Rencontre avec : Lyre Le Temps

Inspiré des styles d’hier et d’aujourd’hui, Lyre Le Temps imagine un swing heureux et rafraîchissant ; un savant melting pot entre jazz, électro et hip-hop ! Du web à la scène, le trio strasbourgeois compose l’album Outside The Box, un pur produit générationnel.

lsd-mag-meetme-lyreletemps-music-2

Lyre Le Temps, décline ton identité…  
Lyre Le Temps c’est le nom d’un trio strasbourgeois ; Rhum One aux machines, Q au scratch et Ry’m au piano et au micro. LLT a été lancé sur la scène des Indétendances Électro du Printemps de Bourges.

D’où viennent vos envies de musique ?
Elles sont diverses et variées. Nos sources d’inspiration proviennent de nombreux horizons. L’idée majeure c’est le partage et l’expression. Très stimulant !

Racontez-moi l’aventure Lyre Le Temps.
Le groupe a été fondé en 2007 à Strasbourg. On a vraiment commencé à exister grâce à MySpace, la scène, les tremplins… Lady Swing est notre premier album ; entièrement produit sur ordinateur. C’était en 2010 ! Le second, avec Q et Rhum One est sorti en 2013 : Outside the box. LLT c’est plus de 250 concerts, pas mal de voyages… C’est vraiment génial de pratiquer sa passion entre potes, et d’arriver à en vivre.

Dans quel rayon peut-on trouver votre album ?
En fonction des vendeurs, on peut trouver notre album dans les bacs Électro. Mais, on s’est amusé à le voir dans les bacs Jazz, Hip Hop et même Variétés Internationales… Outside the Box mélange beaucoup de styles, le nom de l’album n’a rien d’anodin.  En fait, il n’y a pas de bac spécial pour “ ranger ” notre musique aujourd’hui. ça change ! Beaucoup d’artistes évoluent dans différents styles ; LLT adore ça.

“Lyre Le Temps c’est tellement de choses ; d’excellentes expériences”

La route, la scène… À quoi ressemble votre quotidien ?
On fait énormément de musique dans notre studio, tous ensemble et aussi chacun de notre coté. On est des créatifs dans l’âme, on a constamment besoin de s’exprimer. Mais, je ne vais pas vous mentir, on rigole aussi beaucoup parce qu’on est entre potes. C’est le top, mais on bosse dur.

Ça swingue pour LLT ! D’où vient votre énergie ?
L’énergie vient vraiment du public, et plus particulièrement de la scène. Quand les gens ont envie de se lâcher, de faire la fête, de jumper… ça se ressent vraiment ! C’est une source d’énergie inépuisable. Après certains concerts, on a l’impression d’avoir rechargé nos batteries pour une année entière, alors que sur scène on s’est donné au maximum !

Un rituel particulier avant d’entrer sur scène ?
En réalité, on en a plusieurs mais je ne vais pas tous les énumérer… par pudeur. Mais une chose est sûre, on prend toujours le temps de se retrouver tous les trois avant de monter sur scène quand l’adrénaline est au max ; ça nous booste encore plus.

Quels rôles ont joué les réseaux sociaux dans l’aventure ?
MySpace a été un véritable starter pour les débuts du groupe. On est connecté en permanence !  C’est vrai que cela crée une réelle proximité avec notre public ; on devient accessible. Et surtout, cela nous permet de découvrir énormément de personnes, de musiques, d’idées… On a rencontré de nombreux artistes via les réseaux sociaux, notamment l’Electric Swing Circus ; un groupe anglais avec qui nous avons produit un titre à Birmingham. Merci FB !

lsd-mag-meetme-lyreletemps-music-1

Quelles sont vos références musicales ?
Dans nos références évidemment, on a chacun les nôtres. Mais entre Ray Charles, Dj Premier, NAS, Masta Ace, James Brown, Daft Punk, Nina Simone, Bob Marley, Notorious Big, Beasties Boys, et plein d’autres, on arrive souvent à tomber d’accord pour les associer.

Et vos plus belles rencontres musicales ?
Toutes nos collaborations artistiques ont été formidables. Les plus touchantes sont celles que nous avons avec le public. En 2009, on a joué avant Deftones au Cabaret vert, on s’est retrouvé face à plusieurs milliers de spectateurs qui a priori ne connaissaient pas notre musique… On a passé un moment complètement fou, c’était énorme, il s’est vraiment passé un truc avec le public ; un des meilleurs concerts de ma vie !

Pssst… Entre nous Ry’m, quels souvenirs gardes-tu des cours de musique au collège ?
Sérieux, je m’en suis sortie. Et comme je n’ai jamais dû jouer de flute en public, aucun traumatisme…a priori. Je faisais déjà beaucoup de musique au collège, alors franchement, je crois que je trouvais ça mieux que le latin.

Que voyez-vous pour demain ? Quels sont vos projets, vos envies, vos rêves ?
On a envie de voyager, encore ! LLT voit arriver tous les concerts de 2014, on se prépare. On a hâte de présenter notre nouveau spectacle, ça va envoyer du lourd. Notre rêve ? Pouvoir continuer… LLT ça arrive grâce au public : merci de nous faire vivre ça, vous êtes énormes !

Par : Laurène Delion

Leave a Reply