Les deux girafes

8 octobre 2018

Hôtel Les Deux Girafes

Situé en plein cœur du quartier Bastille-République dans le 11ème arrondissement de Paris, l’hôtel Les Deux Girafes sera inauguré ce jeudi 11 octobre. Cette ancienne fabrique de meubles du XIXème a été entièrement réhabilitée par Jérôme Roy pour le cabinet AR Architecture et par les architectes designers Sandrine Legret et Philippe Janssens d’Itak architectes.

Chic et contemporain, l’hôtel Les Deux Girafes rend hommage à l’époque industrielle à travers ses installations. Chaque meuble, luminaire, objet de différentes époques a été soigneusement sélectionné.

Beaucoup sont d’origine et ont été conservés et détournés pour mieux rejouer une époque révolue sans pastiche et d’une manière décalée. Son emblème, la Girafe, est représentée dès l’entrée à travers une enseigne et une sculpture impressionnante de taille réelle en fils de fer, imaginées par les artistes plasticiens d’Anathomie (Anna Golics Cottet et Olivier Thomas).

Olivia Gagneraud et Alexandre Rondepierre, les deux propriétaires de l’hôtel expliquent : « Lors d’une visite à la Fiac, nous avons tous les deux été subjugués par la poésie des œuvres animées, en fils de fer, des artistes d’Anathomie. Nous leur avons demandé de réfléchir avec nous à une proposition d’œuvres pour l’hôtel. L’idée de deux Girafes est apparue comme une évidence : l’une pour accueillir les visiteurs d’un battement de cils en façade et l’autre répondant à la profondeur du patio par sa grandeur, sa légèreté et son cœur rouge, battant d’émotion à l’approche d’un humain ».

L’hôtel dispose de 34 chambres et d’une surface de 1400 m². Ultra modernes et déclinées dans un style industriel, elles sont toutes chics et fonctionnelles.

 

Les meubles sont accrochés aux murs comme des tableaux ou des objets exposés. Le bureau est dessiné comme une feuille de métal pliée. Un miroir triptyque s’inspirant de celui des barbiers prend place dans les salles de bains tandis que les œuvres oniriques et décalées de l’artiste Edgar Avila animent les murs. La majorité du mobilier a été dessinée par Itak-architectes.

L’hôtel possède un patio verdoyant et une terrasse pour se détendre en dégustant un délicieux cocktail. Il propose également des soins spa en partenariat avec la marque française Codage et dispose d’une salle de fitness.

L’espace de réception prend forme autour d’un îlot qui ressemble à une énorme pièce mécanique récupérée: c’est la banque d’accueil spécialement créée pour ce lieu. Elément singulier et organique, visible depuis l’accès principal, il intègre le bureau de la réception.

Le bar, sublime, est un mélange d’ancien comptoir de boucherie et d’un cabinet de curiosité. L’espace salon, plus confidentiel, propose une ambiance feutrée tout en revisitant les codes du bistrot: parquet en vieux bois, canapé en velours, banquette…. Du lobby aux chambres, un mur d’exposition de 20 mètres de long permettra aux clients de découvrir tous les trimestres les œuvres d’un artiste français chinées par les propriétaires des lieux. Actuellement ce sont les toiles pop et colorées de l’artiste Georges Moquay qui sont exposées.

L’hôtel dispose aussi d’un restaurant de 62 couverts, Le Beslay, mêlant style industriel et décoration contemporaine. La carte élaborée par la chef italienne Antonella Finelli qui a fait ses armes chez Divellec, dans les brigades de Lucas Carton, ou encore à la Grande Cascade, propose des plats à base de produits frais et majoritairement issus d’une agriculture biologique, qui composent une carte gourmande et savoureuse.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.