Cette maison jumelée construite dans les années cinquante dans le quartier Ville-Saint-Laurent à Montréal a connu de multiples transformations au fil des années !

De multiples agrandissements se sont donc greffés à sa structure vieillissante. À l’arrière, ses volumes fragmentés ne comportaient qu’une porte opaque et quatre petites fenêtres. Construits sans fondations et usés par le temps, les appentis de la cour arrière empêchaient la lumière naturelle, pourtant abondante sur le terrain, de se rendre jusqu’à la cuisine. Après le départ des enfants, la maison devait subir d’importantes rénovations, notamment pour répondre aux besoins du nouveau style de vie du propriétaire. Ce dernier confie son projet aux architectes L. McComber avec un triple objectif: ouvrir les espaces de vie, mieux profiter de la lumière naturelle et de la vue sur le jardin et préserver l’esprit de la maison familiale chargée de souvenirs.

 

Côté rue, la façade existante s’inspire du style Tudor avec son revêtement en colombages de bois et enduit à l’étage.  C’est au-dessus du garage en mur pignon que l’expression du motif ancien est le plus marquée. En allongeant ce volume vers l’arrière, l’agrandissement crée un lien entre les deux côtés de la maison. Sur la façade latérale, la brique d’argile rouge découpe le rez-de-chaussée jusqu’à la terrasse. À l’étage, la composition reprend le motif à colombages dont les couleurs sont remises au goût du jour. En contraste avec l’enduit gris pâle des murs, les tracés géométriques noirs soulignent les fenêtres et culminent à l’arrière avec un motif triangulaire en pignon. L’extrémité du long volume fait saillie contre le mur arrière dont le revêtement de tôle noire et son vitrage abondant exposent les espaces de vie intérieurs dégagés. À ses pieds, la nouvelle terrasse arrière prolonge l’espace cuisine au travers d’une large porte vitrée à levage.

 

À l’intérieur, les espaces de vie sont décloisonnés. En éliminant stratégiquement certaines cloisons, la composition du rez-de-chaussée ouvre le cœur de la maison sur la cour. En plein centre de l’agrandissement, le vaste îlot de la cuisine articule un changement de niveau qui offre d’un côté une station de travail debout et de l’autre quelques places assises. Dans son prolongement, une double hauteur maximise l’apport de lumière naturelle.
En surplomb, une fine passerelle lie la chambre principale à sa salle de bain, offrant au passage une vue en plongée spectaculaire sur la cour d’un côté et le séjour de l’autre. Avec son garde-corps Vierendeel en acier et son mince plancher de lattes de bois, elle évoque une passerelle suspendue.

En contraste avec l’extérieur plus singulier, l’intérieur de la maison est paré d’une élégante sobriété. Dans la cuisine baignée de lumière, le plancher d’ardoise et le comptoir de marbre noir donnent le ton, classique mais contemporain. Dans l’ensemble de la maison, verre givré, marbre gris clair et gypse peint blanc déclinent une palette froide mais très expressive. Conservées dans leur état original, les boiseries de chêne rouge de la salle à manger ont inspiré le choix des finitions pour l’ensemble des planchers et du mobilier intégré.

Fiche technique 

Nom du projet : La Cardinale
Emplacement : Ville Saint-Laurent, Montréal, QC
Architecture :  L. McComber 
Design d’objet : Obiekt
Photographie : Raphaël Thibodeau
Superficie : 120M²

Leave a Reply