Pourquoi choisir?
Doit-on les opposer ou affirmer leur complémentarité ? Que signifient ces deux appellations génériques : parquet et carrelage ? LSD vous propose d’en découvrir les multiples visages.

Le parquet

Plus chaud sous les pieds que la pierre, le parquet de la première heure n’est encore qu’un simple plancher constitué de lames grossièrement juxtaposées.

Sa beauté et son esthétique ne se révèlent qu’à partir de la Renaissance. Au XVIIème, il est réservé à l’aristocratie et devient pièce d’exception dans les pièces d’apparat. Le parquet marqueté se transforme en tableaux somptueux. Les panneaux Versailles, Chantilly ont la cote. Industrialisé dès le XXème, il intègre tous les appartements haussmanniens grâce au point de Hongrie, plus sobre, qui signe le bon goût et l’excellence. Viendront ensuite les parquets mosaïques et surtout, les parquets contre-collés (collées à même le sol ou assemblées par clips), issus des pays nordiques.


Le parquet, le choix de la simplicité

À la fois simple à poser et très esthétique, le parquet présente des qualités isolantes sans précédent. Sa pose est sans conteste son point fort puisqu’elle permet même à des personnes non initiées de s’aventurer dans des travaux d’intérieur. Sur le plan acoustique, comparé au carrelage, il tire amplement son épingle du jeu puisqu’il est capable d’absorber les sons. Sa présence confère un sentiment de bien-être et de confort au sein de la pièce. Aux yeux des puristes, il n’y a pas plus noble que le parquet massif (composé d’une seule essence de bois) et qui offre un cachet sans équivalent. Sa durée de vie est d’au moins 100 ans et il supporte de nombreux ponçages. La contrepartie de tels atouts, c’est bien évidemment, son prix… Le parquet massif doit être envisagé comme un investissement. Sa durée de vie est assurée par un entretien régulier : le poncer, l’huiler, le cirer ou le vitrifier pour le protéger des rayures et des tâches. Enfin, le parquet massif est l’allié des maisons qui disposent d’un sol chauffant, il devra alors être collé au sol.

Le parquet contre-collé est constitué de trois couches. La couche d’usure est la première épaisseur, c’est celle que l’on voit, celle qui donne le ton puisqu’elle indique l’essence du contrecollé. Viennent ensuite une couche de bois aggloméré à haute densité puis un contreparement qui apporte sa stabilité à l’ensemble. Logiquement, la durée de vie d’un contrecollé est inférieure à celle d’un bois massif, mais sa couche d’usure peut être poncée pour retrouver son aspect d’origine et sa structure en couches lui permet de vieillir sans risque de déformation. Quant au parquet flottant, il est difficile de lui trouver des inconvénients. Contrairement à un parquet massif, il ne nécessite pas d’entretien. Il fait l’unanimité grâce à son prix deux voire trois fois moins cher. Stratifié, contreplaqué, ou en imitation bois massif, le parquet flottant se présente sous différents types de produits qui se caractérisent par une durée de vie variant du simple au double.


Parquet : les tendances

Les lames s’élargissent pour donner une allure plus actuelle à ce revêtement classique tandis que les teintes claires, d’inspiration scandinave, ont le vent en poupe. Elles apportent de la clarté à un intérieur et s’adaptent parfaitement à un mobilier contemporain

Le carrelage

À cabochon, en diagonale ou droite, la pose du carrelage fait la part belle à la créativité pour aboutir à un produit fini original et raffiné. Hygiénique, robuste, facile d’entretien et apprécié pour la variété de ses couleurs et de ses matériaux, le carrelage se décline en différentes tailles. Céramique, pierre, ciment…il en existe pour tous les goûts, tous les budgets et tous les usages. Les carrelages en céramique sont sans aucun doute les mieux connus : grès cérame, faïence, terre cuite et tomettes traditionnelles, tous sont issus d’un même procédé de fabrication : la cuisson.

Plus récent, le grès cérame est un mélange d’argile et de silice pressé et cuit à très haute température; il est conçu pour une utilisation en collectivités avant de devenir “un bel objet” dans les années 1980, lorsque des fabricants ont l’idée de teinter le biscuit en le recouvrant d’une couche d’émail. Le grès cérame émaillé, plus décoratif que le grès “pleine masse” fait son apparition dans nos maisons. Ses atouts sont nombreux : résistance à l’usure et aux chocs, non poreux et facile d’entretien. Seul le grès poli, à l’aspect brillant, doit être imperméabilisé avec un produit spécifique antitache. Il reproduit les textures et les couleurs de nombreuses matières. Ainsi, on trouve des grès cérame “surfacés” façon ardoise, terre cuite, pierre bleue du Hainaut ou lames de parquet. Encore plus sophistiqués, certains grès imitent le béton ciré, le textile, le métal, le cuir ou le papier peint, avec des motifs dessinés au laser. D’autres encore, ont un aspect oxydé ou pailleté grâce à l’apport d’éclats de silice. Du coup, on serait tenté de dire que le grès cérame séduit tout le monde. Hélas, contrairement à la faïence ou au grès émaillé, le grès cérame ne peut (pour des raisons de fabrication), être jaune ou rouge intense.

Issus de belles matières naturelles et anciennes, les carrelages en pierre sont considérés comme les plus nobles; ce sont également les plus onéreux et ceux qui demandent le plus d’entretien. Mais leur rendu esthétique est d’une finesse sans pareil. Différents minéraux sont utilisés dans la fabrication de carrelage de sol. La pierre calcaire et le travertin sont des matériaux dotés de petites cavités en surface. Ce sont des pierres habituellement utilisées comme revêtements de sols et de murs des espaces intérieurs, voire comme revêtement de douches. Leur surface est alors polie, ou adoucie, et rebouchée pour faciliter leur entretien. Mais, contrairement au granit, à l’ardoise ou encore au marbre, leur relative fragilité ne permet pas de les installer dans des pièces de grands passages.

Si les sols en pierre naturelle bénéficient d’une durée de vie exceptionnelle, de l’ordre de plusieurs décennies pour les plus résistants, il ne faut pas négliger leur relative porosité. Il est donc impératif de les traiter pour éviter qu’ils ne s’abîment ou ne se tachent. Contrairement aux carreaux de céramique, les carreaux de ciment ne sont pas cuits mais simplement pressés. Ils sont ensuite séchés, selon un temps variable qui influe sur leur densité et sur leur solidité. Ces carreaux à l’apparence très variée sont réputés pour leur durabilité. D’où leur prix élevé synonyme d’investissement dans le temps. Considéré par certains comme vieillot et désuet, le carrelage en ciment bénéficie en contrepartie d’une vaste palette de couleurs et de motifs. Ce qui le transforme en œuvre d’art aux yeux des connaisseurs. En outre, il est quasiment le seul carrelage à se satisfaire d’un nettoyage minimaliste comme entretien. Un peu d’eau de savon noir : il n’en faut pas plus pour le rendre propre et luisant !


Carrelage : les tendances

Le grès cérame s’adapte parfaitement dans un espace contemporain, avec des couleurs foncées et des finitions mates. Les carreaux « grand format » ont la côte, ils contribuent à agrandir l’espace. La terre cuite et les tomettes conviendront aux amoureux du traditionnel et de l’esprit méditerranéen, tandis que le succès de la faïence correspond à la variété de ses tailles, autant qu’à la richesse de sa palette de couleurs. Contrairement au grès cérame, les pierres naturelles ne sont pas froides au contact. Elles sont de bons conducteurs de chaleur et leur température correspond à celle des pièces où elles sont installées. Leur association avec un chauffage au sol ne pose aucun problème.

Si l’on associait les qualités du carrelage et la noblesse du parquet ?

Le carrelage imitation parquet est sans aucun doute le dernier produit tendance, l’élément de décoration intérieure qui tente autant les particuliers que les professionnels de l’habitat. Le carrelage parquet affiche un aspect et un toucher similaire à un carrelage traditionnel tout en conservant l’esthétisme et le charme du bois. Une vraie réussite sur le plan visuel puisqu’il faut parfois s’y reprendre à deux fois pour réussir à faire la différence. Il permet de bénéficier de tous les atouts d’un beau parquet sans les inconvénients d’entretien et d’usure. Décliné dans des coloris et des formats plus originaux les uns que les autres, le carrelage imitation parquet a sa place dans toutes les pièces de la maison dont il facilitera l’entretien.

Texte : Mireille Mazurier


LSD N° 17 - Novembre 2015

Au sommaire du numéro 17 d’LSD Magazine – Novembre 2015 : En lire plus

Éditorial par Maxime Kouyoumdjian

Tout est dans LSD mag… En lire plus

#Shopping : Canapés

Le plaisir du cocooning En lire plus

#Shopping : Tables à manger

On passe à table ! En lire plus

#Shopping : High Tech

Cool & connected En lire plus

Interview Designer : Emmanuel Gallina

Passionnément curieux En lire plus

Dossier : Parquet VS Carrelage

Pourquoi choisir? En lire plus

Multi-facette

Audacieuse et excentrique En lire plus

Paradise Valley

Au pays des Navajos En lire plus

Ranch Moderne

South Fork en Californie En lire plus

Color Loft

La Russie en mode Pop Art En lire plus

Dossier : Le dressing

Vêtements, chaussures, sacs à main, bijoux… En lire plus

Lifestyle : Dressing de Star

Fais ton cinéma En lire plus

#Shopping : La chambre d'ados

Crazy room En lire plus

LifeStyle : Chambre d'Ados

En lire plus

Interview Architecte : Franck Argentin

Le design dans son sang ! En lire plus

De neige et de glace

ICE Hotel En lire plus

Do It Yourself : Baladeuse vintage

Vintage, l'ampoule a du style! En lire plus

Do It Yourself : caisses & cagettes

Le grand détournement! En lire plus

Food : Thanksgiving

La dinde dans tous ses états En lire plus

Crazycar : Flying Cars

Les voitures volantes de Sylvain Viau En lire plus

Playlist Novembre 2015 N°17

La playlist du moment! En lire plus


Leave a Reply