Je suis NAO, le petit robot

Dossier-hightech-nao-LSD (4)

C’est l’histoire d’un petit robot, un robot humanoïde d’environ 60 cm de haut, avec des yeux tout ronds, et déjà extrêmement expressifs, capable de marcher, de parler, de raconter des histoires, de danser et même de jouer au Puissance 4 face à un enfant, tout programmé qu’il est pour reconnaître la planche et la mise en place des jetons. Il peut aussi détecter la présence de son partenaire humain et le signaler d’un mouvement de main, réagir en fonction de la reconnaissance faciale de ce partenaire, de sa voix et même détecter ses tentatives de tricherie.

 

NAO Next Gen, 4ème version, n’a pas grand chose en commun avec les robots du secteur industriel, pas plus qu’avec les robots ménagers type aspirateurs, balais, nettoyeurs de planchers, et de piscines ou encore tondeuses de gazon. Non, NAO, c’est beaucoup, beaucoup mieux que toutes ces aides ménagères. NAO, ce sont les prémices d’un vrai robot-compagnon humanoïde né dans les étoiles au sein de la constellation du taureau, et plus précisément dans les laboratoires français d’Aldebaran Robotics, leader mondial en robotique humanoïde. Et c’est précisément pour l’ingéniosité de sa conception que NAO s’est vu décerné, en 2011, le premier Prix de l’Innovation Produit de l’IEEE 2, attribué par la Société pour l’Automatisation et la Robotique, pour récompenser les produits innovants qui représentent une rupture technologique.

NAO est le robot humanoïde le plus utilisé dans le monde de l’éducation.

Interactif, entièrement programmable, NAO est aujourd’hui présent dans plus de 80 lycées en France, des Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles, adopté par les enseignants pour sa capacité à dynamiser les filières scientifiques, favoriser la formation à travers les technologies de demain et faciliter ainsi l’accès aux métiers du futur. Mais il existe déjà plus de 3000 Nao à travers le monde, en activité au sein de laboratoires et d’universités pour servir la recherche et l’enseignement, et ce, dans près de 70 pays !

En présentant, la quatrième version du petit robot, NAO Next Gen, Bruno Maisonnier, fondateur et président d’Aldebaran Robotics, rappelait l’objectif de son entreprise : « mettre cet outil au service d’organisations qui s’occupent d’enfants autistes et de tous ceux qui perdent leur autonomie. J’ai créé Aldebaran Robotics en 2005 afin de contribuer au bien-être de l’humanité ». Les premières rencontres entre robots et enfants autistes ont été lancées aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Elles mettent en évidence l’intérêt très particulier des autistes pour les robots, dont les gestes répétitifs, notamment, sont rassurants et engagent à l’échange, créant ainsi le pont qui manquait entre l’univers de l’autisme et celui de la normalité. NAO a un grand “ frère ”.

Le grand frère de Nao

Celui-ci se prénomme Romeo, mesure 1,40 m et pèse 40 kg. Sa mission concerne les personnes seules, âgées, malvoyantes et/ou en perte d’autonomie. Romeo les aidera dans les tâches quotidiennes, ira chercher des objets à leur place, les aidera à marcher ou à se lever de leur fauteuil. Au-delà de ses capacités physiques, Roméo sera capable de comprendre ce qu’on lui dit, d’entretenir un bref dialogue et, même, de percevoir les intentions et les émotions de son interlocuteur pour en déduire les actions à mettre en œuvre. Le premier prototype a été développé au printemps 2011 ; puis une deuxième version, Romeo 2, a été assemblée à l’automne 2012. Ses fonctionnalités seront constamment améliorées ; de vraies applications d’assistance seront développées et testées avec des utilisateurs finaux (personnes âgées en perte d’autonomie). Ces développements seront faits dans le cadre d’un projet français financé par l’Etat et regroupant 18 partenaires académiques et industriels.

Lors du Vendée Globe 2012, NAO s’est embarqué clandestinement sur Initiatives-Coeur, le voilier de Tanguy de Lamotte.

Ecrit par : Mireille Mazurier

Leave a Reply