Insipide n’est pas sapide !

5 février 2020

Les fondateurs de Sapide Atelier Design

T-shirts d’inspirations métal, tignasses sombres, allures décidées, ne vous y trompez pas : Louis-Nicolas Creusat et Romain Houssais sont deux jeunes designers parisiens inventifs, subtils et audacieux. Pour preuve, leurs collections de mobilier qui se suivent sans se ressembler. Ils créent ce qui leur plaît : On aime !

Comment est né votre tandem pour la création de Sapide Atelier Design ?

L-N : Nous nous sommes rencontrés, il y a presque 4 ans. Romain avait une activité d’artiste, artisan-menuisier. Étudiant aux Beaux-Arts, formé à la typographie et amoureux du bois, Romain est un créatif, musicalement fou de cold wave.

R : Louis était designer en packaging, avec une expérience dans le domaine du luxe, des grandes marques. C’est quelqu’un qui a le sens du détail et un vrai coût de crayon. Il sait s’en servir pour expliquer, partager et faire évoluer les idées.

Fan de musique lui aussi, il se passionne pour le métal. En travaillant ensemble sur des aménagements de bureaux, pour une grande agence : 300 postes de travail avec diverses influences, un dôme géodésique, des bureaux dans l’esprit de Jean Prouvé, un ensemble assez corporate, mais qui traçait déjà la voie à ce que l’on allait concevoir plus tard, on a compris que l’on avait les mêmes envies.

On a quitté chacun nos activités respectives pour monter Sapide Atelier Design. Sapide, c’est l’antonyme d’insipide. C’est le but de notre activité : essayer de donner du goût, de la saveur, aux choses.

Comment travaillez-vous ?

Très vite, parce que l’on est à la fois designer et créateur et que l’on fabrique nous-mêmes. Nous nous sommes établis à Gennevilliers, dans un atelier qui est au centre de tous nos projets. On le partage avec des artisans de talent : un luthier et un ébéniste. C’est stimulant. Cela nous change des lieux alternatifs.

Dès la création de l’entreprise, nous avons décidé de faire une exposition avec un thème fort chaque année, l’occasion de nous exprimer à travers un mobilier. Cette démarche permet de laisser libre court à notre créativité et de faire de l’expérimental.

Elle est le complément indispensable des commandes que nous passent de nombreuses marques et des architectes. Nous sommes spécialisés dans l’aménagement d’espaces de travail, de stands, notamment pour les startups et les marques d’alcool, le flaconnage et puis le mobilier de manière générale.

Est-ce que le modulaire est votre signature ?

Oui…et non. La collection Helmut correspond à la démarche : la banquette Düsseldorf est composée de différents blocs de matière délimitant les espaces, tout comme la table basse Falling Water, hommage à la maison de l’architecte Frank Lloyd Wright traversée par une cascade, …

Chacune de ces pièces s’apparente à des juxtapositions d’éléments en bois clair non teinté (Hêtre, Frêne), en marbre ou recouverts de laques faites maison… Il y a aussi de l’humour, à l’instar de la table Gorbatchev, une table basse en forme de tache rouge qui fait référence à la tache de vin sur la tête de l’ancien dirigeant soviétique.

Helmut, c’est une collection pleine de références à des temps révolus, comme le meuble Apparat, qui reprend l’architecture des meubles-téléphones que l’on trouvait dans toutes les entrées, dans les années 70. C’est une manière de revoir le passé, en le déformant et en se le réappropriant. Du coup, on atteint le contemporain.

Meuble téléphone Apparat - Sapide Atelier Design
Meuble téléphone Apparat – Sapide Atelier Design

Apparat n’est pas particulièrement rétro, c‘est un ensemble cohérent que l’on s’est amusé à concevoir et qui plaît. À l’époque des iPhones, où les gros annuaires ont disparu, de même que les téléphones fixes, on a compris que les gens n’avaient pas forcément de meuble d’entrée fonctionnel, sympathique et élégant.

À l’inverse, la collection Amok est sombre, teintée d’un humour caustique, voire agressive ?

Amok fait référence au livre de Stefan Zweig, au délire de son héros, à la violence qui mène à la folie. Pour nous, cette collection est en réaction au monde “bienveillant” à la “coolitude” qui nous entoure ! Nous avons décidé de prendre le contrepied de l’omniprésence du confort, de l’agréable, dans notre quotidien.

D’où l’aspect inquiétant des meubles, tout en bois sombre et métal. En réaction à la culture des espaces de coworking, “Fury” est un bureau qui permet de se couper de l’extérieur avec des volets.

“La Chaise”, qui marque l’esprit de tous ceux qui l’ont vue, n’a pas d’autre but que de sembler être inconfortable : elle arbore un dossier en forme de triangle à pointe saillante, vers l’intérieur, ainsi qu’une assise striée toute aussi anguleuse, ce qui oblige à se tenir particulièrement droit.

Enfin, le meuble le plus imposant, “Ace of Spades”, As de Pique, en référence à l’album mythique de Motorhead, est une enfilade élégante qui repose sur des pointes en forme de clous des blousons punk. L’ensemble forme une silhouette qui choque le regard.

Enfilade Ace of Spades - Sapide Atelier Design
Enfilade Ace of Spade – Sapide Atelier Design

Quels retours avez-vous eus ?

La première réaction des gens, c’est de se dire que l’on ne peut pas s’asseoir dessus. Mais nous avons étudié la conception pour que le dossier arrive au bon endroit dans le dos. Ce qui en fait presque une chaise ergonomique. Les retours sont bons.

On a des pistes pour développer Amok, mais il nous manque du temps. D’autant que nous sommes toujours dans le projet d’après. C’est notre dynamique. Alors, on hésite. La Chaise marche bien, mais la collection n’a pas été conçue pour ça. C’est un “one shot”.

Le contraire de la collection Helmut.  On nous a commandé plusieurs exemplaires du meuble Apparat. Du coup, on a développé le produit initial, on l’a adapté aux demandes.

Il existe désormais en deux tailles. On en a fait un meuble parfait à vivre, pas seulement une pièce d’exposition. La Chaise, en acier, cuir et bois de Hêtre, plaît beaucoup, mais elle ne s’est pas encore vendue.

La Chaise – Atelier Sapide Design

Quand on nous en fera la demande, on l’adaptera, pour qu’elle gagne en légèreté, par exemple. D’autres objets sortent de ce cadre-là. Ace of Spades serait beaucoup plus compliqué à adapter. Financièrement et parce qu’il s’agit d’un objet sculptural complexe à concevoir en plusieurs exemplaires.

À quand la troisième collection de Sapide Atelier Design ?

Cette année, sûrement. On envisage d’ailleurs de concevoir notre prochaine collection sur le thème du bruit “Noise”. La musique nous influence beaucoup (Louis a une passion pour le métal, Romain pour la cold wave). On travaille en musique.

Nous construisons notre mobilier en nous racontant des histoires, un peu comme des fantasmes ! La “noise” est un mouvement musical à mettre en valeur: Comment traduire le bruit, la dissonance ?

On fera peut-être un travail sur les matières, sur des perceptions de matières, sur des grains. Mais on devrait aussi passer cette année à perfectionner les pièces déjà créées pour faciliter leur commercialisation. Après tout, elles ont plu !

Propos recueillis par Mireille Mazurier – Photos : Nicolas Brasseur et Antoine Vanoverschelde – Source : Architecture Bois N°92 (juin-juillet)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.