Appelée “résidence Mandeville Canyon”, la maison se situe sur les hauteurs de Los Angeles en Californie. Plus précisément localisée sur un terrain en forme de pointe, sa vue lui permet de dominer le canyon et la ville. Elle a été imaginée par Griffin Enright Architects.

La résidence est divisée en deux niveaux. De l’extérieur, elle ressemble à un très grand porche contenant une entrée discrète voire cachée qui  donne accès à une vue spectaculaire. À partir du jardin arrière, on découvre des couches horizontales qui se fondent parfaitement avec l’environnement. Cela vient contraster avec le style de l’entrée plutôt urbain, aux formes verticales.

C’est cette dualité qui caractérise la maison : d’un côté, un aspect de la ville discret et de l’autre, une ouverture sur l’immensité du jardin arrière. Elle est accentuée par la découverte d’une vue spacieuse dès l’entrée dans la maison.

Les murs donnent la sensation de se confondre avec le plafond, accentuant les propriétés horizontales du terrain. Dès l’entrée dans le salon de cette résidence, on remarque un mobilier d’exception notamment un piano à queue positionné près du foyer de cheminée. Cette pièce de vie est délimitée mais ouverte sur le jardin environnant de sorte à créer un dedans-dehors.

Une véranda attenante au salon relie le rez-de-chaussée et le premier étage par sa géométrie décalée. Le porche et le salon sont subtilement surélevés du niveau du sol afin de créer une terrasse étendue jusqu’au paysage.

Sur les deux niveaux, les baies vitrées sont orientées vers le sud-ouest. Cela permet aux grands porches de protéger l’espace intérieur d’une lumière du jour trop forte en été et de prolonger son arrivée en hiver.

À l’étage, les chambres des parents et celles des enfants sont séparées par un espace dédié à la détente et aux jeux. Une seconde terrasse à ce niveau vient entourer les différentes pièces.

La chambre parentale se trouvant au coin de la maison en porte-à-faux, la vue se retrouve entièrement dégagée sur le canyon et la ville. L’étage supérieur, de par son horizontalité, offre une seconde étendue sur le paysage environnant.

La résidence Mandeville Canyon, après avoir fini sa mue portera le nom de résidence Barnett, une transformation qui vient renforcer sa « dualité ».


Texte : Roseline Benon - Photos : Nanao Shimizu

Leave a Reply