Back in black

21 mars 2018

Lee Bae, artiste coréen reconnu mondialement, expose ses œuvres en France depuis plusieurs années. Il présentera du 24 mars au 17 juin à la Fondation Maeghts, son style aux nuances de noir, sous le commissariat du critique d’art Henri-François Debailleux.

Il a déjà exposé au Musée Guimet à Paris, au Musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne, à la Fondation Fernet-Branca, et  bientôt à la Fondation Maeghts de Saint-Paul. Cet artiste coréen est reconnu pour sa créativité semblable au courant Arte Povera, art apparu dans les années 60′.

©Lee Bae, “Sans Titre”, 2017

Cet art correspond aux artistes refusant de s’associer une identité. En son âge d’or, cette attitude et non ce mouvement, consistait à défier l’industrie culturelle ou plus largement “la société de consommation”.

©Lee Bae, “Issu du feu”, 2000

On retrouve dans ses sculptures, ses installations épurées et ses peintures, un mélange subtil de l’art occidental avec les codes et les pratiques artistiques traditionnels de la culture coréenne. La nature, omniprésente dans la culture coréenne, se retrouve chez Lee Bae à travers la présence du feu et du charbon de bois. Matière représentant la symbolique et l’immatériel du noir. L’usage du charbon est aussi utilisé pour rappeler l’emprise que possède l’humain sur le bois en ayant “le pouvoir” de le transformer.

L’artiste coréen a réalisé ces œuvres en parfaite harmonie avec l’espace architectural et la lumière de la fondation. La nuance du noir avec la lumière viendra soulever des questions éternelles comme l’existence du paradis et de l’enfer, la lumière ou l’obscurité, le bien ou le mal.

Photo de Une : “Le Dessin”, 1997 © Lee Bae

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.