L’hôtel Déclic est le premier de son genre consacré aux techniques de la photographie. Proposant un thème interactif, il est situé dans le 18è arrondissement de Paris et est dirigé par Karine Tournois, ex directrice de l’hôtel Seven du groupe Maranatha.

Declic-hotel-paris-decembre-2016-chambre-chasseur-etoiles

En plein Montmartre, l’hôtel propose 18 chambres et 9 suites toutes plus folles les unes que les autres. Elles ont le pouvoir de vous immerger dans un univers unique imaginé par l’atmosphériste Sandrine Alouf.

Tout est fait pour que vous repartiez des souvenirs plein la tête et surtout des photos plein les poches. Une domotique a été mise en place dans le but de projeter instantanément les clichés pris : au sol, sur les murs ou dans la chambre. Libre à vous de partager vos selfies et autres photos sur les réseaux sociaux via les tablettes mises à disposition.

Declic-hotel-paris-decembre-2016-chambre-univers

Les différents décors sont photo sensibles. Plongés dans une atmosphère onirique, vous ne pourrez que laisser libre cours à votre imagination. Les lumières, les matières, les couleurs nous donneraient presque le tournis ! Attention aux épileptiques, les couloirs et les moquettes sont recouverts de photographies : une vraie expérience visuelle et sensorielle. Le plafond n’est pas épargné puisqu’il est recouvert de photos en panneaux lumino-sensoriels.

En rentrant dans les chambres, c’est l’apothéose. Celles-ci sont équipées de lampes chromatiques et de leds de couleur dans les salles de bains. Libre à vous de choisir l’ambiance lumière blanche ou en bichromie à l’aide des tablettes mises à disposition. Ce jeu de lumière est accentué par les meubles en plexiglass transparents également recouverts de leds.

Quelques exemples de chambres et suites…

La chambre « réflex » dont la tête de lit fait office d’appareil vintage, équipé d’un objectif interchangeable, est décorée de rideaux au motif de pellicule photo et d’une moquette ornée de pixels.

La chambre « chasseurs d’étoiles » est dite tridimensionnelle. Propulsé dans l’univers des voies lactées, l’hôte se verra admirer les étoiles scintillantes aux murs et aux plafonds. La moquette est également dotée d’incrustations lumineuses.

La suite « cabine photo » est plongée dans une atmosphère glamour aux couleurs rouge et noire. La tête de lit, transformée en photomaton, vous permet de poser sur 4 clichés différents. Un moyen pour l’hôtel de faire un clin d’œil au Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet.

Declic-hotel-paris-decembre-2016-cabine-photomaton-chambre

Cet hôtel, à la fois déconcertant et unique, a le don de figer le temps en un flash. Ultra-connecté, ce lieu vous déconnecte pourtant instantanément de la réalité…


Texte : Roseline Benon – Photos : Abaca

Leave a Reply