Interview architecte : Régis Botta

 lsd13-magazine-mars-2015-interview-architecte-regis-botta

Régis Botta, de l’élégance en toutes circonstances

De l’architecture au design, les créations de Régis Botta affichent leur raffinement.

Qu’il s’agisse du rutilant flagship de Mauboussin, de l’appartement W marqué du sceau de la naturalité, ou de la « chambre avec vue », concept de chambre d’hôtel primé lors du dernier salon Equip’Hôtel en partenariat avec le Designer Day’s, les œuvres de l’architecte DPLG se distinguent par leur harmonie et leur cachet. À la tête de sa propre agence « Régis Botta Architectures » depuis 2011, ce diplômé de l’École d’Architecture de Paris Belleville accumule les beaux projets. C’est ainsi qu’en 2015 il signera l’extension d’une maison individuelle atypique, la rénovation d’un restaurant parisien Etoilé, la conception d’une collection de meubles en verre en collaboration avec un maître verrier …

D’où venez-vous, Régis Botta ?
Je suis originaire de Toulouse, j’y ai grandi et fait une partie de mes études, notamment mes premières années d’études d’architecture.

Me reste du sud une pointe d’accent … et ma famille que je ne vois malheureusement pas assez souvent.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’architecture au point vouloir en faire votre métier ? Concevoir et voir se réaliser ce que l’on a imaginé …

Qu’est-ce qui vous séduit désormais dans votre profession ?
Concevoir et voir se réaliser ce que l’on a imaginé … (rires)

lsd-13-interview-architecte-regis-botta-9
Equip’Hotel

Êtes-vous, aujourd’hui, plus attiré par l’architecture d’intérieur ?
J’ai conduit, au cours de mes expériences professionnelles, la réalisation de divers types de construction (immeubles de bureaux, magasins, maisons individuelles…).

Aujourd’hui des projets de bâtiments sont en cours de réalisation, mais je ne dissocie pas l’architecture de l’architecture d’intérieur. J’aime penser que lorsque je conçois des espaces je crée des architectures intérieures.

lsd-13-interview-architecte-regis-botta-5
Flagship Mauboussin

Quels sont vos matériaux préférés ?
Le staff que j’utilise pour les plafonds. J’aime mettre en œuvre, de manière contemporaine, des techniques traditionnelles.

J’ai également tendance à penser que les composites permettent de mettre en valeur les matériaux naturels que je privilégie.

Mais, par-dessus tout, j’aime la lumière. J’aime la penser comme une matière que l’on peut sculpter. Elle met en scène les volumes et les espaces… elle est l’âme des projets.

Dans le flagship Mauboussin, comme dans l’appartement W, on trouve des plafonds qui répondent aux sols des miroirs créant des effets de perspectives et des échappées visuelles, des teintes proches de la nature. Un peu comme une signature ? Le contexte des projets est essentiel dans ma conception, mais il y a également une forte part d’intuition. Je n’ai pas assez de recul sur mon travail, mais il y a certainement un fil conducteur qui lie mes projets, je ne m’impose pourtant aucun vocabulaire. Je tente simplement de répondre au mieux aux projets qui me sont confiés, avec sincérité et humilité.

Contrairement à l’unité de teinte qui caractérise l’appartement W et Mauboussin, dans « la chambre avec vue », vous avez joué sur les couleurs pour délimiter les espaces. Avez-vous dû vous « forcer » ? Quelle importance la couleur tient-elle dans vos projets ?
Je préfère le ton à la couleur. Le ton est pérenne. Pour moi, la monochromie n’est pas synonyme de monotonie. Au contraire, elle devient très riche et subtile lorsque la tonalité est juste. Elle crée une atmosphère à la manière d’un parfum. Comme dans mon agence, un vieil et grand appartement avec parquet, moulures d’origine…dans lequel j’ai imposé une monochromie absolue…

lsd-13-interview-architecte-regis-botta

Êtes-vous intéressé par les technologies ayant trait à l’automatisation de l’habitat, aux économies d’énergie ? Les nouvelles technologies sont essentielles, et je m’attache à ce que mes projets soient, autant que possible, l’occasion d’utiliser des procédés nouveaux.

En revanche, je veille à ce que l’aspect technique des projets s’efface le plus possible.

Concevoir des objets, du mobilier est-il un passage incontournable pour un architecte, ou cela répond-il à une logique d’aménagement du lieu que l’on crée ? Pour ma part, les domaines de création ne se cloisonnent pas. Le design fait partie intégrante de mon travail.

Si l’on vous proposait de créer un univers à votre image, sans aucune limite, à quoi ressemblerait-il ? Il n’y aurait pas de murs.

Avez-vous une œuvre architecturale qui vous fascine et que vous auriez aimé réaliser ? L’architecture de l’air d’Yves Klein.

Quels sont vos centres d’intérêts hors domaine professionnel ? J’ai le sentiment que tout est en lien avec mon métier.

Utilisez-vous le net ? La dictature du mail ne nous a-t-elle pas tous asservis ?

Êtes-vous musique ? Oui beaucoup, j’écoute du meilleur au pire … Au grand dam parfois de mes collaborateurs. (rires)

Que lisez-vous ? J’amasse les livres d’art …

Gourmand ? Autant gourmand que gourmet … Autant sucré que salé… Mon drame!

Amateur de vins ? Vins sans oublier le Champagne !

Vos dernières vacances ? Les prochaines ?

Les dernières à Paris. Les prochaines ? …Je décide toujours au dernier moment.

Êtes-vous curieux du monde et de ce qu’il s’y passe ? J’aimerai parfois ne pas l’être…

Par Mireille Mazurier




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Une réflexion au sujet de « Interview architecte : Régis Botta »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *