tokyo Game Show, et je n’ai vu quasiment aucun cosplay. Ni même au fameux Harajuku le dimanche.

– D’où vient votre passion, votre envie de vous « costumer » ? Question difficile : j’aime ça, j’adore porter des armures. Mon dernier cosplay était d’ailleurs une armure portée par les joueurs d’un jeu vidéo.

Surtout, j’aime fabriquer des trucs ! J’aime aussi l’ambiance des salons de jeux vidéos ou des Comic’Con, on a plus l’impression de «participer» en se fondant dans le décor.

– Quel est votre univers favori ? Votre héro/héroïne ou votre personnage préféré ? J’aime beaucoup les Disney/Pixar/Dreamworks, mais je ne pense pas avoir d’univers favoris. Un de mes héros préféré c’est Buzz l’Éclair ! Mais sans parler de «héros», il y a de temps en temps des méchants qui sont vraiment géniaux, sans parler de leur charisme. Certains sont aussi complètement déjantés et ont pas mal de situations comiques avec le héros. Pour ça, j’adore l’infâme empereur Zurg (l’ennemie de Buzz) ou Izma (Kuzco – «À faire peur sans le faire exprès»). Mon préféré : le grand Hadès (Hercule) que je veux faire en cosplay dès que j’aurais trouvé un moyen de faire du faux feu !

– Combien de temps en moyenne mettez-vous pour fabriquer vos costumes ? Avec quoi ? En général, comme je veux être le plus détaillé possible, et que je ne participe qu’à quelques évènements dans l’année, je ne fais qu’un seul costume par an. Aussi parce que j’ai commencé quand j’étais étudiant, que j’ai changé plusieurs fois de ville ou de pays pendant mes études… Et un atelier ne se transporte pas facilement. Par manque de temps aussi. Depuis que je travaille, il me faut environ 5 mois pour fabriquer un costume et quelques mois pour les accessoires.

– Quel est le costume que vous aimeriez fabriquer ? La valise de Tony Stark dans IronMan 2 : le costume ultime qui se met et s’enlève en 2 secondes ! J’ai juste besoin de résoudre le problème de la matière qui sort de nulle part grâce à la 3D…

– Lorsque que vous incarnez un personnage, que ressentez-vous ? Quelles est la réaction des gens ? Je fais principalement des armures ou des cosplays imposants. Dans une armure, on ressent un certain sentiment de puissance (mais puisqu’on reste en mousse ou en plastique, on garde la tête froide.

Avec mon armure en cuir du Gronnstalker, je me souviens que les gens étaient souvent impressionnés, déjà par la taille de l’armure, ensuite par les yeux qui bougent. Mais les plus grosses réactions, c’est avec les costumes connus. Le simple fait de se balader en Buzz l’Éclair dans la rue (sur le chemin des conventions) fait klaxoner un grand nombre de voitures. Les gens crient «Vers l’Infini et au Delà».

Ça me fait plaisir de voir l’enthousiasme des gens et leur envie de prendre une photo avec moi (enfin… avec mon personnage, mais je suis caché dedans).

Et il y a les compatissants qui demandent souvent si on n’a pas trop chaud ou si ce n’est pas trop lourd.

– Peut-on parler de communauté pour parler des cosplayers ?
On peut effectivement parler de communauté. Mais pas dans le sens où les cosplayers se regroupent dans leur coin, seulement par besoin de classification. Quelqu’un qui n’a jamais fait de cosplay peut aller sur un forum dédié au cosplay, à la fabrication d’armure ou autre pour poser des questions, recevoir des conseils, partager des photos. Dès sont premier costume, il sera un «cosplayer» ! Il n’y a pas de pré-requis pour être un cosplayer.

– Comment devient-on un bon cosplayer ? On commence par se faire plaisir parce que sinon on n’aura jamais la motivation de bien finir un costume (car ça prends du temps, et de l’argent). Il faut faire quelque chose qui nous tient à cœur, et garder cette motivation jusqu’au bout. Et elle sera vite récompensée lorsque vous montrerez votre costume lors d’un évènement.

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]