SHOPPING – News

lsd14-magazine-avril-2015-shopping-achat-design-deco-home-house-lifestyle-object-objets-interieur-meuble-ammeublement-center


Banc illusion
Banc illusion 22 22 Édition design

Banc illusion by 22 22 Édition design

À partir de 3245€
Aircell
Aircell Roche Bobois

Aircell by Roche Bobois

Design : Sacha Lakic Prix : NC
Sonia Coloda
Sonia Coloda La fiancée du Mékong

Sonia Colada by La fiancée du Mékong

74,99€
Afillia
Afillia .Exnovo

Afillia by .Exnovo

Design : Alessandro Zambelli Interior Innovation Award 2015 À partir de 500€
Lit Volare
Lit Volare Poltrona Frau

Lit Volare by Poltrona Frau

Design : Roberto Lazzeroni Prix : NC
Amenos
Amenos Cappellini

Amenos by Cappellini

Design : Antonio Facco Prix : NC
Here comes the sun
Here comes the sun DCW Éditions

Here comes the sun by DCW Éditions

Design : Bertrand Ballas Prix sur demande
Nidin
Nidin Fabbricabois

Nidin by Fabbricabois

Design : Mattia Paco Rizzi www.mattiapacorizzi.com Prix sur demande ©Fabbricabois/Florence Joubert
Étagère murale
Étagère murale Avec Ceci

Étagère murale by Avec Ceci

Lanières vendues par lot de 2 39€
Koro
Koro Veronese

Koro by Veronese

Design : Christian Biecher Prix : NC

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


SHOPPING – High-Tech

lsd14-magazine-avril-2015-shopping-achat-high-tech-life-style-design-deco-amazing-apple-samsung-sony-microsoft-lenovo-dell-iphone-ipad-free-nice-good-deal


Tomypocket & Tomysmart
Tomypocket & Tomysmart Tomybike

Tomypocket & Tomysmart by Tomybike

Plier, déplier, pédaler...découvrez les nouveaux vélos à assistance électrique pour séniors actifs. À partir de 1300€
Playbuld candle
Playbuld candle Bathroom Graffiti

Playbuld candle by Bathroom Graffiti

Contrôlez la bougie grâce à votre smartphone ou tablette 24,90€
Blub Uno
Blub Uno Blud

Blub Uno by Blud

Tu as l'heure ? Oui dans le tube ! À partir de 250€
Platine TD102
Platine TD102 BigBen

Platine TD102 by BigBen

Emportez partout le son chaleureux de vos vinyles. 74,90€
Philips 9100
Philips 9100 Philips

Philips 9100 by Philips

Un téléviseur ambilight 4 côtés, ultra-plat avec Android. Prix conseillé : 2 600€
Collection Home Smart
Collection Home Smart IKEA

Collection Home Smart by IKEA

La première collection IKEA avec chargeur de téléphone & tablette intégré. De 4,99 à 108,90€
Foobot
Foobot

Foobot

Un objet connecté qui prend soin de la qualité de notre air intérieur. 199€
aHead
aHead Kreafunk

aHead by Kreafunk

Une petite touche rétro, des couleurs douces, un design élégant : soyez funk ! 48,10€

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


FLUOR, une agence d’architecture détonante

 lsd14-magazine-avril-2015-lifestyle-design-deco-architecture-interview-architectes-fluor-agence-tendance

Deux cerveaux à 800 km, l’un est de culture alsacienne, Hervé Schneider, l’autre s’est nourri au soleil de la Méditerranée, Guillaume Avenard. Cette distance est devenue leur mode de fonctionnement. La formule fête ces 10 ans cette année. Elle a pour nom FLUOR !

Une agence qui sent le dentifrice ?
G . A. : « C’est un nom que nous avons trouvé dès notre première collaboration. FLUOR, c’est court et c’est un mot qui existe dans toutes les langues. Cette molécule n’a rien à voir avec notre milieu. Justement, ça interpelle. Mais, plus encore, c’est son aspect ‘’cheval de Troie’’ qui nous a conquis : Le fluor est un composant du dentifrice et on l’associe à quelque chose de propre, bien blanc, un peu comme Hervé et moi qui présentons bien et n’effrayons personne. Mais le fluor peut être violent, il est dans la composition de la bombe atomique, c’est un élément ultra réactif, capable de faire fondre l’éprouvette dans laquelle il se trouve. Et cela nous ressemble aussi : ”propres sur nous”, sympathiques, certes, mais nous pouvons devenir rugueux. Nous avons des convictions, celles de nos audaces. Alors nous pouvons passer pour prétentieux, fous, agités. Car nous défendons nos projets ».

lsd-14-architecture-fluor-musuem-van-gogh-2
Fondation Van Gogh – Arles

À feuilleter, le catalogue des réalisations de l’agence : la fondation Van Gogh d’Arles, la maison de l’enfance à Drulingen, la villa Jalle dans le Vaucluse, la base de loisirs balnéaires de Colmar-Houssen, le théâtre antique d’Arles, le premier indice de la bicéphalie de ses fondateurs est surtout géographique..
G.A. « Hervé est installé à Strasbourg, moi, en Avignon. À l’origine, nous devions nous retrouver en Alsace. Mais nous avons été rattrapés par la technologie : nos échanges verbaux par téléphone, puis par fax, ont lieu désormais, par écran interposé. Skype et tous les autres gadgets de geeks sont arrivés pour nous permettre de travailler à distance. La contrepartie, c’est que nous devons être rapides, systématiques. On dessine vite, on écrit vite, on crée la 3D vite ».

FLUOR est donc une agence au corps extensible, surmonté de deux têtes et animé de dizaines de bras, un peu à l’image d’un dieu indien ?
G.A. « Notre bicéphalie est une réalité difficile à saisir pour beaucoup, mais, heureusement pas pour tous, comme nous l’a confié Christian Lacroix en visitant la maison de l’enfance à Drulingen. En découvrant les lieux, il a compris que le regard croisé à distance pouvait être une marque de fabrique ».

Ni Avenard, ni Schneider, mais FLUOR, une agence qui brasse des projets différents, en refusant toute spécialisation ?
G.A. « Nous avons besoin de liberté, notre démarche ne doit pas être contrainte, pas plus que la réponse que nous apportons. Notre attitude a été confortée par Norman Foster lorsqu’il a visité la fondation Van Gogh. Lui aussi a reconnu ‘’ne pas se spécialiser parce que tout est bon à prendre’’. C’est aussi pour cela que nous ne travaillons pas seuls, que nous sollicitons des artisans [cf. la fabrication de l’incroyable origami en bois de chêne dans la villa Jalle], et des artistes [lcf. la subtile installation de verres colorés conçue par l’artiste suisse Raphaël Hefti pour la fondation Van Gogh]. D’ailleurs, actuellement, nous travaillons sur un studio photo, des logements de grands luxe et des habitations économes en énergie ».

lsd-14-architecture-fluor-maison-jalle-6
Villa Jalle – Vaucluse

Vous avez bien des limites ?
G.A. « Pas de limite à la question du projet, surtout pas celle de l’apprentissage auquel nous sommes toujours ouvert. Nos projets sont aussi intellectuels que physiques (on les construit, on ne les confie pas à un maître d’œuvre), et cela nous nourrit. Par exemple : descendre dans un vide-sanitaire ou grimper à 15 mètres de hauteur, ce sont des actions que l’on fait sans rechigner. Bien au contraire, ce sont des réalités dont il ne faut pas s’éloigner ».

À quoi ressemblent vos séances de travail ?
G.A. « Nous nous racontons des histoires, jusqu’à les trouver cohérentes. Nous passons ensuite à l’écriture, avant de dessiner. De la même façon que l’on écrit un scénario, puis un story-board avant de passer au tournage d’un film, nous éprouvons notre récit avant de nous lancer dans la spatialisation. Notre démarche initiale n’est pas intellectualisée ; nous avons juste l’exigence d’un résultat ».

Que pensez-vous de votre métier ?
G.A. « L’architecture est un cheminement, un parcours qui n’est pas éphémère. Il est important de faire autre chose que du bâtiment. Nous sommes dans le long terme, pas dans la mode ou dans l’obsolescence. À FLUOR, nous n’avons pas d’écriture prédéfinie parce que nous ne refaisons jamais deux fois le même projet. Nous ne sommes pas des inventeurs, mais nous voulons surprendre. L’architecture est aussi un univers qui permet de très belles rencontres avec des gens qui ont un vrai savoir-faire, un amour des matières. C’est ce qui fait l’humanité des éléments que nous mettons en place ».

Avez-vous vous une matière prépondérante ?
G.A. « Nous avons besoin de toucher, de sentir, de respirer. On trouve beaucoup de bois dans les réalisations de FLUOR. La résille sur la maison de l’enfance a nécessité un kilomètre de mélèze de Sibérie. La structure origamique de la villa Jalle : plus de 80 panneaux de chêne pour 90m² d’élévation, assemblés dans le sens de la fibre du bois pour obtenir un mouvement ascendant et une attraction vers les arêtes de l’objet. Nous n’avons aucun a priori. Nous avons alterné aluminium et mélèze pour les murs du théâtre antique d’Arles, nous emploierons de la tôle pliée pour le studio photo… ».

 

lsd-14-architecture-fluor-base-loisir-2
Base de loisirs balnéaires – Colmar-Houssen

Et l’écologie dans tout ça ?
G.A. « Nous essayons de jouer pleinement notre rôle de conseil sur la question environnementale. Mais nous ne sommes pas thermiciens. En revanche, nous y sommes extrêmement sensibles. La fondation Van Gogh en est un bon exemple. À l’époque du concours, en 2009, nous n’avions aucune obligation environnementale. Mais c’est là où notre bicéphalie a joué, car l’Alsace est en avance dans ce domaine. Nous avons effectué un diagnostic d’infiltrométrie par caméra thermique. Le résultat nous a poussés à changer une grande partie des menuiseries de la partie à rénover ».

Avez-vous une envie particulière à tester dans un de vos prochains projets ?
G.A. « La récupération de matériaux. Mais vous en dire plus est encore impossible… ».

Un projet un peu fou ?
G.A. « Dessiner des maisons reproductibles, à l’image d’une collection de prêt-à-porter… ».

Par Mireille Mazurier




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


SHOPPING – Chaises

lsd14-magazine-avril-2015-chairs-chaises-deco-design-tendance-interieur-maison-home-house-style-shopping-achat-meuble


Suzie
Suzie Les Gambettes

Suzie by Les Gambettes

À partir de 140€
AlfredCovo
AlfredCovo Homology

AlfredCovo by Homology

240€
Princess of Love
Princess of Love Slide

Princess of Love by Slide

280€
Raw
Raw Muuto

Raw by Muuto

Design : Jens Fager Prix moyen : 350€
Loop
Loop Rodet

Loop by Rodet

Design : Fred Rieffel 150€
Tripp Trapp
Tripp Trapp Stokke

Tripp Trapp by Stokke

Chaise de bébé évolutive 179€
Tour Eiffel
Tour Eiffel Acrila

Tour Eiffel by Acrila

990€
WM
WM Woodmood menuiserie créative

WM by Woodmood menuiserie créative

Design : Mathieu Camillieri 240€
Osso
Osso Portobello/La boutique

Osso by Portobello/La boutique

Design : Erwan et Ronan Bouroullec À partir de 695€
Flex
Flex Estampille 52

Flex by Estampille 52

340€

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


REPORTAGE : The Cliff House – Dakar

lsd14-magazine-avril-2015-deco-design-tendance-interieur-report-reportage-cliff-amazing-beautiful-home-maison-swimming-pool-piscine-terrasse-color


[soundy button] [soundy title]


En voyant cette maison accrochée à la falaise, Maxime Le Forestier aurait pu faire un remix de son tube des année 70. La Cliff House est une villa spectaculaire, magique et mystérieuse. Elle surplombe l’océan Atlantique depuis Dakar, sur le site historique d’un ancien bunker de la Seconde Guerre Mondiale. En exploitant les vestiges du passé, SAOTA et AA Interiors imaginent une villa atypique et aquatique.

lsd-14-report-dakar-sow-house-atlantic-ocean-7

Sous ses lignes contemporaines, derrière l’intensité de son blanc et de ses nuances de bleu, la Cliff House compose l’histoire au présent en conservant dans ses murs, une partie du bunker datant de l’époque de la Seconde Guerre Mondiale. À l’intérieur : un cinéma ouvert sur un bassin. Le bassin, la piscine à débordement, l’océan Atlantique…l’eau délimite les contours de la propriété. Les frontières s’affinent, s’effacent. Le dedans et le dehors se confond et se mêle. Au-dessus du cinéma, la vie s’organise en L, et en transparence, autour de la piscine et du jardin…et jusque au vide. L’ambiance est à l’équilibre, aux matières chaudes et texturées, au bois, au granit, à l’acier et au marbre. L’architecture de SAOTA et le design de AA Interiors subliment l’espace intérieur avec une décoration en trois dimensions, lumineuse, teintée bois, voluptueuse et lisse.

L’angle, entre les salons et la cuisine, est habillé avec un impressionnant escalier circulaire vêtu d’acier et de granit blanc. Derrière cet imposant édifice, le garage, propre et ordonné, expose les véhicules comme des œuvres d’art. « Partout dans la villa, les objets d’art modernes créent une intention résolument contemporaine » explique Mark Rielly de AA Interiors. Le vitrage des plafonds des salons, et au-dessus de l’escalier, ajoute à la transparence et à la modernité.

L’espace nuit s’octroie la hauteur de l’étage pour observer la ligne de l’horizon. Avec sa terrasse, la suite parentale surplombe et pointe son nez vers l’océan. La salle de bains, avec douche extérieure, préfère l’intimité rassurante d’un jardin privé.

L’œil circule librement, entre tant de beautés, dans cette grande villa de plus de 1000 m², l’océan en unique panorama. Folie des grandeurs, luxe et opulence ! L’architecture déborde vers l’extérieur, créant ainsi un espace couvert et connecté devant la piscine, devant l’océan…encore et toujours. La brise réveille, le mouvement de l’océan rythme la décoration et structure l’architecture.

lsd-14-report-dakar-sow-house-atlantic-ocean-3

Par Laurène Delion




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Les objets cultes

lsd14-magazine-avril-life-style-design-dossier-objets-cultes

Jamais démodés, les objets cultes traversent les époques de générations en générations. Remis au goût dans des coloris à la mode, les objets cultes habillent les intérieurs de nos maisons, de la chambre au salon en passant par la cuisine et le garage, ainsi que les salles des restaurants, des bars ou des musées de la capitale et des bourgades de France et de Navarre.


lsd-mag-14-objet-culte-iconique-design-pen-stylo-bic-blue-bleu-write-ecriture-ecrire-capuchon-bille-writing-color-new-icon
Stylo BiC

Parmi les indémodables : le Rubik’s Cube, la girafe Sophie, le stylo BiC, le tabouret diabolo tam-tam d’Henry Massonnet, le mange-disque… Il y en a tant d’autres : le skateboard et le canapé convertible. À part les jouets, ce sont les ados qui, finalement, raffolent des objets du passé. Car les couleurs pop plaisent à l’humeur. La mode des années 70’ avec ses tracés arrondis, se connecte à la génération Y. Les objets cultes, ou « iconiques » sont les témoins de nos générations. Inscrits dans l’inconscient collectif, ces objets dont l’influence esthétique caractérise nos sociétés, nous définissent en tant qu’être humain. « Un objet, un meuble va traverser les époques dès lors qu’il marque une sorte de rupture conventionnelle en se détachant des archétypes commerciaux. L’objet s’installe ainsi dans un référent populaire, signant à la fois une culture et une communauté » explique le bureau de tendances Nelly Rodi. À mi-chemin entre l’art et la science, à la croisée de l’utile et l’agréable, les objets cultes traduisent les envies design des uns, quand ils piquent la nostalgie de nos ainés. Car derrière l’histoire et le dessin, l’objet n’a pas toujours été culte. Le culte de l’objet naît d’un processus engagé par la communication. N’est pas culte qui veut !

lsd-mag-14-objet-culte-iconique-design-tabouret-tool-tamtam-chaise-branex-chair-color-new-icon-1
Chaise A – Tolix

Qu’est-ce qu’un style BiC sinon un stylo ? Et le Vespa, n’est-il pas seulement un scooter ? C’est pareil pour Sophie la girafe…fabriquée artisanalement depuis plus de 50 ans. Cette petite girafe en caoutchouc est l’exemple parfait. Sophie est venue bousculer le règne du chat, du chien et du cheval. À l’époque, l’enfant jouait avec des figurations d’animaux domestiques ou familiers issus du monde de la ferme. Et c’est tout ! Née alors Sophie la girafe, la première figuration exotique sur le marché du jouet pour bébé. La différence a payé, mais les mamans ne s’y trompent pas : Sophie n’est pas qu’une vulgaire girafe en caoutchouc. Sophie est l’alliée des premières poussées dentaires de bébé. Bébé ne pleure plus ! Et un bébé qui ne pleure plus (ou moins), c’est le rêve de toutes les mamans, non ? Ni une ni deux, les mamans se rencontrent au parc…ça discute au parc. On se rassure, on partage son expérience, on s’échange les bonnes idées ! Bref, ça s’appelle le « bouche à oreille ». Voilà comment Sophie la girafe est devenue culte ; du berceau de vos parents à celui de vos futurs enfants.

Le secret ? Le bon timing ! L’objet doit plaire, être utile, accessible… Sans cesse réinterprétés, ces objets visionnaires et universels sont devenus de véritables icônes. Ne cessant de répondre à nos besoins, améliorant ou facilitant notre quotidien, les objets cultes sont tout à la fois ; esthétiques, fonctionnels et techniques. Dotés parfois de considérations économiques, et de plus en plus de considérations environnementales, ces objets, dont nombreux ouvrages font l’éloge, sont « cultes » pour des motifs qui, souvent, échappent à la raison. Car en définitive, la recette miracle n’existe pas. Le phénomène est aléatoire, principalement soutenu par des paramètres subjectifs. Pourtant, de nos grands-parents à nos futurs petits-enfants, l’empathie pour ces objets là ne cessera d’exister. « Les objets sont des repères. L’avenir fait peur car on a l’impression d’être privé de liberté. D’ailleurs, on observe une certaine lâcheté créative d’où la tendance rétro ! On aime le côté usé des objets, on leurs demande d’avoir une âme, un passé, une histoire…. Le design est marqué par un retour aux « trente glorieuses », symboles de liberté et période de l’émergence et de l’âge d’or du design. Après les « trente piteuses », la tendance est au mix & match, à l’ethnique, au folklorique, au classique chic…et un certain goût pour l’expérimental. On est dans le remix, c’est dans ces années là que l’on a créée la notion d’iconique ou de culte ».

Moderniser pour satisfaire les générations futures, les objets, tout comme la mode, se font et se défont à l’aube des nouvelles tendances dans un cercle infini de créations.

 

lsd-mag-14-objet-culte-iconique-design-tabouret-tool-tamtam-chaise-branex-chair-color-new-icon
Tabouret Diabolo TamTam – Branex

Par Laurène Delion

 




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


SHOPPING – L’adulte est un grand enfant

lsd14-magazine-avril-2015-shopping-amazing-activity-play-toy-man-adulte-adult-girl-women-friend-free-style-life-sport


Flyboard Legend
Flyboard Legend Zapata Racing

Flyboard Legend by Zapata Racing

Envie d'être un James Bond ? [3800€]
Bebop Drone
Bebop Drone Parrot

Bebop Drone by Parrot

Pour voler, filmer et photographier le monde à 180° comme un pro! [499€]
Longboard Origine 74
Longboard Origine 74 In'Bô

Longboard Origine 74 by In'Bô

De la glisse made in bois et made in France [340€]
The Versaro 195 Pro V-Spec 6.0 GT Formula
The Versaro 195 Pro V-Spec 6.0 GT Formula

The Versaro 195 Pro V-Spec 6.0 GT Formula

À partir de £56,034
Wood.b
Wood.b BSG Bikes

Wood.b by BSG Bikes

Un vélo en bois et en acier dessiné par les designers Thierry Boltz et Claude Saos. [À partir de 3190€]
Le Teck
Le Teck Billard Toulet

Le Teck by Billard Toulet

Disponible dans les tailles : 190-210-220-240-260-280-310, Disponible en mode de jeu français, 8pool, américain ou mixte. Couleur du tapis au choix parmi 30 couleurs. Modèle en teck massif. À partir de 8 890€ accessoires et livraison/installation en France métropolitaine incluse.
Scion Sled vernion black
Scion Sled vernion black Snolo

Scion Sled vernion black by Snolo

Coque en fibre renforcée HDPE et ski en fibre renforcée en polyéthylène. $USD 549.00
Flipper
Flipper Franckymatic

Flipper by Franckymatic

Un flipper à domicile pour les nostalgiques des jeux vidéos... Neuf : à partir de 5000€ Occasion : à partir de 2000€

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]





 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


LSD 14 – BATTLEFOOD : l’agneau

lsd14-magazine-avril-life-style-design-dossier-battlefood-agneau-eric-frechon-christophe-marguin-chef


#Éric Frechon

lsd-mag-14-battlefood-food-chef-eric-frechon-gastronomie-cuisine-lazare-paris

Situé à Paris, c’est dans la ville de l’amour qu’Eric Frechon a décidé d’ouvrir son propre restaurant « Le LAZARE ». Pour la première fois et avec chic, un chef étoilé ouvre un restaurant au sein d’une gare, la gare Saint Lazare. Le LAZARE est un endroit chaleureux et accueillant, idéal pour partager un moment culinaire en famille, entre amis ou entre collègues.  Décoré des insignes des chevaliers de la légion d’honneur par Nicolas Sarkozy en 2008 et élu « Chef de l’année » en 2009, Eric Frechon n’a qu’une envie : envahir ses clients de toutes les sensations qu’il ressentait en goûtant le poulet rôti de sa mère ou encore sa fameuse tarte aux pommes. Des plats remplis d’émotions et de souvenirs.

lsd-mag-14-battlefood-food-chef-eric-frechon-gastronomie-cuisine-lazare-paris-restaurant

L’interview

Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’art culinaire ?
Avant tout, ce qui m’a séduit dans le monde culinaire, c’est le partage et la transmission que chacun peut apporter, mais aussi la rigueur et la passion qu’exige ce milieu.

Quel est votre plat préféré ? Votre ingrédient préféré ?
Mon plat préféré serait le Lièvre à la royale, et en ce qui concerne mon ingrédient préféré, je dirais la truffe… blanche ou noire.

Avez-vous une cuisine qui vous inspire ?
J’apprécie beaucoup la cuisine japonaise, c’est une cuisine très semblable à la cuisine française, avec son histoire, le respect et la noblesse des produits.

A quoi pensez-vous lorsque vous cuisinez ?
Lorsque je cuisine, je pense principalement à mes clients, car j’ai envie de leur faire plaisir et de leur offrir un moment magique.

Quelle a été votre plus belle rencontre culinaire ?
Paul Bocuse bien évidemment, notre père à tous !

Pouvez-vous nous parler de votre recette « Agneau de sept heures confit aux citrons et aux olives » ?
C’est la recette best-seller de Lazare ! Une recette qui demande une patience inouïe pour la longueur de la cuisson, mais on n’en est que plus heureux lorsqu’on la déguste !


La recette : Agneau de sept heures confit aux citrons et aux olives

lsd-mag-14-battlefood-food-recipe-chef-eric-frechon-agneau-sept-heures-gastronomie-cuisine-lazare-paris

 Ingrédients pour 4 personnes :
Préparation : 45 min – Cuisson : 3h30-4h – Macération : 24h

1 grosse épaule d’agneau 2kg – 1 oignon – 3 litres de fond de veau – 1 trait d’huile d’olive

Pour la marinade : 1 citron – 1 tête d’ail – 1 bouquet de thym – 5 étoiles de badiane – 1 pincée de cumin en poudre – 50 cl d’huile d’olive – 1 litre de vin blanc

Pour le boulgour : 250 g de boulgour – 40 cl de fond blanc – 1 bouquet garni (thym, laurier, queues de persil) – 60 g d’olives Taggiasche – ½ botte de coriandre fraîche – 80 g de tomates séchées – 1 trait d’huile d’olive – Sel, poivre.

Préparation :
La veille, lavez les citrons et coupez-les en rondelles ; taillez la tête d’ail en deux.
Dans une plaque à bords hauts, versez l’huile d’olive et le vin blanc. Ajoutez les rondelles de citron, le thym, les étoiles de badiane, le cumin en poudre et l’ail non pelé. Mélangez le tout pour obtenir une marinade homogène.
Déposez l’épaule d’agneau dans la plaque en prenant soin de l’enrober de marinade. Placez au réfrigérateur et laissez mariner pendant 24 heures, en retournant l’épaule de temps à autre.
Le jour même, préchauffez le four à 180 °C (th. 6).
Épluchez et émincez l’oignon.
Égouttez l’épaule d’agneau et assaisonnez-la de sel et de poivre.
Dans un plat allant à la fois au four et sur une plaque de cuisson (type cocotte), versez un trait d’huile d’olive. Déposez l’épaule dans le plat et saisissez-la à feu vif, en la retournant rapidement pour bien la colorer sur toutes les faces. Retirez l’épaule et égouttez-la. À la place, faites suer l’oignon émincé pendant 2 minutes, sans laisser colorer. Remettez la viande dans le plat et versez de la marinade à mi-hauteur.
Enfournez et laissez cuire pendant 3h30 ou 4h. Arroser l’épaule régulièrement avec la marinade et compléter avec le fond de veau en cours de cuisson.
Pendant la cuisson de l’épaule, préparez le boulgour : faites chauffer une casserole avec le fond blanc et le bouquet garni, et quand il bout versez le boulgour. Laissez cuire pendant 10 à 12 minutes en mélangeant de temps à autre, puis retirez le bouquet garni et versez le boulgour dans un plat. Couvrez d’un film alimentaire et laissez gonfler pendant 5 minutes. Lorsque le boulgour a bien gonflé, égrainez-le avec une fourchette, en ajoutant l’huile d’olive au fur et à mesure. Salez, poivrez.
Une fois que l’épaule est confite, dorée et croustillante et le jus de cuisson assez réduit, servez-la dans un plat de service, avec le jus au fond. Répartissez autour le boulgour sur lequel vous déposerez des olives taggiasche, des tomates séchées et des feuilles de coriandre concassées.


 

Éric Frechon LAZARE
Éric Frechon LAZARE Éditions Solar - Photographies d’ambiance : Valérie Lhomme / Photographies des recettes : Valéry Guedes - Stylisme : Bérengère Abraham

Éric Frechon - LAZARE

Éditions Solar - Photographies d’ambiance : Valérie Lhomme / Photographies des recettes : Valéry Guedes - Stylisme : Bérengère Abraham


 



 


#Christophe Marguin

lsd-mag-14-chef-battlefood-food-recipe-recette-christophe-marguin-gastronomy-agneau-cook-cooking

Président de l’Association des Toques Blanches Lyonnaises, Christophe Marguin, quatrième de sa génération, est installé dans l’auberge familiale des Échets à Miribel ; une maison de renom de plus de cent ans. Couronné de deux toques au Gault&Millau, ce chef passionné est reconnu pour son engagement dans sa belle région du Rhône-Alpes. Christophe Marguin est attentif à la tradition et au goût. Un chef soucieux de transmettre l’art culinaire français au-delà des frontières !

L’interview

La gastronomie semble être une histoire de famille… Qu’est-ce qui vous a donné envie de suivre les pas de votre père ?
Pierrette, mon arrière-grand-mère, cuisinait par amour pour les voyageurs en calèche. Dès 1933, Catherine, ma grand-mère, s’activait avec bonheur au fourneau pour les amateurs de grenouilles. En 1966,  Jacques, mon père, associant au piano sa voix de ténor, fit de sa cuisine un théâtre. Quant à moi, depuis 1992, je continue l’amour, le bonheur et le théâtre, en perpétuant l’authenticité de notre cuisine.

Les 3 générations qui m’ont précédé ont écrit l’histoire de notre famille. Je me devais de la continuer.

Parlez-nous de votre parcours :
D’abord, un tour de France auprès de maisons renommées de Moulins, Paris, Strasbourg, Nice… Et un passage à Londres me permettant de rencontrer des chefs extraordinaires qui m’ont transmis à leur tour, le goût du travail et la passion du métier.

Quelle cuisine peut-on déguster dans votre restaurant installé aux Échets ?
On déguste une cuisinie de tradition savoureuse préparée avec des produits frais. Je veux transmettre à mes clients ce qui fait la force de notre maison. La volaille de Bresse à la crème et les grenouilles sautées au beurre et fines herbes représentent notre signature culinaire. C’est ainsi que ce délicieux batracien est devenu l’emblème de la maison. Quant à la recette, elle est transmise de génération en génération.

Quel est, à ce jour, votre plus beau souvenir en cuisine ?
Un repas chez Éric FRECHON, avec mes amis chefs Lyonnais. Un grand moment gastronomique, du service à l’assiette.

Quelle est votre plus belle rencontre culinaire avec un produit ? Avec un chef ?
Mon produit phare, c’est évidemment la grenouille… J’en déguste depuis que suis né, et ne m’en lasse pas.

Le chef qui m’a le plus marqué, c’est (indéniablement) Paul BOCUSE. J’ai la chance de le côtoyer quotidiennement et il me surprend à chaque fois.

Quelle est la place de la gastronomie aujourd’hui ?
La place de la Gastronomie est fabuleuse dans le monde d’aujourd’hui. La médiatisation est importante pour véhiculer l’image de nos métiers de service et pour que les mentalités changent. Cependant, il faut rester vigilent car cette surexposition peut avoir également ses revers…

Parlez-moi des Toques Blanches Lyonnaises
L’Association des Toques Blanches Lyonnaises, c’est une belle histoire… une belle équipe d’amis, une famille, et des chefs originaires de la France entière qui sont regroupés autour des mêmes valeurs de tradition.

 


La recette : Carré d’agneau en crépine fois gras de canard poêlé, jus au parfum du sud, raviolis de champignons

Ingrédients pour 8 personnes :
Carré d’agneau 3 côts panés – 400g d’escalopes de foie gras – crépine – champignons de Paris – échalotes – bolets séchés – jus du fois gras poêlé – tête d’ail – thym citron – pâte à raviole chinoise

Préparation :
Faire saisir le carré d’agneau à l’huile d’olive.
Poêler les escalopes de foie gras (50g par personne), saler et poivrer. Réserver.
Faire une duxelle dèche (chamignons de paris, échalotes, bolets séchés, jus du fois gras poêlé, sel poivre).

Finition et dressage :
Étaler la crépine. Placer le foie gras poêlé, le carré d’agneau et bien s’assurer que le carré est bien entouré par la crépine.
Cuire à 180° pendant 12 min pour une cuisson rose.

Confectionner le jus avec les parures et os d’agneau.
Bien colorer au four.
Mouiller avec une tête d’ail et thym citron. Réduire, rectifier l’assaisonnement, passer au chinois.

Cuire les pâtes à ravioles chinoises puis les réserver à l’eau glacée. Étaler les pâtes à ravioles cuites, les farcier avec la duxelle et la plier en deux pour la fermer.

Remettre à température.



Par Laurène Delion et Alexis Noreils




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]





 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Carnet d’adresses : LSD-mag 14

lsd14-magazine-avril-2015-lifestyle-design-deco-architecture-carnet-adresse-dreictory-amazing-street-phone-number-mail-web


SHOPPING : Les nouveautés

Shopping & photos : Alessandro Zambelli, Piazza Manzoni 2, I–46013 Canneto sull’Oglio, Mantua, www.alessandrozambelli.itAvec Ceci, www.avec-ceci.fr – DCW Editions, www.dcw-editions.frCappellini, www.cappellini.itFabbricabois, 19 Rue Bisson, 75020 Paris, www.fabbricabois.comLa fiancée du Mekong, www.lafianceedumekong.frPoltrona Frau, via Sandro Pertini 22, 62029 Tolentino (MC), www.poltronafrau.comRoche Bobois, 18 rue de Lyon, 75012 Paris, www.roche-bobois.comVeronese, 184 boulevard Haussmann, 75008 Paris, www.verone.se22 22 Edition Design, 43 rue Beaubourg, 75003 Paris, www.2222editiondesign.fr.exnovo, www.exnovo-italia.com

SHOPPING : High-Tech

Shopping & photos : BigBen Interactive, 396 rue de la Voyette, 59818 Lesquin, www.bigben.fr Blub, www.blub.com.auFoobot, www.foobot.ioIKEA France, 425 rue Henri Barbusse, 78370 Plaisir, www.ikea.comKreafunk, Industrivej 29, 7430 Ikast, Denmark, www.kreafunk.com Philips, 33 rue de Verdun, 92156 Suresnes, www.philips.fr Playbuld, www.playbulb.com TomyBike, 220 avenue Pierre Puget, 83370 Saint Aygulf, www.tomy-bike.fr

SHOPPING : Chaises

Shopping & photos : Acrila, 10 rue Claude Chappe, 33600 Pessac, www.acrila.comEstampille 52, Viaduc des Arts, 91 avenue Daumesnil, 75012 Paris, www.estampille52.comHomology, www.homology.comLes Gambettes, www.lesgambettes.frMuuto, Østergade 36-38, DK-1100 Copenhagen, Denmark, www.muuto.comPortobello la boutique, 32 rue du Roi de Sicile, 75004 Paris, www.portobello-decoration.frRodet, Combrune, 26140 Anneyron, www.rodet-home.netSlide, Via Lazio 14, 20090 Buccinasco(MI), Italy, www.slidedesign.itStokke, Burghaldenstrasse 2, D-71065 Sindelfingen, www.stokke.comWoodMood, 17 rue Rouget de Lisle, 92240 Malakoff, www.woodmood.fr

SHOPPING : L’adulte est un grand enfant

Shopping & photos : Billards Toulet, 600 avenue du Général de Gaulle, 59910 Bondues, www.billard-toulet.comBSG Bikes, 14 rue Prechter, 67000 Strasbourg, www.bsgbikes.comFranckymatic, RN7, Plateau de Louze, 38550 Le Péage de Roussillon, www.franckymatic.com –  In’bô, ZA Les Bouleaux, 88240 Les Voivres, www.inbo.frParrot, 174-178 quai de Jemmapes, 75010 Paris, www.parrot.comSnolo™, PO Box 112, Alexandra 9340, Central Otago, New Zealand, www.snolosleds.comVersaro, 35 Integra, Bircholt Road, Parkwood Maidstone Kent, United Kingdom, ME159GQ, www.vesaro.comZapata Racing, 39 avenue Saint-Roch, 13740 Le Rove, www.zapata-racing.com

INTERVIEW ARCHITECTE : FLUOR, une agence d’architecture détonnante

Contact : Fluor Architecture – Avenard & Schneider Architectes, www.fluor.fr
2 boulevard de Lyon, 67000 Strasbourg
13 rue Grande Fusterie, 84000 Avignon

INTERVIEW DESIGNER : Tom’s Company

Contact : Tom’s Company, Kreisstrass 14, D-66578 Landsweiler, Allemagne, www.tomscompany.com

REPORTAGE : Lumière sur…

Photos : Denis Krasikov
Architecte : Denis Krasikov – www.behance.net/den_krasik

REPORTAGE : The Cliff House

Photos : Saota
Architecte (Project Team: Stefan Antoni, Greg Truen & Juliet Kavishe) : Saota, 109 Hatfield Street, Gardens, Cape Town 8001, South Africa, www.saota.com
Designer (Project Team: Mark Rielly & Sarika Jacobs) : Antonia Associates and OKHA Interior Design, 109 Hatfield Street, Gardens, Cape Town 8001, South Africa, www.aainteriors.co.za

REPORTAGE : Undertown Richmond

Photos : Newline Design
Architecte : Jon Mikulic , Newline Design, 20 Macquarie Street Prahran, www.newlinedesign.com.au

REPORTAGE : House Duk

Photos : Nico Van der Meulen
Architecte (Nico Van der Meulen et Werner Van der Meulen) :  Nico Van der Meulen Architects, 43 Grove Street Ferndale Randburg, Johannesburg, South Africa, www.nicovdmeulen.com

HOTEL : 25 Hours Hotel Vienna

Photos : Steve Herud, http://steveherud.com
Architectes : Dreimeta, Ernst-Reuter-Platz 10, 86150 Augsburg, www.dreimeta.com
Hôtel : Lerchenfelder Straße 1-3, 1070 Wien, Autriche, www.25hours-hotels.com

BATTELFOOD : L’agneau

Contacts & photos :
Le LAZARE, Parvis de la Gare Saint-Lazare, Rue Intérieure, 75008 Paris, www.lazare-paris.fr
Chef Eric Frechon, www.eric-frechon.com
Photographies d’ambiance : Valerie LHOMME, photographies des recettes : Valery GUEDES

Hôtel restaurant Christophe Marguin, 916 route de Strasbourg, 01700 Les Échets en Dombes, www.christophe-marguin.com

LIFESTYLE : Les objets cultes

Shopping & photos : BiC, www.bicworld.comBranex design, www.branexdesign.com –  Tolix, www.tolix.frVulliwww.vulli.fr




 

lsd13-couverture-cover-mars-march-2015-design-deco-life-style LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


SHOPPING : nouveautés

lsd13-magazine-mars-2015-shopping-nouveautes-deco-tendances-objets-design


Blow S & XL
Blow S & XL Alivar

Blow S & XL by Alivar

Conception : Giuseppe Bavuso. Pour les moments de détente et de convivialité... Tissus ou cuir à vous de choisir. [à partir de 4.828,30€]
Only one table
Only one table Nomess

Only one table by Nomess

La petite maligne. [1475€]
Paravent LOG
Paravent LOG Didier Versatel

Paravent LOG by Didier Versatel

Voir et être en vu dans l'intimité. [À partir de 1600€]
Cali range
Cali range Acrila

Cali range by Acrila

En bleu ou en jaune, ça balance pas mal. [Prix conseillé : 710€]
Véra
Véra Les gambettes

Véra by Les gambettes

Le Formica c'est rétro-chic. On aime ! [505€]
Waterline
Waterline Roche Bobois

Waterline by Roche Bobois

De jolis guéridons réalisés en céramique pour un design géométrique. [À partir de 460,20€]
Les Angles
Les Angles Smarin

Les Angles by Smarin

Design Stéphanie Marin. S'amuser des formes pour modeler son quotidien. [Prix sur demande]
Aplex
Aplex Johanson

Aplex by Johanson

Design : Johan Lindstén. Entre chaise et fauteuil. [prix : NC]
Table basse 50'S
Table basse 50'S RED Edition

Table basse 50'S by RED Edition

Pour ne laisser personne de marbre. [1380€]
Alfred
Alfred Bellila

Alfred by Bellila

Définition du design fonctionnel. [Canapé Alfred issue de la collaboration de Bellila et DesignMoiUnCanapé, design SuperCraft - 2480€]

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


SHOPPING : High Tech

lsd13-magazine-mars-2015-shopping-high-tech


Washing clavier
Washing clavier Urban Factory

Washing clavier by Urban Factory

Pour écrire propre. [19,90€]
La Sphère
La Sphère LaCie

La Sphère by LaCie

Un disque dur externe tout en brillance et en rondeur. Design by Cristofle. [390€ - us.christofle.com]
George bluetooth
George bluetooth Mr&Mrs Fragrance

George bluetooth by Mr&Mrs Fragrance

Pour écouter et parfumer. Design by Luca Trazzi. [Prix conseillé : 70€]
Clover light
Clover light Lexon

Clover light by Lexon

Petite lanterne nomade rechargeable sur port USB pour cycliste branché. Design by Ionna Vautrin. [29€]
Lomo'Instant
Lomo'Instant Lomography

Lomo'Instant by Lomography

Lomo'Instant Sanremo Edition + 3 objectifs by Lomography : l'appareil rétro-chic. [149€]
Beddit Sleep
Beddit Sleep Misfit Wearables

Beddit Sleep by Misfit Wearables

Le moniteur de sommeil intelligent. [149,99€ - en vente chez Darty]
Montres
Montres Aight

Montres by Aight

L'icone mode de la montre. Disponible en différents coloris. [49€ - en vente sur www.timefy.com]
Télévision SUHD
Télévision SUHD Samsung

Télévision SUHD by Samsung

L'Ultra Haute Définition. Fonctionne sous Tizen. [À partir de 2 500€]
Le SpinpadGrip
Le SpinpadGrip

SpinpadGrip

La poignée de maintien, de transport et de support pratique, facile, ludique et universelle. Gagnant du RedDot Award 2014. [À partir de 39€]
aOwl
aOwl Kreafunk

aOwl by Kreafunk

Une chouette enceinte bluetooth. [À partir de 67,85€]

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Street Art : De la Rue à l’artistiquement reconnu

lsd13-magazine-mars-2015-street-art-rue

De la Rue à l’artistiquement reconnu

Du trompe l’œil au new school en passant par le photoréalisme, le Street Art offre une incroyable déclinaison de styles, de couleurs et de techniques. Ce nouveau mouvement est une véritable bouffée d’air frais pour le monde de l’art qui, jusqu’à lors restait dans un certain classicisme, craignant de briser les codes et les conventions.

lsd13-mars-2015-street-art-artistique-rue-sf-road2

lsd13-mars-2015-street-art-artistique-rue-sf-road

La méconnaissance de cet art et sa constante association à la dégradation de lieux publics ont fortement entachés son image. Mais depuis quelques années, cette forme d’expression urbaine connait un regain d’intérêt. Pourquoi se contenter d’une simple feuille alors que la ville entière peut admirer nos chefs d’œuvres sur les surfaces publics ?

Diverses motivations pour ces artistes d’un nouveau genre, des surfaces illimitées, une nouvelle façon de s’exprimer, de régler leurs comptes avec la société ou encore de passer des messages percutants. Faisant donc de cet art une sorte de tribune libre ainsi qu’un moyen de communication très puissant car accessible à tous de par sa visibilité. D’autant que les « street artistes » se nourrissent d’une certaine excitation en raison du caractère « illégale » de cette expression.

lsd13-mars-2015-street-art-artistique-rue-sf

lsd13-mars-2015-street-art-artistique-rue-seattle

lsd13-mars-2015-street-art-artistique-rue-seattle2

Quelques artistes font la fierté de cet art tel que Banksy qui lui, a su choqué et provoquer la société avec ses œuvres reflétant des faits sociaux dénoncés. Celui-ci fait partie des grands au même titre que Picasso, cependant nous ne connaissons pas sa véritable identité…



Les «  Street Artistes » nous offres chaque jours de magnifiques œuvres d’art grandeur nature qui font l’émerveillement des amateurs d’art et des passants. Ces personnes ont un incroyable talent et ne cesseront pas de nous faire plaisir quotidiennement avec leurs chefs d’œuvres. À vous de jouer, et d’ouvrir grands les yeux pour découvrir la ville de mille et une façon.

lsd13-mars-2015-street-art-artistique-rue-chicago

lsd13-mars-2015-street-art-artistique-rue-chicago2


Street Art en visite virtuelle : http://www.insituartfestival.fr/visite.html


Par Cynthia Fauconnier




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


REPORTAGE : Monovolume

 lsd13-magazine-mars-2015-maison-reportage-m2-house-2


[soundy button][soundy title]


 Bolzano, ou Bozen en allemand, est une ville italienne située au nord de la plaine du Pô, à quelques kilomètres de l’Autriche. Bolzano est une ville à vivre été comme hiver, entre paysages verdoyants et paysages enneigés. Un cadre parfait pour une villa blanche…

Cette villa blanche reçoit au pied des montagnes, en périphérie de la ville, deux logements d’habitation saisonnière. De taille réduite, l’étage profite d’une vue dégagée sur la montagne et sur Bolzano. Ce piédestal permet de créer un cocon intime, et blanc. Car le blanc est la couleur dominante de l’architecture et de la décoration. Très rafraîchissant, il supporte la sobriété attendue par les villas de vacances où se sentir bien le temps d’une saison est une composante du bien-être. La piscine est le petit plus, une oasis bleue offerte aux privilégiés installés en rez-de-jardin. Généreusement ouverte sur l’extérieur, et en deux façades, la villa invite la lumière à sublimer la moindre ligne dessinée par l’agence Monovolume.

lsd-13-report-monovolume-bolzano-4

À l’intérieur, la lumière s’accroche à un mobilier minimaliste. Du gris au blanc en passant par le bois, les 190 m² ne manquent d’aucune harmonie. Un design de trois hommes Patrick Pedó, Juri Pobitzer et Konrad Rieper. Cette prétention minimaliste dévoile en réalité une multitude de détails, du tracé de l’escalier aux mélanges des matériaux jusqu’à la perfection des finitions. Le design intérieur est à la hauteur de l’architecture. Car au blanc s’ajoute la transparence et la légèreté. Cette délicate villa invite à se sentir bien.

Une isolation renforcée et de grands stores orientables, profitent à la qualité de vie qu’il fasse grand soleil, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente. Et entre les espaces jours et les espaces nuit, l’éclairage s’adapte pour créer de douces atmosphères. Facile à vivre, la villa dispose également d’un parking souterrain pour les véhicules. Protégeant des bruits, le sous-sol éloigne la villa de la route et du nord. Son toit profite ainsi à dessiner un nouvel espace extérieur pour l’étage. La toiture de l’étage reçoit quant à elle, et sans disgrâce, une installation photovoltaïque pour subvenir aux besoins de la maison et de ses habitants de passage. Beauté architecturale !

lsd-13-report-monovolume-bolzano-5

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


DOSSIER Papier Paint

lsd13-magazine-mars-2015-dossier-deco-papier-peint

Le papier peint : reflet de l’expression

Modernité ! Telle est la devise de la société. Aussi bien dans la décoration que dans l’art cette question fait débat. La course est lancée, qui aura la plus belle et la plus originale décoration d’intérieur ? Souvent à caractère vieillot et très difficile à poser le papier peint a longtemps souffert d’une mauvaise réputation. Il était de ce fait très peu utilisé. Cependant, depuis quelque temps, celui-ci fait l’unanimité auprès des adeptes de l’aménagement d’intérieur et se révèle donc comme la solution déco pour habiller son intérieur sans passer par les meubles. Le papier peint est devenu en très peu de temps un véritable élément de déco et certains styles commencent à se dessiner tel que le romantisme ou le bucolique à travers des motifs fleuris, animales ou encore naturels. On peut également constater que le papier peint vintage revient au goût du jour avec des motifs colorés et bariolés. Nostalgique, futuriste, abstrait ou trompe l’œil, ce papier peint d’un nouveau genre semble être l’ami idéal pour vos murs. Vous pourrez jouer avec les motifs, les matières, les thèmes et les couleurs pour créer l’ambiance et la décoration qui convient le mieux à votre style dans votre salon, votre chambre à coucher et même dans votre salle de bains. D’autant que les papiers peint d’aujourd’hui ont été spécialement conçu pour vous faciliter la pose (et la vie) : plus besoin de colle, bonjour le magnétique et l’adhésif à poser à même le mur. Plus innovant encore, le papier peint lessivable qui lui, a comme particularité de pouvoir être brossé et frotté avec des produits non agressifs. Donc plus besoin de les changer tout le temps. Osez mélanger formes, motifs et couleurs : le défi est lancé. Faites de votre intérieur le reflet de votre personnalité. La société n’est que changement et le design intérieur son expression.

Par Cynthia Fauconnier


Paris je t'aime
Paris je t'aime Coordonné

Paris je t'aime by Coordonné

Papier peint intissé - dim. : H270 - L 3255 cm - vendu en 7 lés - 464€
Gunnars Stolar
Gunnars Stolar Sandberg

Gunnars Stolar by Sandberg

Panneau décoratif - Papier intissé - Dim. : H 10 m x L 45 cm - 255€ (rouleau)
Nuages de coton
Nuages de coton Bartsch

Nuages de coton by Bartsch [Papier intissé - Vendu au Rouleau Dim. : H10 m x L 52 mm - Raccord 52 cm - 120€ (rouleau) - www.bartsch-paris.com]

Nuages de coton by Bartsch [Papier intissé - Vendu au Rouleau Dim. : H10 m x L 52 mm - Raccord 52 cm - 120€ (rouleau)]
Benjamin
Benjamin Mues Design

Benjamin by Mues Design

papier peint intissé - dim. : L 60 cm - différents coloris - à partir de 58,48€
Riflesso
Riflesso Cole & Son

Riflesso by Cole & Son

papier intissé - dim. : H130 x L140 cm - 189€ (rouleau)
Patchwork
Patchwork Deyrolle

Patchwork by Deyrolle

dim. : H 250 x L90 cm - 203€ (rouleau)]
Capsules
Capsules Mues Design & Maud Vantours

Capsules by Mues Design & Maud Vantours

sculptures sur papier - dim. : L 60 cm - différents coloris - à partir de 74,98€
On the Road
On the Road The mark on the wall

On the Road by Anouk Ricard pour The mark on the wall

papier à colorier - dim.5 m x 53 cm - 39,60€ (rouleau)]
Verona
Verona Rebel Walls

Verona by Rebel Walls

45€/m²
Mind The Gap
Mind The Gap Linwood

Mind The Gap by Linwood

dim. : H 92 x L52 cm - prix : £75 pour 10 mètres
The Wild
The Wild Bien-Fait

The Wild by Bien-Fait

made in France - 78€/m² - Minakani devient Bien-Fait
Teaspoons
Teaspoons Studio Ditte

Teaspoons by Studio Ditte

dim. : H 6m x L 48,5 cm - 135€ (rouleau)

Par Laurène Delion





LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


REPORTAGE : Paradise Valley

 lsd13-magazine-mars-2015-reportage-arizona-maison


[soundy button][soundy title]


Direction Paradise Valley en Arizona ! Déjà on rêve… Encore plus, avec cette superbe villa de plus de 430 m² qui embrasse le panorama. Visite guidée d’une oasis dorée entre cactus et carré bleu.

lsd-13-report-rammed-earth-modern-17

À quelques kilomètres de Phoenix, Paradise Valley attire les touristes du monde entier, et les plus jolies maisons de l’ouest américain. C’est dans ce cadre exceptionnel et brut, que se trouve cette incroyable villa imaginée, construite et décorée par Mackos et Kendle Design. Au départ, une idée simple : habiter plus petit, plus facile et plus beaux. Plus petit c’est tout de même 430 m². Et plus facile, c’est vivre avec plus de confort dans de grands espaces, le jour comme la nuit. Véritable privilège, Paradise Valley s’offre en délicieux panorama.

C’est parce qu’elle s’accroche au versant de la colline que la villa profite d’une telle vue. Invité dans la villa, ce décor unique rencontre l’art et le mobilier sophistiqué des pièces de vie. Le volume est presque entièrement vitré. Aux abords, la grande terrasse couverte et la piscine au rectangle parfait, viennent étendre la cuisine, le salon et la salle à manger sur l’extérieur. Dans le prolongement, la façade distribue les pièces de nuit : les chambres et les salles de bains.

lsd-13-report-rammed-earth-modern-18

Les ouvertures cadrent à merveille le paysage alentour. Et pour créer une ambiance chaleureuse, le bois habille les sols ou les plafonds en créant une discrète harmonie. Tout en douceur, les matériaux et le mobilier se joignent à la décoration. Les grandes toiles qui couvrent les murs en format XXL sont autant de touches colorées. Elles accompagnent les moments de détente et des repas, et guident la famille de pièce en pièce.

Car l’architecture intérieure raconte un mouvement, une promenade. L’œil se surprend à chercher le spectacle de la Valley Paradise. De bas en haut, de gauche à droit, c’est un amusement ; un ravissement architectural. À la nuit tombée, les flammes s’agitent en dansant langoureusement au creux de la cheminée, et derrière les reflets bleutés de la piscine, la villa s’illumine et s’offre à son tour à la vallée.

lsd-13-report-rammed-earth-modern-15

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Interview architecte : Régis Botta

 lsd13-magazine-mars-2015-interview-architecte-regis-botta

Régis Botta, de l’élégance en toutes circonstances

De l’architecture au design, les créations de Régis Botta affichent leur raffinement.

Qu’il s’agisse du rutilant flagship de Mauboussin, de l’appartement W marqué du sceau de la naturalité, ou de la « chambre avec vue », concept de chambre d’hôtel primé lors du dernier salon Equip’Hôtel en partenariat avec le Designer Day’s, les œuvres de l’architecte DPLG se distinguent par leur harmonie et leur cachet. À la tête de sa propre agence « Régis Botta Architectures » depuis 2011, ce diplômé de l’École d’Architecture de Paris Belleville accumule les beaux projets. C’est ainsi qu’en 2015 il signera l’extension d’une maison individuelle atypique, la rénovation d’un restaurant parisien Etoilé, la conception d’une collection de meubles en verre en collaboration avec un maître verrier …

D’où venez-vous, Régis Botta ?
Je suis originaire de Toulouse, j’y ai grandi et fait une partie de mes études, notamment mes premières années d’études d’architecture.

Me reste du sud une pointe d’accent … et ma famille que je ne vois malheureusement pas assez souvent.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’architecture au point vouloir en faire votre métier ? Concevoir et voir se réaliser ce que l’on a imaginé …

Qu’est-ce qui vous séduit désormais dans votre profession ?
Concevoir et voir se réaliser ce que l’on a imaginé … (rires)

lsd-13-interview-architecte-regis-botta-9
Equip’Hotel

Êtes-vous, aujourd’hui, plus attiré par l’architecture d’intérieur ?
J’ai conduit, au cours de mes expériences professionnelles, la réalisation de divers types de construction (immeubles de bureaux, magasins, maisons individuelles…).

Aujourd’hui des projets de bâtiments sont en cours de réalisation, mais je ne dissocie pas l’architecture de l’architecture d’intérieur. J’aime penser que lorsque je conçois des espaces je crée des architectures intérieures.

lsd-13-interview-architecte-regis-botta-5
Flagship Mauboussin

Quels sont vos matériaux préférés ?
Le staff que j’utilise pour les plafonds. J’aime mettre en œuvre, de manière contemporaine, des techniques traditionnelles.

J’ai également tendance à penser que les composites permettent de mettre en valeur les matériaux naturels que je privilégie.

Mais, par-dessus tout, j’aime la lumière. J’aime la penser comme une matière que l’on peut sculpter. Elle met en scène les volumes et les espaces… elle est l’âme des projets.

Dans le flagship Mauboussin, comme dans l’appartement W, on trouve des plafonds qui répondent aux sols des miroirs créant des effets de perspectives et des échappées visuelles, des teintes proches de la nature. Un peu comme une signature ? Le contexte des projets est essentiel dans ma conception, mais il y a également une forte part d’intuition. Je n’ai pas assez de recul sur mon travail, mais il y a certainement un fil conducteur qui lie mes projets, je ne m’impose pourtant aucun vocabulaire. Je tente simplement de répondre au mieux aux projets qui me sont confiés, avec sincérité et humilité.

Contrairement à l’unité de teinte qui caractérise l’appartement W et Mauboussin, dans « la chambre avec vue », vous avez joué sur les couleurs pour délimiter les espaces. Avez-vous dû vous « forcer » ? Quelle importance la couleur tient-elle dans vos projets ?
Je préfère le ton à la couleur. Le ton est pérenne. Pour moi, la monochromie n’est pas synonyme de monotonie. Au contraire, elle devient très riche et subtile lorsque la tonalité est juste. Elle crée une atmosphère à la manière d’un parfum. Comme dans mon agence, un vieil et grand appartement avec parquet, moulures d’origine…dans lequel j’ai imposé une monochromie absolue…

lsd-13-interview-architecte-regis-botta

Êtes-vous intéressé par les technologies ayant trait à l’automatisation de l’habitat, aux économies d’énergie ? Les nouvelles technologies sont essentielles, et je m’attache à ce que mes projets soient, autant que possible, l’occasion d’utiliser des procédés nouveaux.

En revanche, je veille à ce que l’aspect technique des projets s’efface le plus possible.

Concevoir des objets, du mobilier est-il un passage incontournable pour un architecte, ou cela répond-il à une logique d’aménagement du lieu que l’on crée ? Pour ma part, les domaines de création ne se cloisonnent pas. Le design fait partie intégrante de mon travail.

Si l’on vous proposait de créer un univers à votre image, sans aucune limite, à quoi ressemblerait-il ? Il n’y aurait pas de murs.

Avez-vous une œuvre architecturale qui vous fascine et que vous auriez aimé réaliser ? L’architecture de l’air d’Yves Klein.

Quels sont vos centres d’intérêts hors domaine professionnel ? J’ai le sentiment que tout est en lien avec mon métier.

Utilisez-vous le net ? La dictature du mail ne nous a-t-elle pas tous asservis ?

Êtes-vous musique ? Oui beaucoup, j’écoute du meilleur au pire … Au grand dam parfois de mes collaborateurs. (rires)

Que lisez-vous ? J’amasse les livres d’art …

Gourmand ? Autant gourmand que gourmet … Autant sucré que salé… Mon drame!

Amateur de vins ? Vins sans oublier le Champagne !

Vos dernières vacances ? Les prochaines ?

Les dernières à Paris. Les prochaines ? …Je décide toujours au dernier moment.

Êtes-vous curieux du monde et de ce qu’il s’y passe ? J’aimerai parfois ne pas l’être…

Par Mireille Mazurier




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


HOTEL : BelAmour

lsd13-magazine-mars-2015-reportage-hotel-saint-barthelemy


[soundy button] [soundy title]


Un séjour au paradis de l’amour

Alliant cadre merveilleux, décor somptueux, luxe et intimité romantique, la villa BelAmour du groupe EDEN ROCK, s’adresse aux couples désireux de vivre une grande passion dans un lieu inoubliable. Situé sur l’à-pic d’une des falaises de Saint Barthélémy, cette villa-hôtel offre une vue imprenable sur la Mer des Caraïbes et ses îles voisines.

Thibault Masson a eu l’idée de créer une villa dédiée à l’amour qui serait à la fois plus grande qu’une suite d’hôtel conventionnelle, plus luxueuse et plus intime que la majorité des villas présentes sur l’île. BelAmour propose ainsi un cadre idyllique et idéale pour passer une lune de miel, un anniversaire de mariage ou encore un séjour en amoureux tranquille.

La villa a été créée de façon à optimiser l’espace intérieur car les portes fenêtres encastrables dans les murs permettent de briser les frontières entre le dedans et le dehors.

Par ailleurs, la piscine de 12 mètres chauffée en bord de falaise, offre à nos amoureux une vue invraisemblable sur les couchés de soleil. Dans la piscine ou sur la terrasse, les hôtes vivent à l’abri de tout regard indiscret grâces aux hauts murs de la villa. BelAmour comporte également un master Suite qui associe une chambre en matériaux nobles avec une salle de bains, un dressing et un bureau. La douche est conçue pour deux et tout comme la piscine, elle offre une pleine vue sur l’océan. Les différentes nuances de peinture choisies et l’utilisation de bois pour les intérieurs et les extérieurs procurent une sensation de bien-être et de confort.

Et afin de proposer les meilleurs services, le propriétaire de la villa a fait appel au légendaire Hôtel Eden Rock, puisque sur commande, il sera possible de bénéficier de tous les services proposé par l’hôtel. En somme, ce petit havre de paix, d’amour et d’eau fraîche offre tous le nécessaire pour passer un séjour mémorable et remplit d’amour.

lsd-13-hotel-bel-amour-saint-barthelemy-exterior-4


Par Cynthia Fauconnier




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Trocante et dépôt-vente

lsd13-magazine-mars-2015-dossier-deco-trocantes-depots-ventes-pratique

La tendance déco ! À l’heure du vintage où dialoguer rime avec twitter, il y a des tendances qui ont la vie dure, qui plaisent à mémé autant qu’à bébé. Terminé les journées TV/canapé/mal-sapé car désormais, le week-end : chiner sera votre nouvelle activité.

Les idées déco s’arrachent sur le web et entre copines. La mode du « Do It Yourself », et la crise passant par là, est venue perturber nos sessions shopping. Car, à moins de poser vos valises dans les appartements témoins chez IKEA, vos intérieurs ressemblent rarement aux pages déco des magazines. Ce n’est pourtant pas faute d’essayer… Pour ça, faire flamber la CB vous savez ! Vous avez fini par comprendre que ce qui faisait le charme des ambiances déco des plus underground aux boudoirs enchantés. L’œil avisé des mordues de déco vous énervent ? Comme c’est malin d’avoir découpé cette chaise de bar pour en faire une étagère… Et cette valise, quelle bonne idée de l’avoir mise sur pied pour créer un bout de canapé ! Ne soyez pas en colère, remerciez-les plutôt d’avoir les idées et de vous donner envie, car pour le reste c’est à vous de jouer. Commencez par faire le tour du grenier de papy et mamy ! Et si vous n’y trouvez pas la perle rare, entrainez votre petite famille à la recherche de l’objet convoité. Inutile de chausser vos baskets terreuses, la chineuse est urbaine, branchée, lookée et ultra-connectée. Dès qu’un objet lui plaît, elle ne peut s’empêcher de l’imaginer dans sa déco, ou chez les autres. Car la chineuse est généreuse. Elle s’amuse des vieilles choses, elle touche à tout et s’émerveille. Ce qui lui plait ? Trouver LA bonne idée déco pour rendre les copines jalouses. Car il y a de quoi être fière : chiner c’est transformer. C’est vivre dans ses propres pages déco… Mêler les souvenirs de voyages aux réalisations créatives et aux reliques familiales, telle est la devise des « trocant’addicts ».

La chasse est ouverte.


lsd-13-trocante-brocante-laura (1)Portrait d’une chineuse compulsive
À bientôt 25 ans, Laura s’amuse à dénicher la perle rare. Cette bordelaise amoureuse des belles choses, traque le moindre objet du passé. Et à prix mini ! Elle est toujours à la recherche d’une idée déco pour donner du cachet à son nid douillet. Derrière son ordi ou en « BtoC », ce que Laura préfère c’est traîner dans les trocantes et les dépôt-ventes. Elle raconte quelques trésors…

Sa plus belle trouvaille
Ma plus belle trouvaille ? Un miroir tout en courbes, rehaussé d’une moulure en coquille. Abandonné sur un trottoir, sa patine dorée m’a fait de l’œil. Il était en parfait état. J’ai succombé. Je me suis trouvée au bon endroit, au bon moment. Car il faut parfois user de patience et de chance pour trouver la perle rare.

Aussitôt déniché, aussitôt accroché…dans ma chambre à coucher. J’adore les miroirs ! Ma folie : habiller un mur entier de miroirs de différentes formes, de différentes couleurs, et de styles et époques variés. Un patchwork grandeur nature. Je n’ai pas de tableaux chez moi…je n’aime pas ce côté impersonnel, vu et revu. Les miroirs que je chine ont une âme. J’aime l’idée que les miroirs voient défiler le temps qui passe. Pour moi, les tableaux ne servent qu’à combler, sinon insister sur les ambiances de notre décoration. Avec les miroirs, c’est différent : c’est le décor qui les sublime. Je ne compte plus les miroirs que j’ai à la maison, mon chéri vous dira que c’est la galerie des glaces !

Ses petits trucs et astuces
Je marche au coup de cœur. Je veux l’objet que je convoite : maintenant, un point c’est tout ! Et quand j’ai une idée en tête, tout le monde est mis à contribution. Dès le premier regard, j’imagine déjà ma nouvelle décoration. Je sais immédiatement si je vais customiser ou repeindre mes trouvailles

En ce moment, et depuis des mois, je suis à la recherche d’un tabouret de tapissier à restaurer pour créer une nouvelle assise. Il serait gris foncé, ou taupe avec une tissu dans les teintes… Je le cherche sur Le Bon Coin, dans les vides greniers, le dimanche matin à Saint-Michel (le quartier de Bordeaux où il fait bon chiner), dans les dépôts-ventes et jusque chez les antiquaires. Je passe des heures entières à surfer sur la toile…juste pour le plaisir. Je cherche pour moi, et pour les autres.

Ses créations inspirées
Et quand je cherche, ça m’inspire ! Comme tout le monde, j’ai eu ma période « palettes » & « tourets »… Table basse sur roulette, table de jardin sur pied…et bientôt le panier super design que ma boule de poil à déjà adopté. Ne reste plus qu’à choisir la peinture… Affaire à suivre.

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Phénomène cosplay

lsd13-magazine-mars-2015-dossier-cosplay-costume-fan-geek-nerd

Rien à voir avec Coldplay, le célèbre groupe de rock britannique ! Le Cosplay, c’est un mixte entre « costume » et « play ». Loisir pour les uns, passion dévorante pour les autres, le Cosplay est une pratique très courante au Japon. Et finalement, partout dans le monde. Le phénomène est né aux États-Unis par les fans inconditionnels de Star Trek et Star Wars. On a vu alors Spock, Captain Kirk, Yoda, Luke Skywalker et des dizaines de princesse Leia se jouer des coudes aux sorties ciné. L’idée ? Imiter son favori de la tête au pied. Les Cosplayers n’ont rien à envier à vos soirées déguisées d’anniversaire, ni à vos costumes d’Halloween. Avec eux, on monte d’un cran. Rien n’est laissé au hasard…c’est un monde à part. La ville de Nagoya au Japon rassemble chaque année, et depuis 2013, des milliers de Cosplayers. Et le Cosplay Championship récompense le meilleur binôme de Cosplay. Mais sans aller jusqu’au Japon, de nombreuses conventions sont organisées partout dans le monde, souvent à l’occasion de rendez-vous Manga, de Japan Tours ou de salons littéraires.


Pour en savoir plus : Rencontre avec Papa Cosplay

lsd-13-cosplay-5

– Qui se cache derrière “Papa Cosplay” ? Je n’ai crée ce nom qu’en septembre 2014, parce que la plupart des cosplayers avaient une page cosplay sur Facebook. C’était le meilleur moyen pour échanger des photos ou garder le contact avec des gens rencontrés pendant des conventions.

D’ailleurs je m’appelle P.A, mais quand j’ai voulu créer « P.A Cosplay » on m’a fait comprendre que ce n’était pas terrible. Et « Papa » a l’avantage d’être compréhensible dans toutes les langues!

– Qu’est-ce que le Cosplay ? J’espère que je ne vais pas me faire aligner par d’autres cosplayers, donc je vais préciser que c’est mon avis. D’ailleurs, j’y réfléchi encore parce qu’on me pose souvent la question et je n’avais jamais vraiment cherché à y répondre.

Le Cosplay, c’est se costumer (« déguiser » fait moins sérieux) en un personnage réel ou fictif. L’idée ? Recréer une tenue portée par le modèle avec accessoirement, perruque et maquillage pour une meilleure ressemblance. On peut chercher la ressemblance parfaite avec le modèle ou en faire une version interprétée. Je pense par exemple aux Cosplay de monstres/Pokémon/… où notre morphologie ne correspondra, apriori, jamais avec le modèle d’origine. Où avec les armures dans lesquelles il serait impossible de bouger si on devait les reproduire à l’identique ! Et comme les mascottes de Disney, on peut décider que l’armure suffit et que c’est plus confortable d’avoir son propre visage qu’un masque géant du personnage. Là, je pense à Buzz l’éclair avec une barbe…

Beaucoup ont l’air de penser que le cosplay vient du Japon, mais les Comic’Con et les conventions européenne regorge beaucoup plus de cosplayers. J’ai habité au Japon, je suis allez à une convention de manga, d’animé, et même au Tokyo Game Show, et je n’ai vu quasiment aucun cosplay. Ni même au fameux Harajuku le dimanche.

– D’où vient votre passion, votre envie de vous « costumer » ? Question difficile : j’aime ça, j’adore porter des armures. Mon dernier cosplay était d’ailleurs une armure portée par les joueurs d’un jeu vidéo.

Surtout, j’aime fabriquer des trucs ! J’aime aussi l’ambiance des salons de jeux vidéos ou des Comic’Con, on a plus l’impression de «participer» en se fondant dans le décor.

– Quel est votre univers favori ? Votre héro/héroïne ou votre personnage préféré ? J’aime beaucoup les Disney/Pixar/Dreamworks, mais je ne pense pas avoir d’univers favoris. Un de mes héros préféré c’est Buzz l’Éclair ! Mais sans parler de «héros», il y a de temps en temps des méchants qui sont vraiment géniaux, sans parler de leur charisme. Certains sont aussi complètement déjantés et ont pas mal de situations comiques avec le héros. Pour ça, j’adore l’infâme empereur Zurg (l’ennemie de Buzz) ou Izma (Kuzco – «À faire peur sans le faire exprès»). Mon préféré : le grand Hadès (Hercule) que je veux faire en cosplay dès que j’aurais trouvé un moyen de faire du faux feu !

– Combien de temps en moyenne mettez-vous pour fabriquer vos costumes ? Avec quoi ? En général, comme je veux être le plus détaillé possible, et que je ne participe qu’à quelques évènements dans l’année, je ne fais qu’un seul costume par an. Aussi parce que j’ai commencé quand j’étais étudiant, que j’ai changé plusieurs fois de ville ou de pays pendant mes études… Et un atelier ne se transporte pas facilement. Par manque de temps aussi. Depuis que je travaille, il me faut environ 5 mois pour fabriquer un costume et quelques mois pour les accessoires.

– Quel est le costume que vous aimeriez fabriquer ? La valise de Tony Stark dans IronMan 2 : le costume ultime qui se met et s’enlève en 2 secondes ! J’ai juste besoin de résoudre le problème de la matière qui sort de nulle part grâce à la 3D…

– Lorsque que vous incarnez un personnage, que ressentez-vous ? Quelles est la réaction des gens ? Je fais principalement des armures ou des cosplays imposants. Dans une armure, on ressent un certain sentiment de puissance (mais puisqu’on reste en mousse ou en plastique, on garde la tête froide.

Avec mon armure en cuir du Gronnstalker, je me souviens que les gens étaient souvent impressionnés, déjà par la taille de l’armure, ensuite par les yeux qui bougent. Mais les plus grosses réactions, c’est avec les costumes connus. Le simple fait de se balader en Buzz l’Éclair dans la rue (sur le chemin des conventions) fait klaxoner un grand nombre de voitures. Les gens crient «Vers l’Infini et au Delà».

Ça me fait plaisir de voir l’enthousiasme des gens et leur envie de prendre une photo avec moi (enfin… avec mon personnage, mais je suis caché dedans).

Et il y a les compatissants qui demandent souvent si on n’a pas trop chaud ou si ce n’est pas trop lourd.

– Peut-on parler de communauté pour parler des cosplayers ?
On peut effectivement parler de communauté. Mais pas dans le sens où les cosplayers se regroupent dans leur coin, seulement par besoin de classification. Quelqu’un qui n’a jamais fait de cosplay peut aller sur un forum dédié au cosplay, à la fabrication d’armure ou autre pour poser des questions, recevoir des conseils, partager des photos. Dès sont premier costume, il sera un «cosplayer» ! Il n’y a pas de pré-requis pour être un cosplayer.

– Comment devient-on un bon cosplayer ? On commence par se faire plaisir parce que sinon on n’aura jamais la motivation de bien finir un costume (car ça prends du temps, et de l’argent). Il faut faire quelque chose qui nous tient à cœur, et garder cette motivation jusqu’au bout. Et elle sera vite récompensée lorsque vous montrerez votre costume lors d’un évènement.

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


BATTLEFOOD : l’œuf

lsd13-magazine-mars-2015-battle-chef-food-2


#Nicolas Magie

lsd-13-battlefood-egg-nicolas-magie

Embrassant Bordeaux et son fleuve, le Saint-James, dessiné par l’architecte Jean Nouvel, s’élève au cœur du village de Bouliac. Derrière les fourneaux du restaurant gastronomique, Nicolas Magie, 4ème de sa génération en cuisine,imagine et compose de nouvelles recettes au grès de ses humeurs et des saisons. En 2006, ce gastronome dans l’âme au sourire bienveillant, alors chef étoilé de La Cape à Cenon, initie la Performance gourmande speed food. Il s’entoure de chefs de la région, des amis, pour proposer avec le soutien de la ville, un évènement où gastronomie rime avec partage, solidarité, bénévolat et convivialité. Parmi les thématiques : l’œuf !

La recette : Œuf dur au plat (mayonnaise de fourme d’Ambert, pomme verte acidulée et noix du Périgord)

lsd-13-battlefood-egg-oeuf-dur-plat-nicolas-magie
©Gaëlle Hamalian Testud

Ingrédients pour 10 personnes :
16 œufs – 100g de fourme d’Ambert – 20g de crème liquide – 1 pomme verte – 20g de noix – Vinaigrette de pomme – Huile d’olive – Sel et piment d’Espelette

Préparation :
Séparez les blancs des jaunes d’œuf.
Faites cuire les blancs (88°) à plat sur une plaque légèrement beurrée oendant 10 min. et laissez refroidir.
Coupez les blancs cuits en bandes de 6 cm.
Faites cuire les jaunes d’œuf à part.
Mélangez la fourme d’Ambert et la crème liquide, puis, à l’aide d’une poche à douche, déposez sur les bandes de blancs.
Roulez comme un cannelloni.

Finition et dressage :
Dressez avec les jaunes d’œufs, la pomme verte et la noix.


 


#Frédéric Lafon

lsd-13-battlefood-egg-frederic-lafon

Sophie et Frédéric Lafon partagent l’amour de la cuisine. Et l’amour avec un grand A. Après quelques saisons dans des établissements haut de gamme, de Margaux à Courchevel, ils s’installent à Bordeaux au cœur du quartier des Chartrons avant de reprendre le restaurant l’Oiseau Bleu ; un doux nom voyageur. Comptant parmi les bonnes tables de la région, l’Oiseau Bleu s’amuse à régaler une clientèle ouverte à une gastronomie créative made in Sud-Ouest. Membre de l’association des AFAMES, ils rejoignent l’aventure Speed Food en 2008, entre amis gourmands et gourmets.

La recette : Œuf plat

lsd-13-battlefood-egg-oeuf-plat-frederic-lafon
©Gaëlle Hamalian Testud

Ingrédients pour 6 personnes :
6 œufs – Parmesan – 200g de fond blanc (bouillon) – Agar Agar – 10 piquillos – 1 cuillère à soupe de miel – 2 cuillères à soupe de vinaigre blanc ou citron – 1 pincée de piment d’Espelette – Gomme Xantane – Pain de mie – Huile d’olive – Magret fumé

Préparation :
Faites cuire les œufs 7/8 minutes (mollets). Refroidissez.
Épluchez-les. Séparez les blancs des jaunes.
Mélangez le fond blanc avec les blancs, le parmesan, l’agar-agar (préalablement chauffé avec le fond blanc). Moulez le tout dans un petit moule.
Faites le ketchup basque : Mixez les piquillos, le miel, le vinaigre, le piment et la gomme xantane. Passez au chinois. Taillez finement le magret fumé et séchez-le au four à 60° pendant 3h. Taillez des bâtonnets dans le pain de mie. Toastez-les. Mélangez et passez les jaunes au chinois, puis introduisez-les dans un tube.

Finition et dressage :
Faites un tour à l’aide d’une cuillère parisienne dans le blanc d’œuf pour y déposer le ketchup basque à la place du jaune. Disposez les toasts et le tube.



>> En savoir plus sur la Performance Gourmande speed food

Par Laurène Delion




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Carnet d’adresses – LSD N°13 – Mars 2015

lsd13-magazine-mars-carnet-adresse



SHOPPING : Le shopping des nouveautés

Shopping & photos : Acrila, 10 rue Claude Chappe, 33600 Pessac, www.acrila.comAlivar, via L. da Vinci 118/14, 50028 Tavarnelle Val di Pesa, Firenze, Italy, www.alivar.comBellila, www.bellila.frDesio, Z.A. de la Geneste, 19460 Naves, www.desio.comJohanson, 285 35 Markaryd, Sweden, www.johansondesign.comLes Gambettes, www.lesgambettes.frNomess, Aarhusgade 120, 2150 Copenhagen, Denmark, www.nomess.dkRED Edition, 38 rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris, www.rededition.com – Roche Bobois, 18 rue de Lyon, 75012 Paris, www.roche-bobois.comSmarin, www.smarin.net

SHOPPING : La sélection High-Tech

Shopping & photos : Aight, 27 rue du chemin vert, 75011, Paris, www.aight-watch.com – Christofle, www.christofle.com Ionna Vautrin, 90 rue d’hauteville, 75010 Paris, www.ionnavautrin.com – Kreafunk, Industrivej 29, 7430 Ikast, Denmark, www.kreafunk.com LaCie, www.lacie.com Lexon Design, www.lexon-design.com Lomography, www.lomography.fr Misfit, 839 Mitten Road, Suite 100, Burlingame, CA 94010, États-Unis, www.misfit.com Mr&Mrs Fragrance (Joy Fragrances), Via Gavinana 14,21052, Busto Arsizio (VA – Italy), www.mrandmrsfragrance.it Samsung, 1 rue Fructidor, 93484 Saint-Ouen, www.samsung.com SpinpadGrip // Smart Design, 11 rue de Milan, 75009 Paris, www.spinpadgrip.com Urban Factory, 57 rue de la convention, 75 015 Paris, www.urban-factory.com

SHOPPING : De la couleur dans ma déco

Shopping & photos : Achat Design, www.achatdesign.comDarono, Rua Sá da Bandeira n.º 90 4000, 427 Porto, Portugal, www.darono.ptDrimmer (Groupe Edelweiss), Z.I de Forest, Chemin de la Justice, 59330 Hautmont, www.drimmer.frFoscarini, via delle Industrie 27, 30020 Marcon, Ve, Italy, www.foscarini.comLa Chance, 59 rue Boileau, 75016 Paris, www.lachance.frLina design, Ljubljanska c. 45, 1241 Kamnik, Slovenia, www.linafurniture.comMeccano home, 3 rue de la Capelle, 62280 St-Martin Boulogne, www.meccanohome.comPolArt, 8406 El Gato Rd. Laredo, TX ZIP 78045, www.polartdesigns.comRoche Bobois, 18 rue de Lyon, 75012 Paris, www.roche-bobois.comSlide, Via Lazio 14, 20090 Buccinasco(MI), Italy, www.slidedesign.it

SHOPPING : Wallpaper

Shopping & photos : Au fil des couleurs, 31 rue de l’Abbé Grégoire, 75006 Paris, www.aufildescouleurs.comBartsch, 39 rue de Cléry, 75002 Paris, www.bartsch-paris.comBien-Fait Paris, 23 rue Saint-Paul, 75004 Paris, www.bien-fait-paris.comCole & Son, Lifford House, 199 Eade Road, London, www.cole-and-son.comDeyrolle, www.panoramiques-deyrolle.comLinwood, 15 Headlands Business Park, Salisbury Road, Ringwood, Hampshire, www.linwoodfabric.comMaud Vantours, www.maudvantours.comMues Design, 71 boulevard de Strasbourg, 75010 Paris, www.mues-design.comRebel Walls, www.rebelwalls.frSandberg, box 69, Hesters Industriomrâde, 523 22 Ulricehamn, www.sandbergwallpaper.seStudio Ditte, Het Bolwerk 60, 4811 DR  Breda, www.studioditte.nlThe Mark on the wall, 53 rue de Lancry, 75010 Paris, www.themarkonthewall.com

INTERVIEW ARCHITECTE : Régis BOTTA

Contact : RB-A, 1 rue d’Hauteville, 75010 Paris, www.regisbotta.com

INTERVIEW DESIGNER : 727 Sailbags

Contact & photos : 727Sailbags, rue Bourely, base des sous marins, presqu’île de Keroman, 56100 Lorient, www.727sailbags.com

REPORTAGE : Paradise Valley

Photos : Winquist Photographie, Phénix, AZ
Architecte : Mackos Architecture et Construction + Kendle Design Collaborative, 6115 North Cattltrack Road, Scottsdale, Arizona 85 250, www.kendledesign.com

REPORTAGE : MII House

Photos : M&H Photostudio
Architecte : monovolume architecture+design, Pfarrgasse 13, 39100 Bozen, Südtirol, Italy, www.monovolume.cc
Designer : Patrik Pedó / Juri Pobitzer / Konrad Rieper
Collaborateurs : Simon Constantini, Benjamin Gaensbacher et Luca Di Censo

REPORTAGE : Paradis alpin

Photos : Valentin ‘Snooz’ Naffetat
Architecte : Raphaëlle Segond, 42 rue saint Saens, 13001 Marseille, www.raphaellesegondarchitecte.com
Agence immobilière : Aurèlien Aumond, 63/65 rue de Créqui, 69006 Lyon, www.bumperfrance.fr

REPORTAGE : Lof Factory
Architecte : Adra Bataille,Côté Cap, 75 rue de Lourmel, 75015 Paris, www.adrabataille.fr

HOTEL : Un séjour au paradis de l’amour

Photos : Thibault Masson – BelAmour
Hôtel : www.saintbarth.com/belamour

BATTELFOOD : L’œuf

Contacts & photos :
L’oiseau bleu, 127 avenue Thiers, 33100 Bordeaux, www.loiseaubleu.fr
Le Saint-James, 3 place Camille Hostein, 33270 Bouliac, www.saintjames-bouliac.com




LSD N°12 - Février 2015 lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Shopping : Nouveautés

Ilsd12-shopping-nouveautes


Préface
Préface Gauthier

Préface by Gauthier

Gauthier présente PREFACE, sa bibliothèque/rangements en chêne. Un meuble astucieux à composer deux casiers doubles Bleu lunaire et un casier Simple Curry. Made in France [1656€]
Graphik#1
Graphik#1 Emmanuelle Legavre

Graphik#1 by Emmanuelle Legavre

Des envies de voyages ? Bel imaginaire avec cette commode en chêne massif laqué, ses motifs graphiques et ses poignées en cuir végétal naturel. Design Emmanuelle Legavre. Fabrication artisanale française. [Collection Graphik#1 - 2100€ - en vente au showroom El Paris]
Pebble
Pebble H&H

Pebble by H&H

Comme aucune autre, la table d’appoint Pebble de chez H&H pour décorer et déposer. [Diamètre 56 cm - 119€]
Coussins
Coussins Lounge Fabrics

Coussins by Lounge Fabrics

Des coussins et des plaids 100% expressifs by Lounge Fabrics. En tweed ou flanelle brodé, finition velours. [Collection DIXIT : à partir de 39,90€]
Suspensions
Suspensions Zephyr&Co

Suspensions by Zephyr&Co

Suspensions Zephyr&Co pour réveiller nos intérieurs endormis. Revêtement en percaline. Créations imaginées par Sophie Agathe Remy. Made in France. [Existe en diamètre 40, 50 et 55 cm - À partir de 180€]
Cape
Cape Moustache

Cape by Moustache

CAPE, comme une silhouette mi-animale, mi-végétale by Moustache. Design : Constance Guisset [Prix : NC]
Tabouret
Tabouret FR66

Tabouret by FR66

So french le tabouret avec son véritable béret basque by FR66. Design : Stefania di Petrillo & Godefroy de Virieu. [À partir de 180€]
Fede
Fede Hamilton Conte Paris

Fede by Hamilton Conte Paris

Bientôt : le fauteuil Fede inspiré des années 60 by Hamilton Conte Paris. Piètement disponible en bois, fer émaillé ou stainless steel. [PRIX]
Proplamp
Proplamp Teeuwen & Zwiers

Proplamp by Teeuwen & Zwiers

Inspiré d'un journal que l'on froisse, Proplamp est une lampe à modeler à l'infini. Design : Margje Teeuwen & Erwin Zwiers. [À partir de 333€]
Canapé
Canapé Bond

Canapé by BOND

Canapé by BOND : L'élégance en version 2 places. Piètement en bois de chêne massif. [Tissu : Lauritzon Peche - 1099€]

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Shopping : High Tech

lsd12-shopping-high-tech


Withings Aura
Withings Aura Withings

Withings Aura by Withings

Enrichissez votre expérience de sommeil avec le nouveau réveil Withings Aura. Améliorez votre sommeil grâce à un système actif conçu spécifiquement pour observer votre sommeil et en améliorer la qualité. [299,95€]
WAM7500/6500
WAM7500/6500 Samsung

WAM7500/6500 by Samsung

Découvrez la nouvelle enceinte de Samsung ! Le WAM7500/6500 offre une expérience sonore à 360°et remplit la pièce d'un son parfaitement équilibré. [PNC]
Zeiss VR One
Zeiss VR One Zeiss

Zeiss VR One by Zeiss

Le #casque de réalité virtuelle Zeiss VR One vous offre la possibilité de #visionner des vidéos en 2D et en 3D, ainsi que des photos ou encore d’utiliser Street View. [99€]
Phonotonic
Phonotonic Phonotonic

Phonotonic by Phonotonic

#Phonotonic c'est LE premier objet connecté qui transforme vos #mouvements en musique ! [80€]
X-project pro wifi
X-project pro wifi Xsories

X-project pro wifi by Xsories

Le nouveau Projecteur nomade wifi ultra portable, X-project pro wifi de XSORIES vous permettra de visualiser instantanément vos meilleurs moments directement depuis votre téléphone, tablette ou ordinateur. [449,99€]
Petchatz
Petchatz Anser Innovation

Petchatz by Anser Innovation

Communiquez avec vos animaux grâce à Petchatz ! Ce dispositif permet de voir et de parler avec votre animal lorsque vous êtes absents grâce à un microphone et un haut parleur intégrés. [260€]
AKG N90Q
AKG N90Q Akg

AKG N90Q by AKG

Ce nouveau casque AKG N90Q est le premier casque au monde à posséder un son personnalisé. [PNC - www.akg.com]
Caméra Piper NV
Caméra Piper NV Getpiper

Caméra Piper NV by Getpiper

Cette nouvelle caméra Piper NV est idéale pour ceux qui cherchent à garder un œil sur leur maison. Elle est équipée d'un système autonome de sécurité, vidéosurveillance et domotique ! Existe en blanc [199€]
Gps KizON
Gps KizON LG

KizON By LG

Un #GPS pour retrouver ses enfants ! #LG a annoncé le LG #KizON, un #wearable conçu pour les enfants pour permettre aux parents de suivre leur #localisation en permanence. [produit actuellement non distribué en France]
DC52
DC52 Dyson

DC52 By Dyson

Dyson invente le seul aspirateur sans filtre à nettoyer, sans sac à changer et sans perte d'aspiration ! Découvrez-le ! [669,99 €]

Par Clémence Pelloquin




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Shopping : Transparence

lsd12-shopping-transparence


Chaise NAPO
Chaise NAPO EPI Luminaires

Chaise NAPO by EPI Luminaires

Chaise NAPO en polycarbonate by EPI Luminaires. [175€]
Lampe Light Air Sculptée
Lampe Light Air Sculptée Kartell

Lampe Light Air Sculptée by Kartell

Lampe Light Air Sculptée by Kartell. Design : Eugeni Quitllet [138€]
Fauteuil AA
Fauteuil AA KLS Living

Fauteuil AA by KLS Living

Fauteuil AA by KLS Living. Made in France. [527€]
Table basse Illusion
Table basse Illusion La Boutique Danoise

Table basse Illusion by La Boutique Danoise

Table basse "Illusion" by La Boutique Danoise. Design : John Brauer. [175€]
Tabouret Sparkle
Tabouret Sparkle Kartell

Tabouret Sparkle by Kartell

Tabouret Sparkle by Kartell. Design : Tokujiin Yoshioka. [182€]
Accolade
Accolade Moustache

Accolade by Moustache

Tréteaux Accolade by Moustache. Design : Raw-Edges. [260€]
Table de repas Unik
Table de repas Unik Roche Bobois

Table de repas Unik by Roche Bobois

Table de repas Unik by Roche Bobois. Design : Thierry Picassette. [À partir de 3258€]
Chaise Bellépoque
Chaise Bellépoque Fly

Chaise Bellépoque by Fly

Chaise Bellépoque by Fly. [139€]
Vase Atlantis
Vase Atlantis Cappellini

Vase Atlantis by Cappellini

Vase Atlantis by Cappellini. Verre & Céramique. Design : Mist-o. [600€]
Collection Neverending Glory
Collection Neverending Glory Lasvit

Collection Neverending Glory by Lasvit

Collection Neverending Glory by Lasvit. Design : Jan Plechac & Henry Wielgus. [À partir de 1200€]
Elton
Elton Bel Ordinaire

Elton by Bel Ordinaire

Bureau chrome "Elton" by Bel Ordinaire. [414€]
Bulbing
Bulbing

Bulbing

Bulbing, lampe LED à effet 3D. [99,95€ - En vente sur www.cadeauxfolies.fr]

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Shopping : Miroir mon beau miroir

lsd12-shopping-mirroir


Bolet
Bolet Reine Mère

Bolet by Reine Mère

Un dernier coup de d'œil avec Bolet by Reine Mère. Design : Maxime Abela - Made in France. [Dim. petit modèle : P87mm, diamètre 66mm / Dim. grand modèle : P98mm, diamètre 66mm - 26,50€]
Éon
Éon Maisonnée

Éon by Maisonnée

Décor ou miroir, Éon emprunte les écailles de l'armure du Chevalier qui porte son nom. Et ses couleurs s’inspirent de la ramure d’oiseaux, touraco, martin-pêcheur, francolin... Design by Audrey Belin - Collection Maisonnée [285€]
Convexe
Convexe Ochre

Convexe by Ochre

Miroir ou fenêtre sur le monde ? Tout un mystère avec "convexe" by Ochre. [Dim. : à partir de 80cm de diamètre x H10cm - À partir de 4703,40€]
Ice Cream Mirror
Ice Cream Mirror EO

Ice Cream Mirror by EO

La gourmandise avec l'Ice Cream Mirror by EO. Design : Tor Servé & Nicole Vitner Servé. [Dim. H57xL22cm - 160€]
Modeste
Modeste Hartô design

Modeste by Hartô design

À la fois miroir, porte-manteau et vide-poche, Modeste se prête au jeu du meuble d’appoint. Disponible en sorbet fraise, jaune citron ou vert pastel. Design : Pauline Gilain & Pierre-F Dubois. [Dim. : L45xH77,5cm - 260€]
Conservatoire
Conservatoire Maison du Monde

Conservatoire by Maison du Monde

Les moulures toujours au goût du jour avec "Conservatoire", un miroir en résine doré by Maison du Monde. À poser au sol ou sur une cheminée. [Dim. : H153xL85cm - 279,90€]
Vizcaya
Vizcaya Hamilton Conte Paris

Vizcaya by Hamilton Conte Paris

Vizcaya, le miroir graphique by Hamilton Conte Paris. Peinture dorée sur bois massif. [Dim. : 80x80 cm - 832€]
Edge
Edge EPI Luminaires

Edge by EPI Luminaires

Objet lumineux ! Miroir Edge en résine blanche by EPI Luminaires. [Dim. : 93x150cm - 666€]
Obel
Obel Bonaldo

Obel by Bonaldo

Légèrement incliné et à la forme trapézoïdale, OBEL repose sur une fine structure en bois. Structure disponible en bois laqué opaque blanc, noyer, frêne naturel ou brossé gris anthracite. Design : Roberto Paoli [Dim. : H188xL75xP10 à 20 cm - 1070€]
Prestige
Prestige super-ette

Prestige by super-ette

« Telle un illusionniste, le "Prestige" va tromper votre perception en utilisant le ‹truc› de l’anamorphose : de face, c’est un miroir circulaire classique, mais déplacez vous un peu et il révèle une deuxième fonction, un pli de bois, support pour déposer vos petits objets ». Design : Fanny Dora. [490€]

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Interview : Sang Pil BAE

lsd12-interview-design-sang-pil-bae

Sang Pil BAE est un designer atypique et consciencieux. Ce passionné d’éclairage et de mécanique imagine des luminaires des temps modernes : Chimera Watts. Inspirée du pur style industriel, la marque s’article autour de trois concepts complémentaires : créations / reconstruction / Collection. De Séoul, à New York, Sang Pil pose aujourd’hui ses valises près du Creusot, au cœur du bassin historique de la métallurgie… Avec un rêve en tête : le Made in France.

Sang Pil, d’où venez-vous ? Qui êtes-vous ?
Je suis né à Séoul. Mes parents m’ont envoyé à 14 ans, poursuivre ma scolarité à New York. J’ai eu plusieurs métiers : œnologue, acteur, peintre, entrepreneur… Puis, j’ai décidé de maîtriser une discipline : la lumière.

D’où viennent vos envies de design ?
J’ai toujours été designer. Tout petit, je transformais les objets pour obtenir le design que j’aimais. Par exemple, si la couleur de mes chaussures ne me plaisait pas, je les repeignais. Lorsque j’ai été responsable du design de mon bar à vin à New York, j’ai travaillé sur l’éclairage. À l’époque, je collectionnais déjà depuis longtemps des objets en métal ancien !

Parlez-moi de vos passions…
J’ai toujours été fasciné par la mécanique, au sens large du terme. J’ai à plusieurs reprises démonté la radio de mon père. Une fois, j’ai même voulu savoir comment la télévision fonctionnait, et je l’ai également détruite ! Pas besoin de vous dire que cela m’a attiré de sérieux ennuis…

Mon autre fascination était celle des insectes. Mon rêve d’enfant était de devenir entomologiste. Ce qui me plaisait le plus c’était la mécanique de leur corps – comment de si petits insectes pouvaient supporter de lourdes charges et bouger leurs membres de façon si précise ?

lsd-12-interview-designer-sang-pil-bae-chimera-watts

Que pensez-vous du grand retour du design industriel ?
Après le rejet du design « tout plastique » des années 50’ et 60’, je pense que le cours normal des choses était de revenir à l’essentiel. Le côté lourd et sombre de l’acier donne, d’une certaine manière, aux gens un sentiment de sécurité et de solidité.

Après le design minimaliste des années 90’, je crois que les designers ont eu besoin de nouvelles inspirations. Et donc, ils sont allés puiser aux sources les plus élémentaires : le style industriel. Ralph Lauren a créé une lampe qui était une copie de Woodward des années 30’. La Restoration Hardware a copié les lampes Buquet des années 20’, et OC White de 1900. La liste est longue. Un grand sujet de débat sévit toujours aux États-Unis dans le monde des collectionneurs d’objets industriels : d’un point de vue moral, ces grandes entreprises ont-elles le droit de s’approprier le design volé à des ingénieurs inconnus qui menaient des recherches sur la fonctionnalité ? Il y a des décennies Walter Gropious le savait déjà, et c’est ainsi que la fonction est devenue forme.

lsd-12-interview-designer-sang-pil-bae-chimera-watts (6)

Comment abordez-vous l’Objet avant de le transformer ?
Je commence toujours avec humour, il y a des tas de choses du quotidien que l’on ne regarde plus parce qu’elles sont simplement utilitaires. Ce qui est drôle, c’est de penser différemment, de détourner le cours des choses, de leur donner une autre fonction, comme l’éclairage. Ainsi nous réalisons que nous sommes entourés chaque jour d’objets extraordinaires. Je fais attention de ne pas tomber dans le kitch et de coller le plus possible à la fonction de l’objet.

Où trouvez-vous l’inspiration ?
Partout. Tenez, par exemple, je viens de dessiner la série ‘’Amsterdam’’ en regardant un pont à Séoul ! La série ‘’Brooklyn’’, en revanche, vient du pont de Brooklyn. La fonction reste la fonction. La forme, quant à elle, peut avoir différentes utilisations.

Vous détournez les objets du quotidien, vous transformer une lampe à poser en suspension… le design n’a-t-il aucune limite ?
Une de mes citations préférées est celle inspirée de Gropius : « les spécialistes sont des personnes qui répètent toujours les mêmes erreurs. Pensez en dehors du cadre, parce que le cadre vous limite ».

Peut-on parler de « design responsable » pour qualifier votre travail ?
Le thème de l’exposition de Séoul en septembre dernier au aA Design Museum, était “longévité programmée”. Mon Iphone est mort après 3 ans. Ma première lampe Ikea s’est cassée après 1 mois. Ma première lampe OC white fonctionne parfaitement depuis 1900.

Je comprends que les dirigeants des entreprises aient besoin de nourrir leurs enfants, mais étant père moi-même de 3 enfants, je ne peux pas imaginer la quantité de détritus à laquelle ils vont devoir faire face quand ils auront mon âge. J’espère que mes clients pourront transmettre mes lampes à leurs petits-enfants. C’est ma responsabilité en tant que designer.

De la Corée du Sud à la Bourgogne en passant par New York où vous avez vécu pendant 25 ans, pourquoi avez-vous choisi de faire du « made in France » ?
Les coréens et les américains ont une image romanesque de la France. Je vais vous livrer un secret de New Yorkais : les français qui vivent à NYC passent pour être les personnes les plus aventureuses qui soient. Ils pourraient ouvrir des bars dans un ghetto de Brooklyn, ces lieux deviendraient très vite très réputés. Plus tard, j’ai compris qu’ils avaient quitté la France pour pouvoir réaliser leur projet.

La Marque “Made in France” est prestigieuse. Je me suis installé près du Creusot, bassin historique de la métallurgie en France. Mon projet est de réunir les différents métiers de la métallurgie dans un atelier pour créer, concevoir et fabriquer des luminaires. Ce savoir-faire est hélas en voie d’extinction. J’espère trouver des artisans pour m’accompagner dans cette démarche et permettre à ce savoir-faire de perdurer. Ainsi mes luminaires pourront être entièrement « made in France ».

Je déplore cependant que l’administration française soit trop lourde, elle n’aide pas les jeunes entrepreneurs à s’installer en France.

Que vous réserve cette nouvelle année ?
J’espère de bonnes surprises ! Mon objectif est de commercialiser les luminaires Chimera Watts en Angleterre et en Europe du Nord. Pour cela, j’ai besoin de trouver des agents dans le nord de l’Europe. À bon entendeur !


Questionnaire de Proust :

Votre matière favorite ?
Votre matière favorite ? Le cuivre

Votre matière favorite ? Le cuivre

Votre saison favorite ?
Votre saison favorite ? L’automne

Votre saison favorite ? L’automne

Votre couleur préférée ?
Votre couleur préférée ? Le vert

Votre couleur préférée ? Le vert

Votre œuvre d’art préféré ?
Votre œuvre d’art préféré ? Les peintures de Salvador Dali

Votre œuvre d’art préféré ? Les peintures de Salvador Dali

Votre citation favorite ?
Votre citation favorite ? Il faut prendre le pouvoir, il n’est jamais donné. (Aide-toi, toi-même)

Votre citation favorite ? Il faut prendre le pouvoir, il n’est jamais donné. (Aide-toi, toi-même)

Votre objet préféré ?
Votre objet préféré ? Les sphères métalliques. Et les montres.

Votre objet préféré ? Les sphères métalliques. Et les montres.

Votre héros favori ?
Votre héros favori ? Walter Gropius et Iron man

Votre héros favori ? Walter Gropius et Iron man

Votre lecture préférée ?
Votre lecture préférée ? Les livres de Carl Segan

Votre lecture préférée ? Les livres de Carl Segan


lsd-12-interview-designer-sang-pil-bae (2)

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Dossier : Balcon et Compost

lsd12-balcon-et-composte2

Lubie BOBO ou modèle écolo ?

lsd-mag-numero-12-composte-10

Le compostage, c’est quoi ? C’est transformer les déchets organiques en une sorte de terreau 100% naturel. Composter c’est recycler. Et le recyclage c’est écolo…mais sur un balcon, l’idée semble un peu BOBO. Pourtant, « balcon » et « compost » n’ont rien d’incompatible.

lsd-mag-numero-12-composte-5

C’est même une excellente idée pour réduire ses déchets et agir à son niveau pour la planète. Inutile d’en faire un statut facebook, ni de faire un selfie avec votre bac à composter. Car là OK, ça devient ridicule. En revanche, lors d’une soirée, vous êtes autorisez à frimer. Parce que vous en connaissez beaucoup dans l’immeuble qui font du compost sur leur balcon ? Vous en connaissez beaucoup qui peuvent se vanter d’avoir de jolies plantes bien nourries ? En effet, le compost est un excellent fertilisant. Il remplace les engrais minéraux, il absorbe et retient l’eau. Évidement, sur un balcon : ça ne sert à rien d’autre…sauf à réduire ses déchets, vous l’avez bien compris.

lsd-mag-numero-12-composte-8

Franchement, ça mérite de tentez le coup. C’est facile et pas cher. Et contrairement aux idées reçues, le compost ne pue pas. On se renseigne avant sur les choses à mettre, et celle à ne surtout pas mettre pour éviter les mauvaises surprises.

lsd-mag-numero-12-composte-6

Certains s’amuseront à fabriquer leur propre composteur avec une caisse en plastique opaque ou des planches de bois, et quelques trous. D’autres iront directement en jardinerie à la conquête d’un composteur spécial balcon : un lombricompost ou un vermicompost. Et les vers seront vos amis. On compte 500g de vers pour un couple, et le triple pour une famille de quatre personnes. Ce n’est pas très ragoutant, et ce sera une épreuve pour certain(es) à l’achat mais après vous ne les verrez même plus.

lsd-mag-numero-12-composte-9

Pour être heureux, vos nouveaux amis auront toutefois besoin d’un confort minimum : une litière constituée de matières riches en carbones, du terreau, une poignet de sable, un peu d’eau pour humidifier et quelques déchets organiques. Attendez quinze jours avant de leur offrir vos déchets, et seulement 2 à 3 fois par semaine. On estime à 30% la quantité de déchets ménagers recyclés. C’est 300 kg/an par foyer. Avec ce système, vous allez pouvoir récupérer du lombricompost et du « thé de vers ». Le « thé de vers » est un liquide chargé de nutriment à diluer dans dix fois son volume d’eau pour nourrir vos végétaux.

lsd-mag-numero-12-composte-2

Le lombricompostage : modèle BOBO écolo !


 De l’appartement au balcon, je composte quoi ?

 

lsd-12-pratique-compost-waste-vegetables

  • Les déchets de légumes
  • Les pelures de fruits et de légumes
  • Les épluchures de pomme de terre
  • Les plantes en fin de vie
  • La litière et les excréments de vos petits animaux herbivores et grainivores
  • Les restes des repas (sans viande, sans poisson, ni graisse)
  • Le thé, le café (avec les sachets et les filtres)
  • Les coquilles
  • Le papier, les journaux, le carton, la papier essuie-tout mouillé
  • Les tissus naturels

lsd-mag-numero-12-composte-11


lsd-mag-numero-12-composte-3Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Reportage : House P – Allemagne

lsd12-reportage-house-p


[soundy button][soundy title]


« P » comme Philipp. « Philipp » comme « Philipp Architekten »… Et « House P » pour mettre un nom sur cette contemporaine « Glass & White ». La villa est située sur les hauteurs d’une petite montagne d’Allemagne du Sud, à Waldenburg.

La villa surplombe la vallée de Waldenburg. Les grands arbres de la propriété de 800 m² encadrent naturellement ce large panorama. Ils délimitent les contours et freinent les lignes élancées de la villa. Car c’est une villa sans courbe, une villa ultra contemporaine que dessine l’agence Philipp Architekten. Le toit est plat, les murs sont blancs, les lignes se rencontrent…

lsd-12-report-house-p-germany-14

House P n’est pas un cube parfait. L’étage déborde, le rez-de-chaussée creuse, le garage déforme et la terrasse entoure. Les perceptions sont confuses ; intéressantes. Le blanc accompagne le mouvement. Il est la modernité, la fraîcheur, le luxe, le calme. Et il y a l’incroyable transparence. Elle supporte l’intime tout en se préservant. Côté rue, le garage empêche les regards et l’arbre censure la vue.

lsd-12-report-house-p-germany-11

À l’intérieur, tout est lumineux. Tout est privé. Car Philipp Architekten imagine une boite en bois. C’est la cuisine. Dans le prolongement de la table à manger, elle s’impose au cœur du séjour. Ni ouverte, ni fermée, on la traverse ou on la contourne. L’escalier trouve sa naissance dans son profil.

 lsd-12-report-house-p-germany-7

Au-dessus, les quatre chambres d’enfants partagent une salle de bains. Devant, le large couloir transforme sa longueur en espace de jeux et de rangement. Le mobilier intègre autant l’architecture que la décoration. L’idée de la boite en bois réapparaît dans la suite parentale.

De bas en haut, l’orme et le chêne structurent l’aménagement intérieur tout en apportant les effets « déco » et « bien-être » attendus des grandes contemporaines « Glass & White ».

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Dossier – Couleur & Ambiance

lsd12-dossier-couleur-ambiance-tendance2

Couleur & Ambiance
Les tendances automne-hiver 2016-2017

L’humeur sert à la créativité, à une nature chic, excentrique et onirique. Fantasque et fantastique. En réaction à une période austère, l’agence conseil en tendance, style & innovation PeclersParis raconte nos intérieurs de demain autour de deux idées majeures :

  • L’importance de réinjecter de l’imaginaire et de la « Haute Créativité » avec des esthétiques riches : du glamour flamboyant extraverti à la périodicité onirique, en version couture, folk ou nature, et les versions kitsch fantaisistes ou psychédéliques.
  • La quête d’une vie plus essentielle et plus douce se renforce mais avec la nécessité de l’enrober de sentimental, de charme et d’artisanat issu des quatre coins du monde pour nourrir de nouvelles histoires.

lsd-12-couleur-architecture-marie-pierre-servantie-2

Les couleurs 2016-2017

L’automne-hiver 2016-2017 laisse deviner un « nouveau langage esthétique ». C’est ce besoin de nature dans nos intérieurs qui se matérialise encore davantage. « Les souvenirs de voyages se mêlent aux réalisations créatives et aux reliques familiales pour créer de nouvelles ambiances éclectiques, riches et sentimentales. Du chic esthète à l’accumulation kitsch, les folklores s’épurent ou s’enchevêtrent et les artisanats de toutes époques et origines se déploient en version plus ou moins luxe » explique Cécile Rosenstrauch, Directrice du pôle Maison & biens de consommation. Les ambiances s’affirment par de nouvelles palettes graphiques. Des plus épurés aux plus théâtralisés, nos intérieurs réinventent les codes classiques de la décoration ton sur ton, black&white, so girly et vintage. La tendance est à la couleur profonde : les orangés savoureux, les ultras bleus, les châtains verdis et les verts brumeux. PeclersParis annonce le renouveau du bordeaux et du gris.

lsd-12-couleur-ambiance-griotte

  • Sensuelle et gourmande, la palette des « Griottes concentrées », – c’est ainsi que l’appelle PeclersParis -, touche à un segment de style encore plus contemporain. Au côté du brun, les griottes tranchent en douceur nos grands intérieurs. Le mariage délicat des deux coloris complète les décors bois et réchauffe les ambiances épurées. En peinture ou en textile, les griottes aiment nos murs autant que le volume de notre mobilier. Et il semblerait bien qu’elles viennent colorer et remplacer nos wenge.
  • Du gris aux « cendrés rosés »: le gris reste la couleur star de nos décorations. Les gris colorés, et notamment les cendrés rosés, viendront apporter un peu de douceur dans ce monde de brutes. Appréciés pour leur discrète féminité, les rosés cendrés séduisent les décors de nos chambres autant que ceux de nos pièces à vivre. Et demain : nos jardins et nos autos.

lsd-12-couleur-ambiance-orange

  • Les « orangés savoureux » : du corail aux oranges solaires. Ce sont eux qui vont réveiller notre déco’. Ce coktail gourmand de vitamines, multi-supports et multi-matières, égaye nos cuisines, nos salons et tout le mobilier urbain. L’idée ? Avec les gris, les beiges et dans nos univers neutres, les orangés préfèrent la petite touche en couleurs signalétiques.

lsd-12-couleur-ambiance-bleu

  • Les « ultras bleus »: le bleu n’est pas, n’est plus seulement la couleur de l’été et des maisons de vacances. Le bleu franc, plutôt que les cyans et les violets, opère en total look autant qu’en petite touche. S’il a déjà commencé à habiller nos chambres les plus audacieuses, il habillera demain les murs de nos entrées et de nos salons. En grandes hauteurs et avec le bois, les bleus gagnent en profondeur, en force, en richesse et en design. Coup de cœur !

lsd-12-couleur-ambiance-chatain

  • Les « châtains verdis » et les « verts brumeux »: richesse & sophistication. Les châtains verdis prennent la suite des bruns moutardés. Plus chics et plus cosy, ils se rapprochent des couleurs présentent dans nos forêts. C’est LA couleur textile de la saison par excellence. Les verts brumeux sont plus précieux et quelques peu mystérieux. Ce sont des coloris incertains et changeants. Car la lumière s’amuse des surfaces et des contours de notre mobilier. Ce camaieu de nature renouvelle le minéral et aime amoureusement le béton de nos intérieurs contemporains.

Les ambiances 2016-2017

« Nature onirique » : du rêve à la réalité, de la réalité au rêve

« La volonté de se reconnecter aux éléments, qui s’exprimait via une esthétique authentique ou minérale minimaliste, laisse sa place à la nécéssité de réinjecter une part de rêve et d’imaginaire dans la nature pour s’évader du quotidien : entre douceur et étrangeté, romantisme sombre et préciosité délicate, monde animal et végétal s’enrichissent d’une dimension onirique et retrouvent leur pouvoir fantasmatique. »

Parmi les ambiances à venir, certains décors s’installent, quand d’autres reviennent sur le devant de la scène. Le « hispter », c’est l’idée d’une ambiance poussée à l’extrême. Un onirisme viril ! C’est un salon de tatouage comme on les aime, avec du métal cabossé, poli, brossé et troué… Avec des pièces chinées et détournées dans un esprit « terroir » bien pensant.

Dans un esprit masculin encore, PeclersParis voit le duo sombre et fumé comme « the new black » des intérieurs contemporains.

L’ambiance « manoir gothique » reste dans cette ambiance obscure et mystique. C’est un tableau à la fois bestiaire et fleuri. Très opulent. Masculin / féminin. Les intérieurs sombres sont sans aucun doute les plus complexes à apprivoiser. Pour une décoration sans fausse note et longue durée, tournez-vous vers un designer d’intérieur.

À l’opposé, le « boudoir organique » est LE décor féminin des prochaines saisons. La poésie est assurément au rendez-vous. Trop rose, trop doré, trop irisé, trop…maison de poupée. Difficile à envisager en dehors des salons de thé. Décidément, on préfère la finesse des boudoirs « Ladurée ».

Mais cette nature onirique repose avant tout sur le principe des contrastes entre le romantisme et l’étrange, l’animal et le végétal, etc. L’automne-hiver 2016-2017 revient ainsi avec des ambiances afro-chics à la Indiana Jones. Vivant avec son temps, l’explorateur moderne s’amuse du chic et du choc : les marbrés, les textiles à effet, les fossiles et les squelettes devinés. L’humeur sera à la sobriété, avec une préférence attendue et partagée pour les versions adoucies : murs blancs, teintes claires…

« Classicisme créatif » : du classique à l’excentrique, de l’excentrique au rassurant

« Le besoin de ré-ancrage qui s’incarnait depuis plusieurs saisons dans un retour à des codes et à des esthétiques rassurantes évolue cette saison vers un classicisme plus créatif jusqu’à l’excentricité, qui répond à un décor croissant de déstandardisation et d’affirmation de soi : glamour et préciosité, audace et opulence… C’est le retour d’un esprit « artiste décorateur » inventif et décomplexé, pour avertis extravertis ».

Ce classicisme créatif s’en va du baroque excentrique au bling bling sulfureux en passant par des décors amusés du cartoon au design allusif, évasé et arrondi des années 60’/70’ et aux graphismes elliptiques et bi-color des années 80’. De la villa art déco’ hollywoodienne à la galerie pop, nos intérieurs de demain vont oser des décors francs en total look avec un esthétisme poussé à l’extrême, mesuré par une certaine retenue dans les lignes et les contours du mobilier. 2016-2017 nous conduit vers les velours, les chinoiseries florales. Ou vers des ambiances aristo-romantiques. La fleur reste à l’honneur avec une intensité du trait, de la matière et de la couleur. Autre décor : les rectangles et les losanges, et par-dessus tout : l’abstrait. L’or et le léton s’invitent également à la tête des tendances à venir…

lsd-12-couleur-ambiance-gold

La maxime bien connue d’Antoine Lavoisier « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », définit parfaitement l’humeur des tendances à venir. 2016-2017 : nouveau langage esthétique !

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]


Dossier – Couleur et Architecture

lsd12-couleurs-architecture

Retour sur…

Rencontre avec Marie-Pierre Servantie, chromo-architecte® DPLG (agence Architecture Couleur), Présidente de l’association « Académie de la couleur » et auteur du livre « Chromo-architecture » (2007, Alternatives) sur le dos duquel on peut lire « l’architecture a largement oublié la couleur »…

Des orangés délavés aux verts kaki en passant par des bruns peu lumineux, c’était les couleurs «in» des barres HLM des années 70’. Mal inspiré en suivant le « Bauhaus », on a longtemps cru que mettre en couleur ces hauts blocs en béton les rendraient moins austères, moins inhumains, plus modernes. Les couleurs fades aux formes grossières et géométriques et sans considérations globales, ont vite lassé, ne faisant que renforcer la stigmatisation autours des logements sociaux.

« La couleur a été rejeté, au moment où elle pouvait faire une entrée fracassante et intelligente. Les promoteurs, les industriels et la population ont dit « on veut du bon chic bon genre, on veut des tons pierres et des tons neutres ». Mal utilisée, la couleur a finalement laissé place aux constructions en béton brute, acier, verre et galva. Résultat, « on a baigné pendant 20 ans, des années 80 au années 2000, dans du gris aseptisé ». Le ras-le-bol s’est fait sentir, « on a eu un besoin de couleur, c’est physiologique. La couleur à un impact psychologique et émotionnelle. C’est une énergie, elle vient de la lumière».

lsd-12-couleur-architecture-marie-pierre-servantie

Prudents, les architectes ont commencé par mettre des touches de blanc, de noir et après des touches de couleurs. Au début des années 2000, la couleur en architecture est utilisée avec parcimonie alors qu’aujourd’hui certains architectes se lâchent et « osent le multicolore ». Un vrai métier. Marie-Pierre Servantie est l’une des rares à combiner architecture et couleur en environnement. Elle s’est passionnée pour la couleur en première année d’architecture. Mais à l’époque, au début des années 80, le cours, ne remportant pas assez de succès, sera finalement abandonné. « En cinq ans, la couleur n’a plus jamais été abordée, j’ai donc décidé de me former et j’ai obtenu le premier diplôme sur le thème : Couleur dans l’environnement architectural à l’école de Bordeaux. À ma connaissance, c’était le premier et le dernier, car aujourd’hui, la couleur telle que je la conçois n’est pas enseignée ».

Depuis 2008, Marie-Pierre Servantie est à la tête de l’agence bordelaise Architecture Couleur. Elle se revendique, sans prétention aucune, chromo-architecte®. « Vivre de la couleur est difficile. Il faut réaliser de nombreux projets, j’ai donc débuté en ouvrant mon cabinet d’architecte et puis je me suis lancée ». De la construction neuve à la rénovation, principalement pour des bâtiments recevant du public, Marie-Pierre Servantie joue sur différentes intensités pour mettre en couleur les bâtiments, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. « La couleur est mon outils de travail, je l’exprime comme un matériau. L’utilisation de la couleur n’est pas subjective, elle est au contraire, très objective, très cartésienne aussi ».

 

lsd-12-couleur-architecture-marie-pierre-servantie-1

Car si aujourd’hui de plus en plus d’architectes travaillent la couleur, trop s’arrêtent à leurs propres goûts. Pour mettre l’architecture en couleur, il convient d’analyser et d’observer. « On ne met pas des couleurs au hasard, il faut tenir compte des goûts du clients bien sûr, mais aussi des palettes de couleurs autorisées pour les revêtements, de la lumière et la situation du projet dans son environnement et dans son usage. Une couleur ne vit pas seule, elle évolue dans un contexte ». Au-delà de son aspect esthétique, la couleur sert à créer une unité visuelle. « La mise en couleur par la peinture donne la liberté et le lien aux matériaux utilisés ». Son travail consiste à favoriser le confort visuel, « quand on arrive à contenter l’œil d’un public, on fait de l’universel ». Alors n’allait pas demander à Marie-Pierre Servantie quelles sont les couleurs de demain… « Ça me fait hérisser le poil. L’architecture n’est pas un marché, on n’est pas des vendeurs de moquettes. Il n’y a pas de mode en architecture, on construit pour des décennies, si ce n’est pour des siècles. Sinon ce serait mercantile, on devrait repeindre tous les deux ans pour s’adapter, imaginez… La mode c’est du marketing » s’esclaffe-t-elle ! « Je ne peux donc pas vous dire que la couleur de demain sera le rouge ou le bleu, ça n’a pas de sens. En revanche, il y a des tendances pour l’aménagement intérieur qui sont données par des grands maîtres. Cela amènent de nouvelles idées, après on s’en inspire » relativise-t-elle.

Travailler la couleur en architecture est un métier d’avenir, « être coloriste est un métier à part entière qu’il va falloir développer car l’utilisation de la couleur est de plus en plus demandée dans les appels d’offres ou les concours. Car si on commence à utiliser la couleur sans la comprendre, la couleur part à la catastrophe » s’inquiète Marie-Pierre Servantie. « Il n’y a pas de vilaines couleurs, il n’y a que de mauvaises harmonies » conclut-elle.

Par Laurène Delion




lsd-mag-lsd9-cover

Découvrez les prochains et anciens numéros d’LSD Magazine en vous inscrivant gratuitement ci-dessous ou en vous connectant :

INSCRIPTION


[pie_register_login]