Lorsque créativité, design et matériaux de récupération font équipe, le résultat est rarement décevant. A quelques kilomètres de San Francisco, accrochée sur les hauteurs de Mill Valley, cette maison familiale est le fruit d’un vaste travail collaboratif entre modernité et durabilité.

The-Hillside-House-#19

Avoir du style, ça n’est pas forcément innover pour trouver les matériaux de demain. Sans tomber dans la mode rétro en se laissant bercer par une vague de nostalgie, il faut savoir que la récupération a du bon. La preuve ici avec la Hillside House réalisée et habitée par l’architecte Scott Lee, président de la société SB Architects. A l’origine, le propriétaire et créateur de la maison voulait quelque chose de beau, durable et vivable pour toute sa famille. Situé sur un terrain très raide et considéré comme inexploitable, ce projet était un véritable challenge. C’est bien connu, les architectes aiment les défis ! Dans un effort collaboratif : créateurs, designers et artisans locaux ont travaillé de concert. L’objectif de Scott Lee étant de démontrer clairement que haut de gamme et durabilité peuvent faire la paire. Novateur et unique, le résultat replace alors le concept de maison verte en haut du podium. Architecturalement, ce projet répond donc à un site particulier. L’habitat évolue sur quatre niveaux et propose un design en escalier d’où son allure ultra-verticale. Entourées de grands chênes, cette maison d’une surface habitable de 197m² est comme sculptée dans la roche et, toute en hauteur, la construction recule sur le terrain pour s’offrir de multiples vues en direction de San Francisco.

Ce parti pris en faveur de l’environnement montagnard de la vallée a également permis de réduire les coûts tout en inscrivant le lieu dans son territoire. En effet, des matériaux locaux tels que le mélèze, l’ardoise ou encore le granit noir sont présents. Le propriétaire voulait exploiter pleinement toute la surface. « Se promener chez lui, sans se sentir contraint, pouvoir se poser dans différents espaces et profiter de perspectives » précise l’architecte d’intérieur. Avec les chambres à l’est et les espaces de vie orientés sud-ouest, les pièces sont agencées de manière à suivre la course du soleil tout au long de la journée. L’idée de promenade a dominé le projet et finalement, le logement suit parfaitement cette mise en scène. Du lounge à la cuisine, des chambres aux salles d’eau, la lumière s’invite dans l’habitat où les circulations sont amples et dégagées. Côté déco, le gris du sol contraste avec les murs blanc tandis que le bois et quelques touches colorées viennent casser le rythme binaire noir-blanc. Les créateurs reconnaissent avoir pris beaucoup de plaisir à réaliser ce loft. De la terrasse à l’intérieur du logement, la gestion de la lumière et l’aménagement font preuve de standing. Sans jamais faire tache dans un paysage montagnard, la réhabilitation est ici une solution efficace pour dynamiser la région et oublier la triste figure des ateliers abandonnés.

Pierre, bois, verre, acier, béton… Tout y est ! Ouvert sur l’horizon, le logement se tourne en direction du soleil. Outre le confort, ce paramètre est d’autant plus important car des panneaux photovoltaïques alimentent en électricité et permettent de chauffer l’eau ainsi que les sols, tandis que côté terrain, la pente isole naturellement les étages. L’architecture verticale de la maison est équilibrée par une myriade d’éléments horizontaux. Du garage à la toiture, un bardage en bois de cèdre, des garde-corps en acier, des pierres Eldorado habillent la structure. Les balcons en béton deviennent des terrasses perdues dans les chênes et la géométrie des volumes est interrompue par de grandes fenêtres et des murs en verre. Entre rusticité et élégance, les nuances de gris des façades donnent un aspect à la fois industriel et naturel à cette cabane moderne.

Devant cette maison que le voisinage admire, des marches en bétons bordées par un mur de pierres mènent à un porche couvert. Une fois entré, l’escalier central en noyer et ses garde-corps d’acier dessinent une voie en zigzag vers les étages. Le garage ainsi que la cave à vin constituent le rez-de-chaussée. Le premier niveau comprend une suite pour les invités et les chambres des deux enfants, tandis que les étages supérieurs sont entièrement aménagés pour les propriétaires. Equipée de portes coulissantes en verre, la chambre à coucher des parents se transforme en salon dedans-dehors, avec une terrasse dotée de lampes chauffantes et d’une baignoire extérieure en béton. Pour l’aménagement, l’architecte d’intérieur Erin Martin a travaillé en étroite collaboration avec les propriétaires. Sur fond de recyclage, la décoration intérieure mêle création moderne et récupération.

De l’autre côté du Golden Gate Bridge, cette bâtisse est finalement un refuge loin de l’étouffante ambiance urbaine. Première du genre à avoir reçu le label « Leed Platinium » – une certification qui récompense l’habitat vert et design aux Etats-Unis – cette création est un message adressé aux constructeurs et architectes pour une meilleure utilisation des matériaux durables. Pour l’architecte, sa maison est également une réponse authentique au site qu’elle occupe. L’élégante simplicité des volumes donne sans conteste un caractère contemporain au bâtiment. Le grand nombre de matériaux utilisés suit une ligne à la fois industrielle et naturelle tout en étant rustique et raffinée. “Je réalise que tout ce qui dure en architecture et design sont les choses dans lesquelles les gens mettent tout leur coeur” déclare Erin Martin. Ici, l’abondance d’espaces pour s’assoir, manger, boire, discuter et être ensemble reflète la manière dont la maison a été créée.

Texte : Pierrick Aubert

Photo : Mariko Reed, Matthew Millman, Robert Bengston


Texte : Pierrick Aubert – Photographies : Stéphane Lariven

Leave a Reply