Meet me : JoFo

lsd9-meet-me-jojo-5

À une lettre près…

Perché sur les hauteurs de la belle région bordelaise, Toto a pris de l’altitude. Il est à Bouliac, dans le merveilleux hôtel d’architecte de Jean Nouvel : le Saint-James. De JoFo à Toto, il n’y a qu’une lettre ; le « F » pour l’artiste, le « T » pour l’œuvre. Jean-François Duplantier allias JoFo raconte les aventures de Toto ; un petit personnage rigolo à la mine renfrognée. Déjà plus de vingt ans que ça dure ! Entre les aplats, les traits, les coulures, les collages… Toto s’installe, observe et s’étonne. « Toto ne sourit jamais, il porte presque toujours un casque pour se protéger du monde qui l’entoure. Il est perplexe, faussement naïf. Quelque part, Toto me ressemble » explique l’artiste qui esquisse un univers malicieux et espiègle ; des toiles vivement colorées qui cachent en deçà l’illusion d’un monde parfait.

lsd9-meet-me-jojo-8

Préférant la rondeur de la courbe à la sévérité du trait, la couleur au noir et blanc, JoFo profite de l’innocence de Toto pour dépeindre une réalité douce-amère : la corrida, Fukushima, les geurres… Mais pas seulement, Toto raconte également les premières fois, l’amour et l’amitié, les aventures de la vie, les joies et les tracas du quotidien. JoFo parle de son petit personnage comme de son propre enfant, chaque toile à son histoire ; celle d’un voyage, d’une sensibilité… « Le hasard est une source d’inspiration ». La vie et la musique aussi ; le rock ‘n’ roll surtout.

lsd9-meet-me-jojo-11

Chanteur des Snoc et architecte de formation, JoFo s’amuse d’un regard différent. Depuis sont atelier situé aux Chartrons (Bordeaux – 33), Jofo coiffe Toto d’un drôle de chapeau. De l’architecture controversée de Mériadeck à l’art architectural classique français du XVIIIe siècle et à la modernité d’aujourd’hui et de demain, « Chapo Bordo » rend hommage à celle que l’on surnomme « la perle d’Aquitaine ». Mais quand ce n’est pas Bordeaux qui s’incruste, Toto se fait un malin plaisir à occuper la ville ; « j’adore que Toto aille à la rencontre du public ». Toto anime ainsi la façade de l’hôpital des enfants, il se cache dans les vignobles, rythme les façades des logements sociaux du Grand Parc, habille la vitrine de la maison du vélo… Il est aussi à Talence (33) dans l’œuvre : « Lost in the supermarket » où Toto s’agite dans une multitude de scènes sans se soucier des clients qui défilent. Et longtemps, jusqu’en 2012, il a été à Paris sur le cylindre central du Forum des Halles ; « Le cylindre à Totos » ou « Les Totos envahisseurs ». Sans compter les nombreuses fois où Toto a pris le large…

lsd9-meet-me-jojo-4

Rien d’étonnant alors que sa bouille arrondie vous semble familière. Et peut-être l’avez-vous vu sur des affiches : celles de la Féria de Dax, de la Fête de l’Humanité 33, des 100 ans du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace du Bourget ? Encore, l’avez-vous sans doute aperçu lors de la Cow Parade ou sur l’une des bouteilles géantes de la fête du vin en 2012 ? De Picasso, de la griffe « Haring » à l’art typographique de Ben, JoFo expose son acolyte à un art libre qui s’affranchi des codes et de la technique ; un univers artistique public / pudique ! C’est d’ailleurs ainsi que se résume l’œuvre du papa de Toto, et de « Chapi Chatô », 20 dessins d’architecture viticole en bordelais qui se laissent apprécier librement au Saint-James jusqu’au 6 octobre. Et prochainement, du 17 octobre au 20 décembre, Toto est au musée Marzelles de Marmande pour une confrontation avec Abel Boyé, un peintre du XIXème siècle.

Par Laurène Delion

Lien site de l’artiste :  http://jofoland.fr/

Battlefood : le Camembert

lsd9-meet-me-jojo-0

Le combat des chefs : Flora Mikula vs Yoni Saada

Marque emblématique de la tradition fromagère française, le Camembert Cœur de Lion figure aujourd’hui parmi les fromages préférés des Français. En plus de 20 ans, il est devenu un incontournable des plateaux de fromages. Sauf que voilà, le Camembert s’invite également dans la cuisine. De l’amuse bouche au dessert, les chefs Flora Mikula et Yoni Saada ont été mis au défi.


portrait-flora-mikula

Gastronomie pétillante !

Flora Mikula a longtemps travaillé auprès de Jean-Pierre Vigato et d’Alain Passard. Elle se lance ensuite aux Olivades, avenue de Ségur à Paris, avec un bistrot d’inspiration provençale. Elle crée ensuite les « Saveurs de Flora » où elle pratique une cuisine gastronomique qui reflète sa personnalité. Elle est aujourd’hui propriétaire d’une jolie auberge-restaurant aux abords du Marais, entre La Bastille et Oberkampf. Avec « l’Auberge de Flora », elle revient aux sources de ce qu’elle apprécie le plus : une cuisine conviviale et accessible.

La ribambelle des recettes…


yoni-saada

Petit et mignon !

Yoni Saada n’est pas seulement le candidat de la saison 4 de Top Chef arrivé aux portes de la finale ; c’est un cuisinier moderne et généreux qui a ouvert son restaurant il y a bientôt 8 ans, et un disciple d’Escoffier. Après son passage dans l’émission, il décide de changer le concept de son restaurant « Osmose » en « Miniatures », un lieu convivial et accessible en plein Paris où il sert une cuisine pleine de fraîcheur, gourmande et très contemporaine, autant dans les goûts que dans ses dressages.

La ribambelle des recettes…

>> Toutes les recettes

En partenariat avec Cœur de lion